Archives par mot-clé : Slave narratives

Journée d’études « Le récit d’esclave, publications récentes et perspectives » (27 novembre)

Journée d‘étude
 
« Le récit d‘esclave, publications récentes et perspectives »
 
 27 novembre 2015, Université Paris 13, UFR LLSHS, salle D 300

 

Truth
 
 
Matin
9h30 : accueil et café
 
10h-12h : Le récit d’esclave, texte et contexte
–       Michael Winship (Université du Texas à Austin) : « The Penalty in Alabama is Death!  For selling My Bondage and My Freedom.” »
–       Michaël Roy (Université Paris 13) : « A Book by a Bondman! : le récit d’esclave au prisme de l’histoire du livre ».
–       Matthieu Renault (Université Paris 8) : « Slave narratives/récits desclaves : histoire(s) de traduction ».
–        Yohanna Alimi  (Université Paris Diderot) : « L’abolitionnisme transatlantique en 1848 : le contexte aux Etats-Unis et en France ».
Commentaires : Eric Mesnard (Université Paris-Est Créteil) et Frédéric Régent (Université Paris Panthéon-Sorbonne)
 
12h-13h30 : déjeuner
 
Après-midi (13h30-17h00) : La collection récits desclaves aux PURH
13h30-14h : Introduction par Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol, directrices de la collection
14h-14h30 : Présentation par Caroline Oudin-Bastide de Maîtres accusés, esclaves accusateurs, 2015, dernier ouvrage de la collection sorti. En présence d‘Eric Saunier (Université du Havre).
 
14h30-17h : Table ronde sur les traductions et éditions de récits desclaves en cours.
–      Claudine Raynaud (Université Paul-Valéry, Montpellier) : le récit de Sojourner Truth (Narrative of Sojourner Truth. Boston, 1850)
–      Sandrine Ferré-Rode (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) : récit de Henry Bibb (Narrative of the Life and Adventures of Henry Bibb, An American Slave. New York, 1849), en collaboration avec Anne-Laure Tissut (Université de Rouen)
–      Claire Bourhis-Mariotti (Université Paris 8) : le récit d‘Isaac Mason (Life of Isaac Mason as a SlaveWorcester, Mass.: [s.n.], 1893)
–      Ada Savin (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), récit de William et Ellen Craft (Running a Thousand Miles for Freedom; or, the Escape of William and Ellen Craft for From Slavery. London, 1860)

 

 

Organisateurs:
Claire Parfait, Université Paris 13.
Marie-Jeanne Rossignol, Université Paris Diderot.
Hélène Le Dantec-Lowry, Université Sorbonne Nouvelle.
Claire Bourhis-Mariotti, Université Paris 8.
Matthieu Renault, Université Paris 8.
Rahma Jerad, Université de Carthage.

 

Journée organisée dans le cadre du projet Sorbonne Paris Cité « Ecrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains Américains » : http://hdlm.hypotheses.org

 

Parution : Caroline Oudin-Bastide « Maîtres accusés, esclaves accusateurs Le procès Gosset et Vivié (Martinique, 1848) »

Caroline Oudin-Bastide

Maîtres accusés, esclaves accusateurs Le procès Gosset et Vivié (Martinique, 1848)

Oudin-Bastide-Maitres_accuses_Pub_A5Presses Universitaires du Rouen et du Havre, 2015, 206 pages – 15 x 20,5 cm – ISBN : 979-10-240-0531-7 – 15 € ISSN : 2260-6033 – collection « Récits d’esclaves », dirigée par Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol

Au cours des premiers mois de l’année 1848, à la veille de l’abolition de l’esclavage, le Courrier de la Martinique publie les audiences de deux procès qui suscitent une grande émotion dans la colonie : Louis-Hippolyte Gosset et Pierre-Germain-Sully Vivié sont jugés en police correctionnelle pour mauvais traitements envers leurs esclaves. Tour à tour à la barre, colons et esclaves mettent en lumière par leurs témoignages les conditions de vie sur les habitations (nourriture, habillement, logement, soins apportés aux malades, accès à la monnaie, travail des jardins et concession du samedi, châtiments légaux et illégaux). Leurs voix nous confirment que les esclaves n’ont pas été seulement des victimes de l’histoire, qu’ils en ont également été les agents.

Caroline Oudin-Bastide, docteure en histoire de l’École des hautes études en sciences sociales, est l’auteur de plusieurs ouvrages concernant l’esclavage aux Antilles françaises.

 

Parution Revue du Philantrope, n°5 : Écrire sur l’esclavage

Revue du Philanthrope, n° 5 –  2014, Écrire sur l’esclavage

Sous la direction de Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol

Presses universitaires de Rouen et du Havre

Phil5_Pub_A5

Avec le « récit d’esclave », le cinquième numéro de la Revue du Philanthrope aborde un sujet qui, presque exclusivement étudié aux États-Unis jusqu’à une période récente, mobilise aujourd’hui fortement tous les chercheurs qui sont désireux d’investir les études sur l’esclavage dans le monde atlantique. Trois parties composent ce volume. Après avoir mis en perspective le corpus de sources sur lequel s’appuient les recherches sur le « récit d’esclave » et montré leur évolution, des études de cas choisies parmi les textes les plus célèbres produits aux États-Unis (les récits de Sojourner Truth, de Solomon Northup et des époux Crafts) mettent en évidence les acquis épistémologique et méthodologique liés aux investigations dans ce champ de recherche novateur. La dernière partie du numéro s’achève par une incursion dans les espaces coloniaux anglophone, hispanophone et lusophone qui furent marqués par l’importance du fait esclavagiste au xixe siècle.

Ont contribué à ce volume : Lucia Bergamasco, Laurence Cossu-Beaumont, Sandrine Ferré-Rode, Rahma Jerad, Jean-Pierre Le GLaunec Françoise Palleau-Papin Claire Parfait, Aderivaldo Ramos de Santana, Claudine Raynaud, Matthieu Renault, Marie-Jeanne Rossignol, Michaël roy, Ada Savin

Séminaire EHDLM – Deborah Jenson : « Beyond the Slave Narrative » (16 mai)

La 4ème séance du séminaire du projet Sorbonne Paris Cité EHDLM (Écrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains Américains) se déroulera le vendredi 16 mai 2014 de 17h30 à 19h, en salle 16 de l’Institut du Monde Anglophone, Université Sorbonne Nouvelle, 5 rue de L’école de Médecine, 75006 Paris. Nous recevrons Deborah Jenson.

Deborah Jenson est professeur à Duke University, où elle dirige le Centre d’études latino-américaines et caribéennes, et co-dirige le centre de recherches sur Haïti. Elle est l’auteur de Beyond the Slave Narrative: Politics, Sex, and Manuscripts in the Haitian Revolution (Liverpool University Press,2011, réédité 2012). Elle parlera de cette publication, dont on trouvera un résumé ci-dessous.

images

The Haitian Revolution has generated responses from commentators in fields ranging from philosophy to historiography to twentieth-century literary and artistic studies. But what about the written work produced at the time, by Haitians? This book presents an account of a specifically Haitian literary tradition in the Revolutionary era. It shows the emergence of two strands of textual innovation, both evolving from the new revolutionary consciousness: the political texts produced by Haitian revolutionary leaders Toussaint Louverture and Jean-Jacques Dessalines; and popular Creole poetry from anonymous courtesans in Saint-Domingue’s libertine culture. These textual forms, though they differ from each other, demonstrate both the increasing cultural autonomy and the literary voice of non-white populations in the colony at the time of revolution. Unschooled generals and courtesans, long presented as voiceless, are revealed to be legitimate speakers and authors. These Haitian French and Creole texts have been neglected as a foundation of Afro-diasporic literature by former slaves in the Atlantic world for two reasons: they do not fit the generic criteria of the slave narrative (which is rooted in the autobiographical experience of enslavement); and they are mediated texts, relayed to the print-cultural Atlantic domain not by the speakers themselves, but by secretaries or refugee colonists. These texts challenge how we think about authorial voice, writing, print culture, and cultural autonomy in the context of the formerly enslaved, and demand that we reassess our historical understanding of the Haitian Independence and its relationship to an international world of contemporary readers.

 

Organisation: Hélène Le Dantec-Lowry (Paris 3-Sorbonne nouvelle), Claire Parfait (Paris 13), Marie-Jeanne Rossignol (Paris Diderot), Matthieu Renault (Paris 13)

 

Le projet EHDLM à l’honneur dans Le Monde

A l’occasion de la sortie de Twelve Years a Slave de Steve McQueen et de la réédition du récit de Solomon Northup dont le film est une adaptation, Marie-Jeanne Rossignol et Matthieu Renault ont été interviewés par le journal Le Monde dans le cadre d’un article sur les slave narratives. Signé Anne Chemin et intitulé « La parole est aux esclaves », cet article peut être consulté à l’adresse suivante : http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/01/16/la-parole-est-aux-esclaves_4349417_3246.html.

Colloque « Écrire sur l’esclavage » (Le Havre, 28-29 novembre 2013)


Affiche_Colloque_Novembre2013

Programme du colloque (format pdf)

Le colloque Écrire sur l’esclavage s’inscrit dans le cycle des colloques organisés en partenariat entre l’université du Havre et la ville du Havre depuis 2008. Il prolonge une réflexion menée également dans le cadre d’un programme de recherche (UMR Idees 6266/CNRS) coordonné entre 2008 et 2012 par l’organisateur des colloques havrais (É. Saunier).

Les colloques havrais ont permis de réaliser trois publications (Villes portuaires du commerce triangulaire à l’abolition ; Les Abolitions de la Normandie aux Amériques ; L’île de la Réunion au temps de l’esclavage -1817/1824) qui, à l’exemple de cette dernière, parue en novembre 2012, prennent un soin particulier à valoriser le patrimoine culturel régional (L’île de la Réunion au temps de l’esclavage -1817/1824 englobe ainsi la critique et la transcription d’un manuscrit de la Bibliothèque municipale du Havre). Ils ont aussi participé à la dynamique scientifique autour de l’esclavage en Normandie concrétisée par la publication de deux ouvrages parus aux PURH en avril 2012 : Figures d’esclaves et Le récit de William Wells Brown, ouvrage transcrit et précédé d’une présentation critique par Marie-Jeanne Rossignol et Claire Parfait, professeures aux universités Paris Diderot et de Paris 13.

 C’est cette dernière publication, centrée autour des apports de l’un des récits d’esclaves les plus célèbres aux États-Unis, parce qu’elle s’inscrit dans le cadre des études novatrices sur la place occupée par ces récits dans la lutte des abolitionnistes, qui est à l’origine du choix de la thématique et de la programmation de ce colloque international visant à présenter au public les enjeux et les intérêts de ces textes pour la connaissance de l’esclavage.

Ce colloque proposera à la fois une réflexion théorique et la présentation d’études de cas sur le récit d’esclave dans les mondes anglophone, francophone et hispanophone. Les interventions examineront notamment le contexte et le rôle politique des récits : genre et périodisation, publication, circulation et réception, réécritures contemporaines du récit d’esclave. Faisant suite à cette présentation théorique et à ces études de cas, la dernière partie du colloque, qui ouvre également l’exposition Paul et Virginie, un exotisme enchanteur, organisée du 22 novembre 2013 au 18 mai 2014 à l’Hôtel Dubocage de Bléville, est consacrée à l’étude des écrits de l’esclavage dans le monde indianocéanique entre l’époque de Bernardin de Saint-Pierre et le premier XIXe siècle.

Ce colloque s’inscrit également dans le cadre du projet PRES Sorbonne Paris-Cité Écrire l’histoire depuis les marges, porté par Claire Parfait (Université Paris 13), Hélène Le Dantec-Lowry (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) et Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris Diderot).