Compte rendu du colloque Black Historians

 

AfficheBlackHistorians

Les historiens noirs et l’écriture de l’histoire au XIXè siècle et au début du XXè siècle aux Etats-Unis : quel héritage ? (Black Historians and the Writing of History in the 19th and Early 20th Centuries: What Legacy ?)

Colloque international qui s’est tenu à l’Université Paris Diderot les 12 et 13 juin 2014, dans le cadre du projet EHDLM (Ecrire l’histoire depuis les marges, le cas des  Africains-Américains http://hdlm.hypotheses.org) de la COMUE Sorbonne Paris Cité.

Organisation : Claire Bourhis-Mariotti (Paris 8-Vincennes St Denis), Hélène Le Dantec-Lowry (Sorbonne nouvelle), Claire Parfait (Paris 13), Matthieu Renault (Paris 13), Marie-Jeanne Rossignol (Paris Diderot)

A partir de la fin du XVIIIè siècle, les Africains-Américains libres ont commencé à faire connaître leur histoire, personnelle et collective, par le biais de récits dans lesquels ils racontaient leur vie d’esclave, leur fuite ou leur libération, puis les difficultés de leur intégration au sein de la population de la jeune nation américaine. A compter du milieu du XIXè siècle, certains d’entre eux ont entrepris d’écrire une histoire systématique de ce peuple noir, parfois en l’incorporant à de grands récits de l’histoire noire, des origines africaines à la captivité en Amérique, sans oublier la révolution haïtienne. Après la guerre de Sécession et la fin de l’esclavage, des historiens noirs, amateurs puis professionnels, ont produit de grandes histoires de leur communauté, en menant un strict travail de consultation d’archives (mais pas seulement), à l’instar des historiens blancs qui pourtant les ignoraient, et ce à un moment où se mettait en place la ségrégation. Ce n’est qu’après la Deuxième guerre mondiale que l’histoire des Africains-Américains devint l’une des grandes thématiques de l’histoire nationale aux Etats-Unis, et qu’historiens noirs et blancs embrassèrent son étude ensemble.

Le colloque « Les historiens noirs… » a rassemblé à Paris les spécialistes internationaux (Etats-Unis, Australie, France) des historiens qui travaillèrent au sein d’institutions universitaires noires au début du XXe siècle, telles que Howard University, publiant leurs articles dans des revues spécialisées, comme le Journal  of Negro History, longtemps dirigé par Carter G. Woodson, le « père » de l’histoire noire. L’objectif de ce colloque était de rappeler l’importance de ces pionniers universitaires, dont le travail scientifique se doublait d’un engagement politique ; mais il s’agissait plus précisément de souligner la dimension novatrice de leurs travaux. A la recherche des sources de l’histoire des Noirs aux Etats-Unis, en majorité esclaves avant 1865, les historiens noirs du début du XXè siècle ne pouvaient se contenter des documents officiels, et eurent recours à l’histoire orale (C. Corbould), aux chants de la communauté esclave, aux œuvres d’art, et à bien d’autres sources dont les historiens blancs n’auraient alors pas reconnu la validité, comme les œuvres d’art (M.A Calo, J. Smalls, A. Spingarn). On doit les considérer comme des pionniers de l’histoire sociale contemporaine, et c’est sans doute l’un des acquis principaux du colloque que d’avoir rappelé cette dimension d’innovation, à une époque où dominait encore l’histoire diplomatique et politique.

Les participants au colloque ont également tenu à rappeler le rôle de leurs prédécesseurs du XIXe siècle qui, sans être des « professionnels » de l’histoire, posèrent des jalons majeurs dans le développement d’une histoire structurée, et documentée, de la communauté noire aux Etats-Unis : en rappelant l’histoire de leur communauté dans le texte de pétitions pro-abolitionnistes (Nicole Topich), en collectant des anecdotes sur les Noirs proches de Lincoln (Kate Masur), en lançant des projets d’encyclopédie diasporique  (Michael Benjamin), en devenant des journalistes militants dont les argumentaires puisaient dans l’histoire de la communauté (M. Jones) et qui en projetaient une image positive (A. Pride). C’est probablement autour de ces historiens « amateurs » du XIXe siècle que se noue actuellement le débat intellectuel  le plus fécond : John Ernest, auteur célèbre de Liberation Historiography (2004) a proposé une relecture de l’ouvrage de William Wells Brown The Negro in the American Rebellion (1880), dont la structure narrative, sorte de collage de différentes sources sur la guerre de Sécession, journaux, poèmes, diffère profondément des travaux historiques classiques. Pourtant cette structure même nous permet de pénétrer au cœur des tensions idéologiques et raciales qui informèrent la guerre et participe d’une certaine conception de l’histoire, l’histoire comme guide, qui s’oppose délibérément à une histoire dite « objective ». D’autant que la constitution même des fonds d’archives officiels aux Etats-Unis au XIXe siècle (comme ailleurs) relève d’une logique politique rarement remise en cause. A l’inverse, Stephen G. Hall a démontré que les écrits des premiers historiens noirs aux Etats-Unis partagent un grand nombre de repères culturels avec les écrits de leurs contemporains blancs. Enfin, Claire Parfait a rappelé l’importance du format des travaux historiques produits par les Noirs américains au XIXe (du pamphlet à l’ouvrage publié) et de leur mode de commercialisation et de distribution, tous sujets éminemment politiques en cette période de ségrégation.

A l’issue du colloque, une table ronde a rassemblé les participants. La discussion a mis en relief le rôle structurant que joue encore le corpus historique réalisé par les historiens noirs des XIXe et XXe siècles au sein de la communauté africaine-américaine aujourd’hui. Comme l’a montré N. Martin-Breteau en retraçant la vie de l’intellectuel W.E.B. Du Bois, il était « historien de lui-même, et historien de sa «race » ». Si la question de la race reste effectivement  (et évidemment) au cœur des études consacrées aux historiens noirs aujourd’hui, les spécialistes nord-américains semblent inscrire leurs travaux dans un cadre strictement national, peut-être réducteur, alors que les historiens noirs du XIXe et du début du XXe siècle conservaient très souvent les perspectives diasporiques ou panafricaines à l’esprit, en n’oubliant jamais la révolution haïtienne par exemple. Ce rapport au passé diasporique devint problématique dès les années 1930, lorsque les historiens afro-caribéens  présents en Amérique du nord durent lutter pour imposer leur histoire, panatlantique et panafricaine, face aux Africains-Américains (V. Showers-Johnson). Les historiens de la « marge » furent eux-mêmes divisés.

Le bilan de ce colloque international permet surtout de mettre en lumière les innovations épistémologiques et méthodologiques que l’on peut attribuer aux historiens africains-américains du XIXe siècle et du début du XXe siècle : écriture de l’histoire entre rupture et classicisme au XIXe siècle débouchant sur une « hyper-objectivité » elle-même très politique au début du XXe siècle ; synergie permanente entre engagement, résistance et construction d’un corpus raisonné de grands récits historiques comme de sources alternatives ; recours à des archives publiques en parallèle de l’utilisation de papiers privés ou de sources d’histoire sociale pionnières (entretiens oraux, productions artistiques). La « marge » à partir de laquelle travaillèrent ces historiens fut donc très productive. Un autre colloque en 2015 se propose d’explorer plus largement la notion d’ « historiens en marge », et la notion de « marge » elle-même, en ouvrant la perspective à l’histoire mondiale.

Rédaction : MJ Rossignol, avec l’équipe des organisateurs

Ce compte rendu sera publié dans la revue Écrire l’histoire en 2015