Séminaire EHDLM – Ellen Garvey : « Writing With Scissors » (21 novembre)

WritingwithScissorscover

La 2ème séance du séminaire du projet SPC EHDLM (Writing History from the Margins) s’est déroulée jeudi 21 novembre 2013, à l’Institut du Monde Anglophone, Université Sorbonne Nouvelle.

Ellen Garvey (New Jersey City University) a présenté son dernier ouvrage, Writing with Scissors. American Scrapbooks from the Civil War to the Harlem Renaissance (Oxford University Press, 2013).

Les scrapbooks étaient extrêmement populaires au XIXe siècle, et utilisés entre autres par des politiciens qui pouvaient ainsi conserver les textes de discours qu’ils avaient prononcés et des traces de leur réception (Abraham Lincoln, par exemple). Mais davantage qu’à ces « grandes figures », Ellen Garvey s’est intéressée dans son ouvrage à la manière dont des groupes marginalisés les ont utilisés. C’est ainsi, par exemple, que des Africains Américains ont compilé des « scrapbooks » pour écrire leur version de l’histoire afro-américaine au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Leur travail de découpage et ensuite de juxtaposition des articles tirés de la presse blanche leur permettait de souligner racisme, injustice et ségrégation. Ida B. Wells se servait des mots mêmes de la presse blanche pour dénoncer le lynchage à la fin du XIXe siècle. Un autre « scrapbook » consacré à des centenaires afro-américains permettait à son auteur de poser la question de la contribution des Africains Américains à l’histoire de la nation. On peut donc parler d’une dimension militante de ces albums. Les « scrapbooks » représentaient également un moyen de préserver l’histoire et constituaient ainsi une archive. Malgré le caractère privé et individuel de ces albums, l’ouverture par certains des compilateurs à des visiteurs leur donnait une dimension publique. Ellen Garvey a également exploré la question de l’utilisation de ces albums comme source possible pour l’écriture de l’histoire afro-américaine par les historiens d’aujourd’hui.

Ci-dessous la vidéo de la conférence :

Séminaire CIRESC 2013-2014: 1ère séance 14 novembre 2013

Séminaire du CIRESC « Le Monde atlantique esclavagiste et post-esclavagiste : approches biographiques et généalogiques » – Programme 2013-2014

L’histoire atlantique des sociétés atlantiques esclavagistes et post-esclavagistes s’est récemment ouverte à la recherche biographique et généalogique. En examinant ce type d’approche, nous tenterons de voir dans quelle mesure elle permet de repenser l’articulation entre domination et capacité d’agir chez les esclaves et les descendants d’esclaves.

Responsables du séminaire :

• Myriam Cottias, directrice de recherche au CNRS (TH)

• Antonio De Almeida Mendes, maître de conférences à l’Université de Nantes

• Céline Flory, postdoctorante au CIRESC

• Jean Hébrard, inspecteur général de l’Éducation nationale honoraire, co-directeur du CRBC

• Odile Hoffmann, directrice de recherche à l’IRD (TH)

• Marie-Jeanne Rossignol, professeur à l’Université Paris-Diderot (TH)

Les séances se déroulent à l’EHESS, les 2ème et 4ème jeudi du mois au 105 boulevard Raspail, – 75006 Paris, – SALLE 3

Prochaines séances 

14 novembre 2013

Introduction au séminaire, suivi de : Abderrahmane Ngaide (Université Cheikh Anta Diop)

Esthétique de la visibilité chez les anciens maccube du Fuuta Tooro (Vallée du fleuve Sénégal) : interprétations et analyse d’une trajectoire mémorielle « singulière »

28 novembre 2013

Catherine Coquery-Vidrovitch (Université Paris-Diderot) et Eric Mesnard (Université Paris-Est Créteil)

Présentation de l’ouvrage : Être esclave. Afrique-Amériques, XVe-XIXe siècle 

12 décembre 2013

Chouki El Hamel (Arizona State University)

L’esclave reine. Concubinage et agentivité

Programme_2013-2014_CIRESC

John Hope Franklin, The Militant South

TheMilitantSouthJohn Hope Franklin, The Militant South 1800-1861 (Cambridge : Harvard University Press, 1956).

Derrière ce titre, se cache un ouvrage lui-même « militant ». Pour un historien noir, pour John Hope Franklin dans ce cas particulier, écrire l’histoire pouvait être un prétexte à écrire une histoire engagée, très engagée.  C’est tout particulièrement le cas ici : The Militant South est un réquisitoire sans concessions contre le Sud d’avant la Guerre de Sécession. En une série de chapitres enlevés, Franklin dénonce la violence et le militarisme de la société sudiste, déterminée à faire face à de possibles rébellions d’esclaves, puis à se donner les moyens de résister en cas de guerre à un Nord mieux équipé, et surtout plus peuplé.

Les chapitres à charge se suivent, leur effet cumulatif est dévastateur, et a force de démonstration. Éminemment ruraux, les jeunes Sudistes sont entraînés au maniement des armes à feu et au combat ; plus âgés, ils deviennent des adeptes du duel. Les propriétaires d’esclaves s’organisent en patrouilles pour surveiller leurs esclaves. Une pensée unique s’installe, raciste et intolérante, une fois que les derniers débats sur l’abolition de l’esclavage ont pris fin après 1830. Persuadés de l’excellence de leur système, les Sudistes veulent l’étendre, vers Cuba, l’Amérique centrale, et bien sûr l’Ouest, à la pointe de l’épée et au bout du canon de fusil. Les meilleurs chapitres, à mon avis, traitent de l’éducation dans le Sud. Si chacun sait que le Sud n’avait guère développé l’instruction publique, qui aurait relevé du choix individuel, on sait peut-être moins que tous les Etats du Sud se mirent à développer les académies militaires à compter de 1830. En formant la jeunesse, elles préparèrent ainsi systématiquement une génération à occuper des postes d’officiers dans l’armée sudiste lors de la Guerre. Il ne manquait en fait que des stocks d’armes : peu industriel, le Sud s’employa pourtant à développer ses fonderies et manufactures d’armes à la veille de la Guerre.

Chapitre à lire absolument : « West Points of the South »

Colloque « Écrire sur l’esclavage » (Le Havre, 28-29 novembre 2013)


Affiche_Colloque_Novembre2013

Programme du colloque (format pdf)

Le colloque Écrire sur l’esclavage s’inscrit dans le cycle des colloques organisés en partenariat entre l’université du Havre et la ville du Havre depuis 2008. Il prolonge une réflexion menée également dans le cadre d’un programme de recherche (UMR Idees 6266/CNRS) coordonné entre 2008 et 2012 par l’organisateur des colloques havrais (É. Saunier).

Les colloques havrais ont permis de réaliser trois publications (Villes portuaires du commerce triangulaire à l’abolition ; Les Abolitions de la Normandie aux Amériques ; L’île de la Réunion au temps de l’esclavage -1817/1824) qui, à l’exemple de cette dernière, parue en novembre 2012, prennent un soin particulier à valoriser le patrimoine culturel régional (L’île de la Réunion au temps de l’esclavage -1817/1824 englobe ainsi la critique et la transcription d’un manuscrit de la Bibliothèque municipale du Havre). Ils ont aussi participé à la dynamique scientifique autour de l’esclavage en Normandie concrétisée par la publication de deux ouvrages parus aux PURH en avril 2012 : Figures d’esclaves et Le récit de William Wells Brown, ouvrage transcrit et précédé d’une présentation critique par Marie-Jeanne Rossignol et Claire Parfait, professeures aux universités Paris Diderot et de Paris 13.

 C’est cette dernière publication, centrée autour des apports de l’un des récits d’esclaves les plus célèbres aux États-Unis, parce qu’elle s’inscrit dans le cadre des études novatrices sur la place occupée par ces récits dans la lutte des abolitionnistes, qui est à l’origine du choix de la thématique et de la programmation de ce colloque international visant à présenter au public les enjeux et les intérêts de ces textes pour la connaissance de l’esclavage.

Ce colloque proposera à la fois une réflexion théorique et la présentation d’études de cas sur le récit d’esclave dans les mondes anglophone, francophone et hispanophone. Les interventions examineront notamment le contexte et le rôle politique des récits : genre et périodisation, publication, circulation et réception, réécritures contemporaines du récit d’esclave. Faisant suite à cette présentation théorique et à ces études de cas, la dernière partie du colloque, qui ouvre également l’exposition Paul et Virginie, un exotisme enchanteur, organisée du 22 novembre 2013 au 18 mai 2014 à l’Hôtel Dubocage de Bléville, est consacrée à l’étude des écrits de l’esclavage dans le monde indianocéanique entre l’époque de Bernardin de Saint-Pierre et le premier XIXe siècle.

Ce colloque s’inscrit également dans le cadre du projet PRES Sorbonne Paris-Cité Écrire l’histoire depuis les marges, porté par Claire Parfait (Université Paris 13), Hélène Le Dantec-Lowry (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) et Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris Diderot).