Séminaire « Écrire l’histoire depuis les marges »

Séminaire

 Écrire l’histoire depuis les marges

 

Vendredi 10 juin 2016 (17h-19)

 

Institut du Monde Anglophone, Salle 16

5 rue de L’École de Médecine, 75006 Paris

 

Hélène Le Dantec-Lowry (université Paris 3)

« Ecrire et lire l’histoire des Africaines-Américaines

dans les livres de cuisine »

 

Pierre Cras (université Paris 3)

« L’écriture visuelle des Africains-Américains :

modèles et contre-modèles du cinéma d’animation »

Untitled

Séminaire EHDLM : Présentation du livre de Matthieu Renault, C.L.R James. La vie révolutionnaire d’un « Platon noir »

Séminaire EHDLM

« Ecrire l’histoire depuis les marges/ Writing History from the Margins : The Case of African-Americans »

Vendredi 11 mars 2016

14h30-16h

Université Paris 7 Diderot, 75013 Paris

Bâtiment Olympe de gouges

Salle 345

Matthieu Renault (MCF, université Paris 8) présentera son livre

C.L.R James. La vie révolutionnaire d’un « Platon noir »

(La Découverte, Paris, 2016)

Qui, en France, connaît C. L. R. James ? Né en 1901 à Trinidad, alors colonie de la Couronne britannique, et mort à Londres en 1989, celui que le Times dénomma à la fin de sa vie le « Platon noir de notre génération » est pourtant une figure intellectuelle et politique majeure d’un siècle qu’il aura traversé presque de part en part.
Intellectuel diasporique par excellence, militant panafricain de la première heure, James a pris part aux grands mouvements de décolonisation de son temps en Afrique et dans la Caraïbe et fut un acteur de premier plan des luttes noires aux États-Unis.
Fervent partisan de Trotski avant de rompre avec l’héritage de ce dernier pour défendre la thèse de l’auto-émancipation des masses ouvrières-populaires, James eut un destin étroitement imbriqué dans celui du marxisme au XXe siècle. Pour ce « marxiste noir », révolution socialiste et luttes anticoloniales-antiracistes étaient intimement enchevêtrées : elles s’inscrivaient dans l’horizon d’une « révolution mondiale » dont la source et le centre ne pouvaient plus être la seule Europe. C’est à celle-ci que James s’est voué corps et âme pendant plus de cinq décennies, débattant et collaborant avec ses contemporains aux quatre coins du monde.
Dans une conjoncture où la gauche radicale éprouve de grandes difficultés à renouveler ses stratégies face aux revendications des minorités non blanches et où la critique de l’eurocentrisme bat de l’aile, méditer la vie et l’œuvre de James pourrait se révéler essentiel dans la tâche de construction d’une pensée de l’émancipation qui soit, enfin, à la mesure du monde.

Séminaire EHDLM : Sarah Dunstan, « Présence africaine: Black configurations of citizenship in Bandung Era Paris »

Séminaire EHDLM

« Ecrire l’histoire depuis les marges/ Writing History from the Margins : The Case of African-Americans »

Mardi 9 février 2016

17h-18h30

Salle 16

Institut du Monde Anglophone, Paris 3, Université Sorbonne Nouvelle, 5 rue de L’Ecole de Médecine, 75006 Paris

Sarah Dunstan (université de Sydney), présentera une communication intitulée :

« Présence africaine: Black configurations of citizenship in Bandung Era Paris »

Covering the period suffused by the so-called ‘spirit of Bandung’, this paper begins in the Paris of 1956 with the organisation of the first Congress of negro writers and artists by the French publishing house Présence africaine. The Congress attracted leading African American intellectuals such as Horace Mann Bond, John Davis and Richard Wright and laid the foundations for a significant relationship between African American activist communities and Francophone black communities in Paris. An important cornerstone of this relationship was the formation of two key associations, the Sociéte africaine de culture (SAC) and the American Society for African Culture (AMSAC). In tandem and, at times in tension, AMSAC and SAC engaged with UNESCO and the United Nations to combat discrimination and to develop understandings of African culture. The focus of this paper will be the formation of these significant relationships in the period from 1955 through 1957.

revue-presence-africaine-n-19

REGARDS SUR LES MINORITÉS – oct./nov.2015 – Martinique

Rencontre-débat : Récits d’esclaves

Jean-Pierre Sainton, Dominique Rogers, Dominique Aurélia, Marie-Jeanne Rossignol, Patrick Odent-Allet

Permalien : http://www.manioc.org/fichiers/V15377

 

Bibliothèque universitaire – Fort de France

*27 octobre 18h45*

Rencontre-Débat

Steve Gadet > « Dieu et la race aux Etats-Unis. Le pouvoir politique de l’église noire »

Rodolphe Solbiac > « Emergence d’une identité caribéenne canadienne anglophone »

*5 novembre 18h45*

Récits d’esclaves

Dominique Rogers > « Voix d’esclaves, Antilles, Guyane et Louisiane françaises, XVIIIe et XIXe siècle »

Marie-Jeanne Rossignol > « Le récit de William Wells Brown, esclave fugitif écrit par lui-même »

Rencontre animée par Dominique Aurélia et Jean-Pierre Sainton

 

Voix d'esclaves

Journée d’études « Le récit d’esclave, publications récentes et perspectives » (27 novembre)

Journée d‘étude
 
« Le récit d‘esclave, publications récentes et perspectives »
 
 27 novembre 2015, Université Paris 13, UFR LLSHS, salle D 300

 

Truth
 
 
Matin
9h30 : accueil et café
 
10h-12h : Le récit d’esclave, texte et contexte
–       Michael Winship (Université du Texas à Austin) : « The Penalty in Alabama is Death!  For selling My Bondage and My Freedom.” »
–       Michaël Roy (Université Paris 13) : « A Book by a Bondman! : le récit d’esclave au prisme de l’histoire du livre ».
–       Matthieu Renault (Université Paris 8) : « Slave narratives/récits desclaves : histoire(s) de traduction ».
–        Yohanna Alimi  (Université Paris Diderot) : « L’abolitionnisme transatlantique en 1848 : le contexte aux Etats-Unis et en France ».
Commentaires : Eric Mesnard (Université Paris-Est Créteil) et Frédéric Régent (Université Paris Panthéon-Sorbonne)
 
12h-13h30 : déjeuner
 
Après-midi (13h30-17h00) : La collection récits desclaves aux PURH
13h30-14h : Introduction par Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol, directrices de la collection
14h-14h30 : Présentation par Caroline Oudin-Bastide de Maîtres accusés, esclaves accusateurs, 2015, dernier ouvrage de la collection sorti. En présence d‘Eric Saunier (Université du Havre).
 
14h30-17h : Table ronde sur les traductions et éditions de récits desclaves en cours.
–      Claudine Raynaud (Université Paul-Valéry, Montpellier) : le récit de Sojourner Truth (Narrative of Sojourner Truth. Boston, 1850)
–      Sandrine Ferré-Rode (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) : récit de Henry Bibb (Narrative of the Life and Adventures of Henry Bibb, An American Slave. New York, 1849), en collaboration avec Anne-Laure Tissut (Université de Rouen)
–      Claire Bourhis-Mariotti (Université Paris 8) : le récit d‘Isaac Mason (Life of Isaac Mason as a SlaveWorcester, Mass.: [s.n.], 1893)
–      Ada Savin (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), récit de William et Ellen Craft (Running a Thousand Miles for Freedom; or, the Escape of William and Ellen Craft for From Slavery. London, 1860)

 

 

Organisateurs:
Claire Parfait, Université Paris 13.
Marie-Jeanne Rossignol, Université Paris Diderot.
Hélène Le Dantec-Lowry, Université Sorbonne Nouvelle.
Claire Bourhis-Mariotti, Université Paris 8.
Matthieu Renault, Université Paris 8.
Rahma Jerad, Université de Carthage.

 

Journée organisée dans le cadre du projet Sorbonne Paris Cité « Ecrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains Américains » : http://hdlm.hypotheses.org

 

Séminaire EHDLM, 23 septembre 2015 – Magali Bessone : « W. E. B. Du Bois et le projet d’autobiographie du concept de race comme écriture de l’histoire du “peuple noir” »

DuskofDawnSéminaire EHDLM : 6e séance du séminaire du projet Sorbonne Paris Cité EHDLM (Écrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains Américains), présentation de Magali Bessone, UFR de Philosophie, Université de Rennes 1 : « W. E. B. Du Bois et le projet d’autobiographie du concept de race comme écriture de l’histoire du « peuple noir » »,  le mercredi 23 septembre 2015, 17h30-19h00, Petit Amphi, Institut du Monde Anglophone, 5 rue de l’Ecole de médecine, 75006, Paris.

Résumé : WEB Du Bois a rédigé en 1940 une autobiographie intitulée « An Essay for an Autobiography of a Race Concept », dans laquelle il affirme : « My life had its significance and its only deep significance because it was part of a problem », le problème « de la ligne de couleur ». En 1903, dans son grand œuvre Les Âmes du peuple noir, il avait entrepris de formuler ce problème, qu’il présentait alors comme un test concret des principes qui sous-tendent la démocratie américaine. Écrire son histoire personnelle comme une autobiographie du concept de race, ou embrasser l’histoire du peuple noir à l’intérieur du peuple américain à partir des récits (analyse sociologique, biographie, fiction) d’expériences individuelles présentées dans Les Âmes – c’est le même projet, en écho, qui est à l’œuvre : écrire l’histoire, toujours à la fois individuelle et collective, de ceux qui sont « sous le voile » de la ségrégation raciale, donc invisibilisés. Pour Du Bois, sociologue et historien héritier du pragmatisme, « l’interprétation historique des relations de race » est une entreprise à la fois théorique et pratique qui consiste à donner une existence et une parole à ceux qui sont littéralement aliénés par la « double conscience ».

Conference Program: « La marge et les historiens/Historians and the Margins »

La marge et les historiens : de l’Amérique du Nord aux anciens empires

Historians and the Margins: from North America to Former Empires

 

Université Paris 13 – 18-19 juin 2015/University Paris 13 – June 18-19, 2015

Institut Galilée, amphithéâtre Darwin

 

affiche_colloque_margeHistoriens

 

As part of the project “Writing History from the Margins”/Dans le cadre du projet « Écrire l’histoire depuis les marges » – EHDLM, Sorbonne Paris Cité : http://hdlm.hypotheses.org/

Conference booklet/Livret du colloque

 

Thursday 18 June 2015 – Jeudi 18 juin 2015

Morning session/Matinée

9:00       Registration and welcome coffee/Accueil et café

9:30       Opening address/Discours de bienvenue : Michel Molin (directeur de l’UFR LLSHS, Université Paris 13), Françoise Palleau-Papin (directrice adjointe de Pléiade, EA 7338, Université Paris 13)

10:00    Plenary session/Conférence plénière : Partha Chatterjee (Centre for Studies in Social Sciences, Kolkata; Columbia University)

Does Non-Western History Belong to the Margins?

11:00    Theorizing History, Margins and Race

Chair/Modératrice : Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris Diderot)

  • Joan Bryant (Syracuse University): Whose Margin?: Blacks, Jews, and Historical Confrontations with Race in America
  • Jay Garcia (New York University): Alain Locke as Historian of Literature and Empire
  • Matthieu Renault (Université Paris 13): C.L.R. James: Rethinking “World History” from the Margins

 

12:30    Lunch break/Déjeuner

 

Afternoon session/Après-midi

2:00       Parallel Sessions/Ateliers parallèles

Center and Margins (amphithéâtre Darwin)

Chair/Modérateur : Elikia M’Bokolo (EHESS)

  • Agnès Delahaye (Université Lyon II Lumière): From Periphery to Centre: Jeremy Belknap and the Massachusetts Historical Society
  • Ambre Ivol (Université de Nantes): From the Margins to the Mainstream? Howard Zinn’s Controversial History from the Bottom-up (1980-2010)
  • Olivier Maheo (Université Sorbonne Nouvelle): CLR James, from the Margins to the Center of a Renewed Historiography
  • Lorelle Semley (College of the Holy Cross): How Louis Joseph Janvier Made Haiti the Center of the World

Counter Narratives/Histories (room C213/salle c213)

Chair/Modératrice : Mélanie Torrent (Université Paris Diderot)

  • Andrea Germer (Kyushu University): Writing from the Margins, Aiming for the Centre: Dangerous Avenues in Japanese Women’s History Writing
  • Marie-Theresa Hernández (University of Houston): Writing “What Cannot be Thought”: Counter Narrative and the Production of History
  • Michelle M. Jacob (University of San Diego): Saint Kateri Tekakwitha and Reclaiming Indigenous Spirituality from the Margins
  • Christiane Vollaire (revue Chimères): Howard Zinn face au déni de l’histoire populaire

 

4:00       Coffee Break/Pause café

 

4:30       Writing the History of the Community from Within

 Chair/Modératrice : Claire Bourhis-Mariotti (Université Paris 8)

  • Nadine Golly (Leuphana University Lüneburg): Homestory Germany. Black Biographies in the Past and in the Present: Re/Searching/Writing History from the Margins
  • Violet M. Showers-Johnson (Texas A&M University): More than Bedtime Stories: Women’s Accounts in the History of the Afro-Caribbean Immigrant Experience in America in the First Half of the Twentieth Century

5:30       Book Presentations/Présentations d’ouvrages

  • Vanessa Castejon, Anna Cole, Oliver Haag and Karen Hugues (eds.): Ngapartji, Ngapartji. In turn, in turn: Ego-histoire, Europe and Indigenous Australia, Canberra, ANU Press, 2014.
  • Nathalie Kouamé (dir.), Historiographies d’ailleurs : Comment écrit-on l’histoire en dehors du monde occidental ?, Paris, Karthala, 2014.

 

6:00-7:00            Reception/Cocktail

 

 Friday 19 June 2015 – Vendredi 19 juin 2015

Morning session/Matinée

9:30       Pre-session coffee/Accueil et café

10:00    Plenary session/Conférence plénière : Odile Goerg (Université Paris Diderot)

ABC Sibthorpe, historien sierra-léonais : au centre ou à la marge ?

11:00    Men and Women at the Margins of the Historical Profession

 Chair/Modératrice : Claire Parfait (Université Paris 13)

  • Marija Dalbello (Rutgers University): The Fantastic Historiography of Gypsies and People In-between and on the Edges of Empires, and Their Permanent Liminality
  • Nicolas Kanellos (University of Houston): Writing Afro-Latino History from the Margins of Two Empires: Spain and the American Republic
  • Cheryl Knott (University of Arizona): A Librarian on the Margins of History: The Authorial Career of Dorothy Burnett Porter Wesley

 

12:30    Lunch break/Déjeuner

 

Afternoon session/Après-midi

2:00       Parallel Sessions/Ateliers parallèles

At the Margins of the Historical Narrative: Novels and Drawings (amphithéâtre Darwin)

Chair/Modératrice : Hélène Le Dantec-Lowry (Université Sorbonne Nouvelle)

  • Clara Dauler (IUT de Kourou, pôle Martinique): Écrire l’histoire depuis la marge : le cas de La catedral del mar
  • Lamia Dzanouni (Université Sorbonne Nouvelle): The Political Cartoon: a Committed Activist (1910-1934)
  • Amy H. Kirschke (University of North Carolina): Romare Bearden as Visual Historian:
    Black Political Cartooning from the Margins

Aux marges des empires et des historiographies (room C213/salle c213)

Chair/Modérateur : Matthieu Renault (Université Paris 13)

  • Isabelle Denis (Université Sorbonne Paris 4): Comment écrit-on l’Histoire de Mayotte quand on est une métropolitaine non racinée dans l’espace ultramarin?
  • Ary Gordien (Université Paris Descartes): Peau blanche, ancêtres colons: affirmer un passé et une identité blancs créoles en Guadeloupe

 

3:30       Coffee break/Pause café

 

4:00       Preserving, Writing and Commemorating Women’s History

 Chair/Modératrice : Martha Jones (University of Michigan, Ann Arbor)

  • Claire Delahaye (Université Paris-Est-Créteil): “The Last Relics”: Woman Suffrage Memory and Historiography in the 1920s and 1930s
  • Ellen G. Garvey (New Jersey City University): Pasting Marginal Women’s Rights Histories into the Center of the Page
  • Fatma Ramdani (Université Paris 13): Neglected and Unrecognized Female Historians: The Case of Mary McLeod Bethune

 

Presentations will be given in English or French. Please note that there will be no simultaneous translation/Les communications seront faites en français ou en anglais sans traduction simultanée.

 

Organizers/Organisateurs : Claire Bourhis-Mariotti (Université Paris 3), Hélène Le Dantec-Lowry (Université Sorbonne Nouvelle), Claire Parfait (Université Paris 13), Matthieu Renault (Université Paris 13), Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris Diderot).

 

Scientific committee/Comité scientifique : Christine Chivallon (LAM, CNRS), Elisabeth Cunin (IRD, CNRS), Odile Goerg (UniversitéParis Diderot), Ivan Jablonka (Université Paris 13), Martha S. Jones (University of Michigan) Elikia M’Bokolo (EHESS), Mélanie Torrent (Université Paris Diderot).

 

Parution : Caroline Oudin-Bastide « Maîtres accusés, esclaves accusateurs Le procès Gosset et Vivié (Martinique, 1848) »

Caroline Oudin-Bastide

Maîtres accusés, esclaves accusateurs Le procès Gosset et Vivié (Martinique, 1848)

Oudin-Bastide-Maitres_accuses_Pub_A5Presses Universitaires du Rouen et du Havre, 2015, 206 pages – 15 x 20,5 cm – ISBN : 979-10-240-0531-7 – 15 € ISSN : 2260-6033 – collection « Récits d’esclaves », dirigée par Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol

Au cours des premiers mois de l’année 1848, à la veille de l’abolition de l’esclavage, le Courrier de la Martinique publie les audiences de deux procès qui suscitent une grande émotion dans la colonie : Louis-Hippolyte Gosset et Pierre-Germain-Sully Vivié sont jugés en police correctionnelle pour mauvais traitements envers leurs esclaves. Tour à tour à la barre, colons et esclaves mettent en lumière par leurs témoignages les conditions de vie sur les habitations (nourriture, habillement, logement, soins apportés aux malades, accès à la monnaie, travail des jardins et concession du samedi, châtiments légaux et illégaux). Leurs voix nous confirment que les esclaves n’ont pas été seulement des victimes de l’histoire, qu’ils en ont également été les agents.

Caroline Oudin-Bastide, docteure en histoire de l’École des hautes études en sciences sociales, est l’auteur de plusieurs ouvrages concernant l’esclavage aux Antilles françaises.

 

Séminaire EHDLM – Emahunn Campbell : « W.E.B. Du Bois’s Literary Interventions on the Discourses of Black Criminality », 11 mai 2015

La 5ème séance du séminaire du projet Sorbonne Paris Cité EHDLM (Écrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains Américains) se déroulera le lundi 11 mai 2015 de 17h30 à 19h, en salle 16 de l’Institut du Monde Anglophone, Université Sorbonne Nouvelle, 5 rue de L’école de Médecine, 75006 Paris.

Nous recevrons Emahunn Campbell (University of Massachusetts Amherst, Department of Afro-American Studies) pour une communication intitulée « W.E.B. Du Bois’s Literary Interventions on the Discourses of Black Criminality » dont on trouvera un résumé ci-dessous.

Capture d’écran 2015-04-28 à 18.42.37This paper analyzes the construction of black criminality in Du Bois’s literary imagination. Most scholarship on his criminological interventions focus his on well- known works such as “The Conservation of Races” (1897), The Philadelphia Negro, and “The Spawn of Slavery: Convict Leasing in the South” (1901), among others. During the close of the nineteenth century and the inauguration of the twentieth century—the fin de siècle—specifically to about 1910, Du Bois had a sustained intellectual, scholarly, and, for the purposes of this essay, literary interest in criminality and its association to black people. Through selected unpublished short stories in the early part of his writing career, specifically “The Couple in theDrawing Room” (1906) and “The Jewel”, Du Bois,  through his blurring of crime and detective fiction, literarily challenges pervading scientific arguments that position black subjects—specifically black man subjects—as naturally predisposed to criminal behavior.These stories, often incomplete, fragmented, and underdeveloped, intervene in the sociopolitical and the politico-scientific conversations on black criminality as well as Du Bois’s corpus on the subject. Capture d’écran 2015-04-28 à 18.44.18Furthermore, and intriguingly, Du Bois, similar to famed writers Edgar Allan Poe, Arthur Conan Doyle, and Mark Twain, incorporates forensic methods through his black protagonist. For an author who maintained fidelity to empiricism and the pursuit of “Truth” through the scientific method, associating his black protagonist with empirical capabilities performs important cultural and sociological work toward ruining baleful myths of a perpetual, inherent black criminal class by illustrating that a black working- class character is able to raise close investigative inquiries.

 

Organisation: Hélène Le Dantec-Lowry (Paris 3-Sorbonne nouvelle), Claire Parfait (Paris 13), Marie-Jeanne Rossignol (Paris Diderot), Matthieu Renault (Paris 13), Claire Bourhis-Mariotti (Paris 8).

 

Compte rendu du colloque « Black Historians » dans la revue Transatlantica

AfficheBlackHistorians

 

Un compte rendu du colloque « Black Historians and the Writing of History in the 19th and Early 20th Centuries: What Legacy? », rédigé par Liess Benlalli (doctorant, Université Paris 13) et Lamia Dzanouni (doctorante, Sorbonne Nouvelle), est disponible dans le dernier numéro de la revue en ligne Transatlanticahttp://transatlantica.revues.org/7122