Compte rendu du colloque « Black Historians » dans la revue Transatlantica

AfficheBlackHistorians

 

Un compte rendu du colloque « Black Historians and the Writing of History in the 19th and Early 20th Centuries: What Legacy? », rédigé par Liess Benlalli (doctorant, Université Paris 13) et Lamia Dzanouni (doctorante, Sorbonne Nouvelle), est disponible dans le dernier numéro de la revue en ligne Transatlanticahttp://transatlantica.revues.org/7122

Compte rendu de la journée d’étude « Culture matérielle et écriture de l’histoire »

Culture matérielle et écriture de l’histoire : le cas des Africains-Américains

(Material Culture and the Writing of History : The Case of African Americans)

Journée d’étude du 22 novembre 2014, Institut du Monde Anglophone, Université Sorbonne Nouvelle, dans le cadre du projet EHDLM (Écrire l’histoire depuis les marges, le cas des Africains-Américains) de la COMUE Sorbonne Paris Cité.

Organisation: Claire Bourhis-Mariotti (Paris 8-Vincennes St Denis), Hélène Le Dantec-Lowry (Sorbonne nouvelle), Claire Parfait (Paris 13), Matthieu Renault (Paris 13), Marie-Jeanne Rossignol (Paris Diderot).

Compte rendu rédigé par Hélène Le Dantec-Lowry

Lors de cette journée d’études, les intervenants, des chercheurs américains et français, spécialistes d’histoire africaine-américaine mais également d’archéologie, de photographie, d’art, etc. se sont penchés sur la culture et les traces matérielles des Noirs aux Etats-Unis depuis le XVIIIe siècle, examinées ici comme des formes d’écriture alternative de l’histoire.

Ces sources diverses servent à retracer le passé des Noirs aux États-Unis, à affiner le récit sur certaines périodes en particulier et à donner voix à des Africains-Américains si longtemps écartés des récits officiels et dominants. Concernant l’esclavage, les fouilles archéologiques, dans le domaine de Jefferson à Monticello, par exemple, aident à exposer les dynamiques sociales et les négociations raciales en cours et à observer les transformations par les Noirs asservis dans leurs habitations (F. Neiman). L’étude des vêtements des esclaves (K. Knowles) permet d’examiner la logique d’oppression des Noirs et l’imposition de normes raciales et genrées du système esclavagiste par les tissus et coupes imposées par les Blancs. Elle montre aussi les résistances à l’œuvre parmi des esclaves qui refusaient le système racial en vigueur en personnalisant les vêtements qu’on leur donnait ou en insistant pour porter les modes euro-américaines qui leur étaient pourtant interdites. Ailleurs, les photographies des Noirs à Cuba à partir des années 1840 tendaient à effacer l’expérience d’un système esclavagiste pourtant particulièrement cruel, et ce notamment pour présenter une image idyllique propice au commerce avec les États-Unis (R. Jerad).

Cette journée a montré également à la fois les intentions des producteurs de sources matérielles et leur inscription dans un système socioéconomique donné. Ainsi, l’intérêt pour les daguerréotypes par les Noirs aux États-Unis au XIXe siècle présente l’intersection entre, d’abord, les logiques de production et de consommation d’un art abordable, par des entrepreneurs noirs pour des sujets blancs notamment, et, d’autre part, le souci de fabriquer des traces visuelles des Africains-Américains dans une logique militante liée à l’abolitionnisme et aux progrès du groupe noir (D. Aubert). De même, l’écriture et la publication de manuels d’économie domestique par des Africains-Américains au XIXe siècle – dont le premier fut publié commercialement par Robert Roberts en 1827– démontre aussi bien l’acceptation des codes sociaux et raciaux en vigueur de ceux qui travaillaient dans les maisons de la bourgeoisie blanches qu’une certaine forme de résistance par leurs auteurs qui, grâce à leur ouvrage, acquéraient statut social élevé et respectabilité aux yeux des autres Noirs (H. Le Dantec-Lowry).

Enfin, la source matérielle, objet esthétique, est aussi objet de mémoire individuelle et collective. C’est le cas des œuvres d’art et d’artisanat qui représentent les objets, manières et personnages du passé (mode, habitat, cuisine, outils, etc.) et recréent des étapes importantes de l’histoire africaine-américaine dans sa dimension réelle ou mythique. Les peintures, illustrations d’ouvrages pour enfants (celles de Faith Ringold) et les patchworks créés par des Africaines-Américaines du Sud participent ainsi à l’écriture et la  réécriture de l’histoire, parfois dans une approche collective (M. Saconie ; G. Chouard).