Séminaire CIRESC 2013-2014: 1ère séance 14 novembre 2013

Séminaire du CIRESC “Le Monde atlantique esclavagiste et post-esclavagiste : approches biographiques et généalogiques” – Programme 2013-2014

L’histoire atlantique des sociétés atlantiques esclavagistes et post-esclavagistes s’est récemment ouverte à la recherche biographique et généalogique. En examinant ce type d’approche, nous tenterons de voir dans quelle mesure elle permet de repenser l’articulation entre domination et capacité d’agir chez les esclaves et les descendants d’esclaves.

Responsables du séminaire :

• Myriam Cottias, directrice de recherche au CNRS (TH)

• Antonio De Almeida Mendes, maître de conférences à l’Université de Nantes

• Céline Flory, postdoctorante au CIRESC

• Jean Hébrard, inspecteur général de l’Éducation nationale honoraire, co-directeur du CRBC

• Odile Hoffmann, directrice de recherche à l’IRD (TH)

• Marie-Jeanne Rossignol, professeur à l’Université Paris-Diderot (TH)

Les séances se déroulent à l’EHESS, les 2ème et 4ème jeudi du mois au 105 boulevard Raspail, – 75006 Paris, – SALLE 3

Prochaines séances 

14 novembre 2013

Introduction au séminaire, suivi de : Abderrahmane Ngaide (Université Cheikh Anta Diop)

Esthétique de la visibilité chez les anciens maccube du Fuuta Tooro (Vallée du fleuve Sénégal) : interprétations et analyse d’une trajectoire mémorielle “singulière”

28 novembre 2013

Catherine Coquery-Vidrovitch (Université Paris-Diderot) et Eric Mesnard (Université Paris-Est Créteil)

Présentation de l’ouvrage : Être esclave. Afrique-Amériques, XVe-XIXe siècle 

12 décembre 2013

Chouki El Hamel (Arizona State University)

L’esclave reine. Concubinage et agentivité

Programme_2013-2014_CIRESC

John Hope Franklin, The Militant South

TheMilitantSouthJohn Hope Franklin, The Militant South 1800-1861 (Cambridge : Harvard University Press, 1956).

Derrière ce titre, se cache un ouvrage lui-même « militant ». Pour un historien noir, pour John Hope Franklin dans ce cas particulier, écrire l’histoire pouvait être un prétexte à écrire une histoire engagée, très engagée.  C’est tout particulièrement le cas ici : The Militant South est un réquisitoire sans concessions contre le Sud d’avant la Guerre de Sécession. En une série de chapitres enlevés, Franklin dénonce la violence et le militarisme de la société sudiste, déterminée à faire face à de possibles rébellions d’esclaves, puis à se donner les moyens de résister en cas de guerre à un Nord mieux équipé, et surtout plus peuplé.

Les chapitres à charge se suivent, leur effet cumulatif est dévastateur, et a force de démonstration. Éminemment ruraux, les jeunes Sudistes sont entraînés au maniement des armes à feu et au combat ; plus âgés, ils deviennent des adeptes du duel. Les propriétaires d’esclaves s’organisent en patrouilles pour surveiller leurs esclaves. Une pensée unique s’installe, raciste et intolérante, une fois que les derniers débats sur l’abolition de l’esclavage ont pris fin après 1830. Persuadés de l’excellence de leur système, les Sudistes veulent l’étendre, vers Cuba, l’Amérique centrale, et bien sûr l’Ouest, à la pointe de l’épée et au bout du canon de fusil. Les meilleurs chapitres, à mon avis, traitent de l’éducation dans le Sud. Si chacun sait que le Sud n’avait guère développé l’instruction publique, qui aurait relevé du choix individuel, on sait peut-être moins que tous les Etats du Sud se mirent à développer les académies militaires à compter de 1830. En formant la jeunesse, elles préparèrent ainsi systématiquement une génération à occuper des postes d’officiers dans l’armée sudiste lors de la Guerre. Il ne manquait en fait que des stocks d’armes : peu industriel, le Sud s’employa pourtant à développer ses fonderies et manufactures d’armes à la veille de la Guerre.

Chapitre à lire absolument : « West Points of the South »