Colloque « Écrire sur l’esclavage » (Le Havre, 28-29 novembre 2013)


Affiche_Colloque_Novembre2013

Programme du colloque (format pdf)

Le colloque Écrire sur l’esclavage s’inscrit dans le cycle des colloques organisés en partenariat entre l’université du Havre et la ville du Havre depuis 2008. Il prolonge une réflexion menée également dans le cadre d’un programme de recherche (UMR Idees 6266/CNRS) coordonné entre 2008 et 2012 par l’organisateur des colloques havrais (É. Saunier).

Les colloques havrais ont permis de réaliser trois publications (Villes portuaires du commerce triangulaire à l’abolition ; Les Abolitions de la Normandie aux Amériques ; L’île de la Réunion au temps de l’esclavage -1817/1824) qui, à l’exemple de cette dernière, parue en novembre 2012, prennent un soin particulier à valoriser le patrimoine culturel régional (L’île de la Réunion au temps de l’esclavage -1817/1824 englobe ainsi la critique et la transcription d’un manuscrit de la Bibliothèque municipale du Havre). Ils ont aussi participé à la dynamique scientifique autour de l’esclavage en Normandie concrétisée par la publication de deux ouvrages parus aux PURH en avril 2012 : Figures d’esclaves et Le récit de William Wells Brown, ouvrage transcrit et précédé d’une présentation critique par Marie-Jeanne Rossignol et Claire Parfait, professeures aux universités Paris Diderot et de Paris 13.

 C’est cette dernière publication, centrée autour des apports de l’un des récits d’esclaves les plus célèbres aux États-Unis, parce qu’elle s’inscrit dans le cadre des études novatrices sur la place occupée par ces récits dans la lutte des abolitionnistes, qui est à l’origine du choix de la thématique et de la programmation de ce colloque international visant à présenter au public les enjeux et les intérêts de ces textes pour la connaissance de l’esclavage.

Ce colloque proposera à la fois une réflexion théorique et la présentation d’études de cas sur le récit d’esclave dans les mondes anglophone, francophone et hispanophone. Les interventions examineront notamment le contexte et le rôle politique des récits : genre et périodisation, publication, circulation et réception, réécritures contemporaines du récit d’esclave. Faisant suite à cette présentation théorique et à ces études de cas, la dernière partie du colloque, qui ouvre également l’exposition Paul et Virginie, un exotisme enchanteur, organisée du 22 novembre 2013 au 18 mai 2014 à l’Hôtel Dubocage de Bléville, est consacrée à l’étude des écrits de l’esclavage dans le monde indianocéanique entre l’époque de Bernardin de Saint-Pierre et le premier XIXe siècle.

Ce colloque s’inscrit également dans le cadre du projet PRES Sorbonne Paris-Cité Écrire l’histoire depuis les marges, porté par Claire Parfait (Université Paris 13), Hélène Le Dantec-Lowry (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) et Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris Diderot).

CFP : Black Historians and the Writing of History in the 19th and early 20th century: What Legacy?


As part of the project EHDLM (Writing History from the Margins) funded by the PRES Sorbonne Paris Cité, a conference will be held in Paris, University Paris Diderot, June 12-14 2014, on

 

Black Historians and the Writing of History in the 19th and early 20th centuries: What Legacy?

woodson williams dubois

Organizers: Marie-Jeanne Rossignol, Claire Bourhis-Mariotti, Hélène Le Dantec-Lowry, Claire Parfait, Mathieu Renault

Scientific committee: Ira Berlin (University of Maryland, College Park), Myriam Cottias (CNRS, CIRESC), Elisabeth Cunin (IRD, CNRS), Pap N’Diaye (Sciences Po), Martha Jones (Michigan), Jean-Paul Lallemand (EHESS, CENA)

Abstracts: 300 words + one-page CV to be sent to blackhistoriansparis2014@gmail.com by November 1, 2013

“History has thrown the colored man out.”

William Wells Brown 1860, in Benjamin Quarles, Black Mosaic 1988, 111

robert b lewis

 

Almost 100 years after The Journal of Negro History was founded by Carter G. Woodson, we would like to reassess the legacy of those black historians who wrote the history of their community between the 1830s and World War II. Through slavery and segregation, self-educated and formally educated black Americans wrote works of history in order to inscribe, or re-inscribe, African Americans in American history. This served a two-fold objective: to make African-Americans proud of their past and to enable them to fight against white prejudice.

Over the past decades, historians have turned to the study of these pioneers, but a number of issues remain to be addressed. At first, before African Americans received doctorates in history or taught history at all-black colleges, activists wrote the first histories of their community (and beyond). We propose to address the following questions:  who published these books; how were they distributed, read and received? How can we assess the work of these “amateurs” from a historian’s point of view, at a time when the writing of history was becoming professional in Europe as well as in the United States? What do these publications reveal about the construction of professional history in the nineteenth century when we examine them in relation with other works by Euro-Americans whether working in an academic setting or as independent researchers?

Regarding the more “professional” generation that slowly emerged at the beginning of the twentieth century (Du Bois, Woodson, Logan, and others), a number of questions also remain unanswered. These historians wrote history “from the margins” of the profession, launching journals, organizing conferences and developing institutional tools for their segregated scientific activity. The process of integration was slow and mostly started after the Second World War. Yet one can wonder whether the marginal position of these historians was a hindrance or whether it might also have been an asset. Could it be argued that their use of alternative sources made them pioneers in developing a type of social and cultural history which would later be exemplified by the Annales school in France? If so,the intellectual contribution of the black historians who wrote professional history in the first half of the twentieth century must be re-assessed globally as well as nationally: what does it mean to write history from the margins?

nell

Finally, the work of these early historians must be placed squarely within the longer term historiographical development of African American and American history: African American history emerged as a major field of investigation in American history in the 1970s and 1980s, and, with the rise of Atlantic history in the 1990s and 2000s, it has now become one of the principal preoccupations of American historians. The groundwork had, however, been laid long before in a climate of segregation: the slave trade, US-Haitian relationships, and other key issues were the objects of major studies before the Second World War. How were these books circulated, read and received beyond an educated black public? Are these historians fully recognized for their pioneering work outside of their community, or have they been relegated to the margins of professional historical memory?

William C. Nell

Plenary speakers: Pero Dagbovie, Michigan State University, and Claire Parfait, Université Paris 13

This conference is sponsored by www.sorbonnepariscite.fr

And the following research teams : CIRESC/CNRS, LARCA, CREW, CRIDAF/Pléiade.

It will be held at University Paris Diderot www.univ-paris-diderot.fr

Séminaire EHDLM – Karen Weyler: « Empowering Words » (9 octobre)

KarenWeylerLa 1ère séance du séminaire du projet PRES SPC EHDLM (Writing History from the Margins) s’est déroulée le 9 octobre 2013 de 17h à 18h30 devant une assemblée nombreuse.

Karen Weyler (University of North Carolina, Greensboro) nous a présenté son ouvrage Empowering Words. Outside Authorship in Early America (2013).

Dans cet ouvrage, Karen Weyler s’intéresse à des “outsiders” (femmes, Indiens, Noirs) qui ont pourtant réussi à s’imposer comme auteurs à la fin du XVIIIè siècle en Amérique. Elle s’est particulièrement penchée sur les stratégies de publication qui leur ont permis d’être acceptés, publiés et lus.

 

KWeylerParis

En analysant les processus de publication, Karen Weyler explore la notion d’ »authorship » qui ne peut se réduire à la reconnaissance publique d’une forte individualité et de compétences littéraires. De quels réseaux bénéficiaient ces « outsiders » ? Car sans réseau, sans appui, il n’y a pas d’auteur. De même faut-il, comme la poétesse Phyllis Wheatley, se conformer au genre le plus populaire, tout en le transformant. Ou comme la journaliste Clementina Rind, se rendre indispensable au monde masculin qui a besoin des services du journal. Mais qu’attendaient les auteurs ? Ils cherchaient assurément une intégration dans une société qui ne leur était pas a priori favorable, comme John Marrant et John Hammond, deux Noirs qui affirmaient leur foi pour se faire accepter dans la communauté des chrétiens.

 

 

 

Parution de l’ouvrage “Couleurs, esclavages, libérations coloniales 1804-1860″

Parution de l’ouvrage Couleurs, esclavages, libérations coloniales 1804-1860 aux éditions Les Perséides (2013), sous la direction de Claire Bourhis-Mariotti, Bernard Gainot, Marcel Dorigny, Marie-Jeanne Rossignol et Clément Thibaud.

VisuelCouleursLa thématique développée dans cet ouvrage est la mutation paradoxale du système colonial européen hérité des « découvertes » de la fin du XVe siècle durant la période 1804-1860, avant que ne se réalisent à grande échelle les nouvelles conquêtes européennes et que ne s’ouvre une nouvelle ère « impérialiste ». Phénomène global, cette mutation a affecté les trois aires géographiques du monde atlantique, mais aussi les sociétés coloniales de l’océan Indien. La nouvelle orientation coloniale reposait sur trois postulats : abolir la traite et l’esclavage, à la fois au nom des droits de l’homme et de la recherche d’une efficacité économique maximale, dans le cadre des nouvelles conceptions de la division du travail, du salariat, de la mécanisation et des échanges internationaux ; implanter en Afrique des « établissements », agricoles et commerciaux, afin de mettre en valeur ce continent — désormais épargné par le fléau de la traite négrière — selon les normes et les méthodes de l’Europe qui se donnait dès lors la « mission de civiliser » l’Afrique en lui apportant ses Lumières ; redéfinir les relations de travail au sein même des « anciennes colonies » pour perpétuer le cadre de la monoculture extensive, en ayant recours à des contrats de location de la force de travail, ou de partage inégalitaire des produits de la récolte. Cette large perspective révèle la cohérence de cette période cruciale longtemps négligée par l’historiographie, pendant laquelle se met en place l’arsenal idéologique des colonisations futures.

Pour la partie concernant l’aire anglo-américaine, contributions de:

– Claire Bourhis-Mariotti : « L’émigration volontaire des Noirs-Américains vers Haïti dans les années 1820 : Une alternative aux projets de l’American Colonization Society »

– Eric Burin : « La loi sur la traite négrière de 1819 : Un nouveau regard sur la politique de colonisation des États-Unis vers l’Afrique et les débats sur l’esclavage au Congrès »

– Kate Hodgson: « Envisager l’avenir après l’esclavage : Voyageurs abolitionnistes dans la Caraïbe, 1833-1848 »

– Suzanne Schwarz: « D’une administration privée au contrôle de la Couronne : Expérimentation et adaptation en Sierra Leone à la fin du xviiie et au début du xixe siècle »

– Joseph Yannielli: « Géographies de l’abolition : la mission Mendi »

ISBN : 978-2-915596-96-0

Septembre 2013, 23 x 15 cm, 416 pages, 28 €

L’ouvrage est disponible à la vente notamment par le biais du site de l’éditeur : http://lesperseides.fr/nouveaute/

N’hésitez pas à communiquer ce lien aux bibliothèques et institutions (universitaires) susceptibles d’être intéressées par l’acquisition de cet ouvrage.