Histoire en marges: Les périphéries de l’histoire globale

Histoire en marges

Les périphéries de l’histoire globale

Histoire en marges

Dès la deuxième moitié du xixe siècle, dans un contexte d’intense ségrégation raciale aux États-Unis, des Africains-Américains écrivent l’histoire occultée de leur communauté pour l’inscrire au coeur du récit national et, au-delà, pour révéler la contribution de la diaspora noire à l’histoire mondiale. Cette histoire en marge questionne la discipline historique elle-même et affirme la nécessité d’écrire une histoire-monde.
Mais comment écrire une véritable histoire globale ? Ce livre entend démontrer qu’il faut non seulement donner droit de cité à celles et ceux qui ont trop souvent été exclus du récit historique ou ont été relégués à ses marges, mais aussi concevoir la marge (géographique, sociale, économique) comme un centre d’innovation épistémologique et politique, un lieu paradoxalement privilégié pour (re)penser et (ré)écrire l’histoire.
Depuis plus d’un siècle à travers le monde, des historiens et des historiennes placent la périphérie au centre et, par là même, déprovincialisent l’histoire. Ce sont ces travaux qui, faisant l’histoire des marges (sexuelles-genrées, impérialescoloniales, scientifiques-disciplinaires…), participent à l’écriture d’une histoire globale.

Récit de la vie et des aventures de Henry Bibb, esclave américain, écrit par lui-même

Quatrième volume de la collection « Récits d’esclaves », cette traduction inédite et entièrement annotée livre le témoignage de Henry Bibb, né esclave dans le Kentucky vers 1814. Inlassable fugitif, vendu en Louisiane puis aux Cherokees du Territoire Indien, il échoue à libérer sa famille des chaînes de l’esclavage mais parvient à rejoindre le Nord et le mouvement abolitionniste, au sein duquel il lutte jusqu’à sa mort en 1854 au Canada.

http://purh.univ-rouen.fr/node/1237

ANTHOLOGIE

L’ Anthologie des historiens africains-américains comporte 11 traductions d’extraits de textes des auteurs suivants accompagnés de notices historiographiques et bibliographiques.
William C. Nell (1816-1874)
William Wells Brown (1814-1884)
George Washington Williams (1849-1891)
Ida B. Wells (1862-1931)
W. E. B. Du Bois (1868-1963)
John Hope Franklin (1915-2009)
Lorenzo J. Greene (1899-1988)
Rayford Logan (1897-1982)
Dorothy B. Porter (1905-1995)
Benjamin A. Quarles (1904-1996)
Charles H. Wesley (1891-1987)
http://www.shs.terra-hn-editions.org/Collection/?-Historiens-africains-americains-

JOURNEE D’ETUDE – « Historiens noirs américains 1850-1950 : écriture de l’histoire et émancipation »

2nde rencontre sur l’anthologie des historiens africains-américains

Vendredi 25 novembre 2016

9h30-18h

Université Paris 7-Diderot

(salle 265E, Halle aux farines)

Dans le cadre de l’action structurante « Fabrique du politique »

et du projet EHDLM SPC « Écrire l’histoire depuis les marges »

dorothy-porterDorothy Wesley Porter

Photograph by Carl Van Vechten©Van Vechten Trust

Organisation : Matthieu Renault (Université Paris 8-Vincennes St Denis) Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris Diderot)

Contact : vermeren.pauline@gmail.com

 

MATIN

*9h30* Accueil (café)

*10h* Ouverture de la journée

*10h15-12h30*

10h15-11h

Présentation de la notice de W.E.B Du Bois par Claire Parfait (Paris 13), commentaires par Magali Bessone (Rennes 1)

11h-11h45

Présentation de la notice de John Hope Franklin par Rahma Jerad (Institut supérieur des langues de Tunis), commentaires par Paul Schor (Paris-Diderot)

11h45-12h30

Présentation de la notice de Rayford Logan par Marie-Jeanne Rossignol (Paris-Diderot), commentaires par Nicolas Martin-Breteau (Lille 3)

*12h30-14h* Pause-déjeuner

APRES-MIDI

14h-14h45

Présentation de la notice de Dorothy Porter par Hélène Le Dantec-Lowry (Paris 3), commentaires par Myriam Cottias (CIRESC)

14h45-15h30

Présentation de la notice de Charles H. Wesley par Matthieu Renault (Paris 8), commentaires par Audrey Célestine (Lille 3)

15h30-16h15

Présentation de la notice de George Washington Williams par Claire Parfait (Paris 13), commentaires par Nicolas Barreyre (EHESS, CENA)

* 16h15-16h30* Pause

*16h30-18h* Table-ronde et discussion menées par Jean-Pierre Le Glaunec (Sherbrooke).

Troisième volet du projet EHDLM, cette anthologie comportera onze traductions de textes d’historiens africains-américains (William C. Nell, William Wells Brown, George Washington Williams, Ida B. Wells, W. E. B. Du Bois, John Hope Franklin, Lorenzo J. Greene, Rayford Logan, Dorothy Porter, Benjamin Quarles, Charles H. Wesley).

Ces textes seront accompagnés de notices historiographiques et biographiques.

Writing History from the margins

Writing History from the Margins

African Americans and the Quest for Freedom, 1st Edition

Edited by Claire Parfait, Hélène Le Dantec-Lowry, Claire Bourhis-Mariotti

Routledge

174 pages | 10 B/W Illus.

writing-history-from-the-margins_2nd-proof

Description

With contributions from leading American and European scholars, this collection of original essays surveys the actors and the modes of writing history from the “margins” of society, focusing specifically on African Americans.

Nearly 100 years after The Journal of Negro History was founded, this book assesses the legacy of the African American historians, mostly amateur historians initially, who wrote the history of their community between the 1830s and World War II. Subsequently, the growth of the civil rights movement further changed historical paradigms–and the place of African Americans and that of black writers in publishing and in the historical profession. Through slavery and segregation, self-educated and formally educated Blacks wrote works of history, often in order to inscribe African Americans within the main historical narrative of the nation, with a two-fold objective: to make African Americans proud of their past and to enable them to fight against white prejudice.

Over the past decade, historians have turned to the study of these pioneers, but a number of issues remain to be considered. This anthology will contribute to answering several key questions concerning who published these books, and how were they distributed, read, and received. Little has been written concerning what they reveal about the construction of professional history in the nineteenth century when examined in relation to other writings by Euro-Americans working in an academic setting or as independent researchers.

Séminaire “Écrire l’histoire depuis les marges”

Séminaire

 Écrire l’histoire depuis les marges

 

Vendredi 10 juin 2016 (17h-19)

 

Institut du Monde Anglophone, Salle 16

5 rue de L’École de Médecine, 75006 Paris

 

Hélène Le Dantec-Lowry (université Paris 3)

« Ecrire et lire l’histoire des Africaines-Américaines

dans les livres de cuisine »

 

Pierre Cras (université Paris 3)

« L’écriture visuelle des Africains-Américains :

modèles et contre-modèles du cinéma d’animation »

Untitled

Séminaire EHDLM : Présentation du livre de Matthieu Renault, C.L.R James. La vie révolutionnaire d’un « Platon noir »

Séminaire EHDLM

« Ecrire l’histoire depuis les marges/ Writing History from the Margins : The Case of African-Americans »

Vendredi 11 mars 2016

14h30-16h

Université Paris 7 Diderot, 75013 Paris

Bâtiment Olympe de gouges

Salle 345

Matthieu Renault (MCF, université Paris 8) présentera son livre

C.L.R James. La vie révolutionnaire d’un « Platon noir »

(La Découverte, Paris, 2016)

Qui, en France, connaît C. L. R. James ? Né en 1901 à Trinidad, alors colonie de la Couronne britannique, et mort à Londres en 1989, celui que le Times dénomma à la fin de sa vie le « Platon noir de notre génération » est pourtant une figure intellectuelle et politique majeure d’un siècle qu’il aura traversé presque de part en part.
Intellectuel diasporique par excellence, militant panafricain de la première heure, James a pris part aux grands mouvements de décolonisation de son temps en Afrique et dans la Caraïbe et fut un acteur de premier plan des luttes noires aux États-Unis.
Fervent partisan de Trotski avant de rompre avec l’héritage de ce dernier pour défendre la thèse de l’auto-émancipation des masses ouvrières-populaires, James eut un destin étroitement imbriqué dans celui du marxisme au XXe siècle. Pour ce « marxiste noir », révolution socialiste et luttes anticoloniales-antiracistes étaient intimement enchevêtrées : elles s’inscrivaient dans l’horizon d’une « révolution mondiale » dont la source et le centre ne pouvaient plus être la seule Europe. C’est à celle-ci que James s’est voué corps et âme pendant plus de cinq décennies, débattant et collaborant avec ses contemporains aux quatre coins du monde.
Dans une conjoncture où la gauche radicale éprouve de grandes difficultés à renouveler ses stratégies face aux revendications des minorités non blanches et où la critique de l’eurocentrisme bat de l’aile, méditer la vie et l’œuvre de James pourrait se révéler essentiel dans la tâche de construction d’une pensée de l’émancipation qui soit, enfin, à la mesure du monde.

Séminaire EHDLM : Sarah Dunstan, “Présence africaine: Black configurations of citizenship in Bandung Era Paris”

Séminaire EHDLM

« Ecrire l’histoire depuis les marges/ Writing History from the Margins : The Case of African-Americans »

Mardi 9 février 2016

17h-18h30

Salle 16

Institut du Monde Anglophone, Paris 3, Université Sorbonne Nouvelle, 5 rue de L’Ecole de Médecine, 75006 Paris

Sarah Dunstan (université de Sydney), présentera une communication intitulée :

“Présence africaine: Black configurations of citizenship in Bandung Era Paris”

Covering the period suffused by the so-called ‘spirit of Bandung’, this paper begins in the Paris of 1956 with the organisation of the first Congress of negro writers and artists by the French publishing house Présence africaine. The Congress attracted leading African American intellectuals such as Horace Mann Bond, John Davis and Richard Wright and laid the foundations for a significant relationship between African American activist communities and Francophone black communities in Paris. An important cornerstone of this relationship was the formation of two key associations, the Sociéte africaine de culture (SAC) and the American Society for African Culture (AMSAC). In tandem and, at times in tension, AMSAC and SAC engaged with UNESCO and the United Nations to combat discrimination and to develop understandings of African culture. The focus of this paper will be the formation of these significant relationships in the period from 1955 through 1957.

revue-presence-africaine-n-19