Équipe/Team

 

Claire PARFAIT (Université Paris 13, Pléiade)

Claire Parfait enseigne la civilisation américaine et l’histoire du livre à l’université Paris 13, où elle a dirigé le CRIDAF jusqu’en septembre 2012. Elle vient de publier, en collaboration avec Marie-Jeanne Rossignol, Récit de William Wells Brown, esclave fugitif, écrit par lui-même, dans la collection « Récits d’esclaves » dirigée par Anne Wicke, aux Publications des universités de Rouen et du Havre. Elle a entre autres co-dirigé un numéro spécial de la revue E-rea intitulé « Mémoires fluctuantes, histoires fondatrices dans les mondes francophones et anglophones, 19-21e siècles » (2011). Elle prépare actuellement une monographie sur les historiens afro-américains des années 1830 aux années 1930. Ancienne boursière Fulbright, elle a été professeur invitée aux Etats-Unis et en Australie, et fait partie de l’association internationale d’historiens du livre SHARP, dont elle a été responsable des relations extérieures (« external affairs director ») pendant deux ans.

 

Marie-Jeanne ROSSIGNOL (Université Paris Diderot, LARCA)

Marie-Jeanne Rossignol enseigne l’histoire et la civilisation américaines à l’Université Paris-Diderot. Elle est membre de l’équipe LARCA (axes « Lumières et modernité » et « Histoire du politique dans les pays anglophones »). Elle est actuellement présidente de EEASA (European Association for Early American Studies) et membre du comité de rédaction de la revue Écrire l’histoire. Spécialiste de l’histoire de l’abolition en Amérique du nord, elle est également membre du bureau du CIRESC (Centre International de Recherches sur l’Esclavage, EHESS). Après avoir traduit et édité Récit de William Wells Brown, esclave fugitif, écrit par lui-même avec Claire Parfait, elle prépare actuellement en collaboration une traduction de A Short History of Guinea (1771) de l’abolitionniste Anthony Benezet. Elle prépare également une synthèse sur l’abolition en Amérique du nord avant 1830 : Combattre l’esclavage : le premier mouvement anti-esclavagiste en Amérique du nord 1754-1827 (ouvrage à paraître en 2014, Karthala).

 

Hélène LE DANTEC-LOWRY (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, CREW)

Hélène Le Dantec-Lowry est professeure de civilisation américaine à la Sorbonne Nouvelle où elle dirige le CRAN (Centre de recherche sur l’Amérique du Nord) au sein de l’équipe de civilisation CREW (EA 4399) depuis mai 2010. Elle est rédactrice en chef de la Revue française d’Etudes Américaines  et membre du comité scientifique de la revue Ranam, la revue d’études anglophones de l’Université de Strasbourg. Elle est membre fondateur et ancienne vice-présidente du CEAAD (Cercle d’Etudes Afro-Américaines et Diasporiques), association inter-universitaire européenne. Elle a publié De l’esclave au président. Discours sur les familles noires aux Etats-Unis. Paris : Editions du CNRS (2010). Elle a dirigé avec Ambre Ivol (Université de Nantes) Generations of Social Movements: Remembering the Left in the US and France (Paradigm, 2014)

 

Matthieu RENAULT (Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité)

Matthieu Renault est docteur en philosophie et science politique (Université Paris Diderot, Università degli Studi di Bologna), postdoctorant dans le cadre du projet « Écrire l’histoire depuis les marges » et chercheur associé à Les Afriques dans le Monde (CNRS, Science Po Bordeaux). Ses recherches se situent au croisement de la philosophie politique, des études postcoloniales et de l’épistémologie des sciences humaines et sociales. Il est notamment l’auteur de Frantz Fanon. De l’anticolonialisme à la critique postcoloniale (Éditions Amsterdam, 2011) ainsi que d’une postface à la réédition du récit de Solomon Northup, Douze ans d’esclavage (Éditions Entremonde, 2013).

 

Claire BOURHIS-MARIOTTI (Université Paris 8)

Claire Bourhis-Mariotti est Maître de conférences en histoire et civilisation des Etats-Unis (Université Paris 8). Ses recherches portent principalement sur l’histoire des Africains-Américains au XIXème siècle et plus spécifiquement sur la colonisation et les mouvements d’émigration volontaire en Haïti. Elle a récemment co-dirigé l’ouvrage Couleurs, esclavages, libération coloniales 1804-1860 (Les Perséides, 2013) avec Marie-Jeanne Rossignol, Bernard Gainot, Clément Thibaud et Marcel Dorigny, et travaille entre autres sur une série de recueils de sources primaires commentées: Black Colonization, Emigration and the American Civil War (Pickering & Chatto, à paraître) avec une équipe de chercheurs internationale (notamment Céline Flory, Sebastian Page et Phillip Magness).

 

Pauline VERMEREN (Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité)

Pauline VERMEREN est docteure en philosophie et science politique (Université Paris-7 Diderot), postdoctorante dans le cadre du projet « Écrire l’histoire depuis les marges » et chercheure associée au Laboratoire de Changement Social et Politique (LCSP).