Archives par mot-clé : Le Havre

Colloque « Écrire sur l’esclavage » (Le Havre, 28-29 novembre 2013)


Affiche_Colloque_Novembre2013

Programme du colloque (format pdf)

Le colloque Écrire sur l’esclavage s’inscrit dans le cycle des colloques organisés en partenariat entre l’université du Havre et la ville du Havre depuis 2008. Il prolonge une réflexion menée également dans le cadre d’un programme de recherche (UMR Idees 6266/CNRS) coordonné entre 2008 et 2012 par l’organisateur des colloques havrais (É. Saunier).

Les colloques havrais ont permis de réaliser trois publications (Villes portuaires du commerce triangulaire à l’abolition ; Les Abolitions de la Normandie aux Amériques ; L’île de la Réunion au temps de l’esclavage -1817/1824) qui, à l’exemple de cette dernière, parue en novembre 2012, prennent un soin particulier à valoriser le patrimoine culturel régional (L’île de la Réunion au temps de l’esclavage -1817/1824 englobe ainsi la critique et la transcription d’un manuscrit de la Bibliothèque municipale du Havre). Ils ont aussi participé à la dynamique scientifique autour de l’esclavage en Normandie concrétisée par la publication de deux ouvrages parus aux PURH en avril 2012 : Figures d’esclaves et Le récit de William Wells Brown, ouvrage transcrit et précédé d’une présentation critique par Marie-Jeanne Rossignol et Claire Parfait, professeures aux universités Paris Diderot et de Paris 13.

 C’est cette dernière publication, centrée autour des apports de l’un des récits d’esclaves les plus célèbres aux États-Unis, parce qu’elle s’inscrit dans le cadre des études novatrices sur la place occupée par ces récits dans la lutte des abolitionnistes, qui est à l’origine du choix de la thématique et de la programmation de ce colloque international visant à présenter au public les enjeux et les intérêts de ces textes pour la connaissance de l’esclavage.

Ce colloque proposera à la fois une réflexion théorique et la présentation d’études de cas sur le récit d’esclave dans les mondes anglophone, francophone et hispanophone. Les interventions examineront notamment le contexte et le rôle politique des récits : genre et périodisation, publication, circulation et réception, réécritures contemporaines du récit d’esclave. Faisant suite à cette présentation théorique et à ces études de cas, la dernière partie du colloque, qui ouvre également l’exposition Paul et Virginie, un exotisme enchanteur, organisée du 22 novembre 2013 au 18 mai 2014 à l’Hôtel Dubocage de Bléville, est consacrée à l’étude des écrits de l’esclavage dans le monde indianocéanique entre l’époque de Bernardin de Saint-Pierre et le premier XIXe siècle.

Ce colloque s’inscrit également dans le cadre du projet PRES Sorbonne Paris-Cité Écrire l’histoire depuis les marges, porté par Claire Parfait (Université Paris 13), Hélène Le Dantec-Lowry (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) et Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris Diderot).