Archives par mot-clé : New Orleans

Compte-rendu Séminaire EHDLM – Deborah Jenson (16 mai 2014)

La 4ème séance du séminaire du projet Sorbonne Paris Cité EHDLM (Écrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains Américains) s’est déroulé le vendredi 16 mai 2014 de 17h30 à 19h, en salle 16 de l’Institut du Monde Anglophone, Université Sorbonne Nouvelle, 5 rue de L’école de Médecine, 75006 Paris. Nous avons reçu Deborah Jenson.

Deborah Jenson est professeur à Duke University, où elle dirige le Centre d’études latino-américaines et caribéennes, et co-dirige le centre de recherches sur Haïti. Elle est l’auteur de Beyond the Slave Narrative: Politics, Sex, and Manuscripts in the Haitian Revolution (Liverpool University Press,2011, réédité 2012).

images

Dans Beyond the Slave Narrative, Deborah Jenson s’intéresse à des textes révolutionnaires de dirigeants haïtiens (Toussaint Louverture, Dessalines) ainsi qu’à des poèmes de courtisanes anonymes. On a longtemps pensé que les esclaves des colonies francophones n’avaient pas laissé de traces écrites. Ceci est largement dû au fait que, dans le monde anglophone, la parole des esclaves s’exprime à travers les récits d’esclave (slave narratives). Le genre du récit d’esclave a donc longtemps empêché les chercheurs de voir qu’il existait d’autres types de témoignages d’esclaves, par exemple les documents étudiés par Deborah Jenson dans son ouvrage. Ainsi, les textes révolutionnaires et les proclamations de Dessalines circulent dans la jeune République américaine et jusqu’en Allemagne où elles ont pu influencer la conception de la fameuse « dialectique maître-esclave » de Hegel.

Lors de la révolution de Saint-Domingue, nombre d’Haïtiens, à la fois des planteurs, des esclaves et des Noirs libres, se sont réfugiés en Louisiane. Or, le paradigme de l' »Atlantique noir » de Paul Gilroy a exclu  la Nouvelle-Orléans en raison de la langue. Deborah Jenson a terminé sa présentation en expliquant les multiples influences que les réfugiés haïtiens ont exercé sur la culture de la Nouvelle-Orléans. Cette influence est tout particulièrement perceptible dans la littérature louisianaise.