Parution Revue du Philantrope, n°5 : Écrire sur l’esclavage

Revue du Philanthrope, n° 5 –  2014, Écrire sur l’esclavage

Sous la direction de Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol

Presses universitaires de Rouen et du Havre

Phil5_Pub_A5

Avec le « récit d’esclave », le cinquième numéro de la Revue du Philanthrope aborde un sujet qui, presque exclusivement étudié aux États-Unis jusqu’à une période récente, mobilise aujourd’hui fortement tous les chercheurs qui sont désireux d’investir les études sur l’esclavage dans le monde atlantique. Trois parties composent ce volume. Après avoir mis en perspective le corpus de sources sur lequel s’appuient les recherches sur le « récit d’esclave » et montré leur évolution, des études de cas choisies parmi les textes les plus célèbres produits aux États-Unis (les récits de Sojourner Truth, de Solomon Northup et des époux Crafts) mettent en évidence les acquis épistémologique et méthodologique liés aux investigations dans ce champ de recherche novateur. La dernière partie du numéro s’achève par une incursion dans les espaces coloniaux anglophone, hispanophone et lusophone qui furent marqués par l’importance du fait esclavagiste au xixe siècle.

Ont contribué à ce volume : Lucia Bergamasco, Laurence Cossu-Beaumont, Sandrine Ferré-Rode, Rahma Jerad, Jean-Pierre Le GLaunec Françoise Palleau-Papin Claire Parfait, Aderivaldo Ramos de Santana, Claudine Raynaud, Matthieu Renault, Marie-Jeanne Rossignol, Michaël roy, Ada Savin

Journée d’étude : L’esclavage à l’écran (12 décembre 2014)

affiche_JE_JPEG

 

Journée d’étude : « L’esclavage à l’écran »

Slavery on Screen: A One-day Symposium

 

organisée par l’université Paris Diderot (LARCA, Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones – UMR 8225) et l’université Paris 13 (Pléiade – EA 7338)

 

Événement organisé avec le soutien du projet Sorbonne Paris Cité « Écrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains-Américains » (http://hdlm.hypotheses.org).

 

En l’espace de deux ans, trois films réalisés par trois réalisateurs reconnus ont fait de l’institution esclavagiste leur toile de fond, sinon leur sujet : Lincoln de Steven Spielberg (2012), Django Unchained de Quentin Tarantino (2012) et 12 Years a Slave de Steve McQueen (2013) ; le premier présente la lutte abolitionniste aux États-Unis comme un combat héroïque mené par des politiciens blancs aux convictions inébranlables, le second fait le pari de montrer le système esclavagiste sur le mode du divertissement, et le troisième donne le point de vue de l’esclave, dressant par là même un tableau glaçant de « l’institution particulière ». Alors qu’il n’avait été représenté que de manière marginale, l’esclavage des Noirs, parfois figuré dans ses réalités les plus brutales, constitue désormais un réservoir de fictions cinématographiques en même temps qu’un terrain de réflexion politique pour le cinéma américain. Cette journée d’étude est ainsi conçue comme un espace de discussion autour de la question de la représentation de l’esclavage africain-américain par des réalisateurs anglophones ; on y interrogera les aspects historiques, contextuels et civilisationnels de cette production autant que ses aspects esthétiques.

 

Date : 12 décembre 2014

Lieu : Université Paris Diderot, amphithéâtre Turing, bâtiment Sophie Germain, au croisement de l’avenue de France et de la rue Alice-Domon-et-Léonie-Duquet 75013 Paris

Contact : Gwennaëlle Cariou (gwencariou [at] hotmail.fr), Michaël Roy (michael.roy [at] univ-paris13.fr)

 

9h : accueil des participants

9h15 : allocution d’ouverture

 

Matinée

Présidence : Emmanuelle Delanoë-Brun (Paris Diderot)

9h30-11h :

Penny Starfield (Caen-Basse Normandie) : Screening (Out) Slaves: Representation and Non-Representation of Slavery in American Film

Claire Dutriaux (Paris Sorbonne) : « Spirit of the dead, rise up! […] and claim your story » : esthétique de la révolte d’esclave dans Sankofa de Haile Gerima

Mathias Kusnierz (Paris Diderot) : « Debout les damnés de l’Histoire (des formes) ! » : esthétique pauvre et discours sur l’esclavage dans Django Unchained

Pause café

11h30 : conférence plénière

Melvyn Stokes (University College London) : From Nostalgia to Remorse? Representing Slavery on Film, 1908-2013

 

Après-midi : Autour de 12 Years a Slave de Steve McQueen

Présidence : Claire Parfait (Paris 13)

14h-15h30 :

Hélène Charlery (Toulouse-Jean Jaurès) : Les personnages féminins noirs dans LincolnDjango Unchained et 12 Years a Slave : entre invisibilité et survisibilité

Célia Sauvage (Sorbonne Nouvelle-Paris 3) : La réception controversée de 12 Years a Slave : l’esclavage entre Histoire, race et émotions

Anne Bellas Viars (École navale) : De Solomon Northup’s Odyssey à 12 Years a Slave : le récit d’esclave de Solomon Northup à l’écran

Pause café

16h-17h :

Anne-Marie Paquet-Deyris (Paris Ouest Nanterre La Défense) : Confronting Race Head-on in 12 Years a Slave: Redefining the Contours of the Classic Biopic?

Philip Kaisary (University of Warwick) : Systematicity, Suffering, and Aesthetics in Steve McQueen’s Adaptation of Solomon Northup’s Twelve Years a Slave

 

 

Site web de la journée d’études : http://esclavageecran.wordpress.com/

Métro : ligne 14, RER C – arrêt Bibliothèque François Mitterrand

Tram : ligne 3a – arrêt Avenue de France

Bus : 89, 62, 64, 132, 325

 

STARACO : Appel à communication Libertés et esclavages dans le monde atlantique/ CFP Freedoms and slaveries in the Atlantic World

 

APPEL A COMMUNICATION

DOCTORANTS ET POSTDOCTORANTS

 

Libertés et esclavages dans le monde atlantique

(XIVe-XXe s.)

 

Soutien à :

La participation des jeunes chercheurs

La valorisation de leurs travaux

 

Programme de recherche STARACO, Université de Nantes (France)

Université d’été à Nantes

 

Le projet STARACO (STAtuts, « RAce » et COuleurs dans le monde atlantique de l’Antiquité à nos jours), financé par la Région Pays de la Loire, propose un soutien à la participation de doctorants et post-doctorants (Europe, Afrique, Amériques) à l’Université d’été qui se déroulera à Nantes du 22 au 26 juin 2015 sur « Libertés et esclavages dans le monde atlantique (XIVe-XXe s.) ».

Argumentaire

La bibliographie sur le phénomène de l’esclavage atlantique est aujourd’hui pléthorique. Un projet sur la définition des hiérarchies de couleurs et de ‘races’ ne peut néanmoins faire l’économie de cette thématique. Il est évident que la déportation de millions de captifs africains vers les Amériques constitue le ressort le plus puissant de la racialisation de l’esclavage, aboutissant à la représentation naturalisée selon laquelle tout esclave est noir. Cette équivalence simple cache un processus historique complexe que cet axe voudrait élaborer. Il faut commencer par dénaturaliser la notion d’esclavage, qui voile en réalité des situations très diverses dans le temps et l’espace que les divers spécialistes mobilisés dans notre réseau pourront comparer. C’est pourquoi il faut employer le mot au pluriel. A la diversité des esclavages répond celle des modes de libération et des statuts qu’ils engendrent. Il s’agit ainsi de montrer que l’esclavage ne répond pas à une définition univoque, mais décrit un processus. De même, la sortie de la condition servile aboutit à la constitution de statuts variés qui vont de l’accès plein et entier à la citoyenneté égalitaire (à l’époque contemporaine) jusqu’à certaines situations de minorité qui ne s’identifient plus avec l’esclavage mais en portent le stigmate dans la liberté. La condition d’esclave est certes un statut mais elle est aussi un état qui peut, dans certaines limites et à certaines conditions, être négocié dans les pratiques sociales. Dans cette perspective, on pourra explorer le problème de l’abolitionnisme et ses ambigüités, comme des reprises implicites de formes d’esclavages au XIXe siècle, au-delà de l’abolition légale de l’institution particulière.

Les programmes ANR « Afrodescendants et esclavages : domination, identification et héritages dans les Amériques (15ème-21ème siècles) » et européen « Slave Trade, Slavery abolitions and their legacies in european histories and identities (7e PCRD) » ont permis de penser les phénomènes de l’esclavage et de la traite de façon globalisée. Le projetSTARACO permettra de questionner la notion de liberté dans les sociétés européennes, africaines et américaines où les esclaves représentaient une minorité importante. Il s’agira d’étudier la centralité de l’esclavage et des autres formes de travail contraint dans des sociétés où il existe une grande graduation de dépendance. La subjectivité et l’évolution de la condition de libre seront interrogées. En Europe elle est étroitement liée aux statuts des affranchis et des libérés dans la société. En péninsule Ibérique, l’intégration des descendants d’esclaves africains influe sur la définition de la naturalité, à savoir la condition des individus nés sur un territoire et les droits qui y sont associés. L’avènement de sociétés multiculturelles conduit à terme à une dissociation entre nationalité et citoyenneté. La ‘pureté’ ou l’‘impureté’ du sang des ancêtres et l’origine non chrétienne du fondateur du lignage s’accompagnent de la mise en place de politiques discriminantes destinées à exclure des droits politiques sur une base juridique et à enfermer dans une condition de dépendant des groupes entiers de la population ibérique. La légitimation d’une sous-citoyenneté par l’impureté du lignage ou l’ascendance non libre des ancêtres construisit de nouvelles identités en relation avec la nation, la race, la couleur, la religion. Les libres purent être majoritaires ou minoritaires en fonction des sociétés ; les droits qui y étaient attachés n’étaient pas les mêmes dans les sociétés d’Ancien Régime européennes, dans les sociétés multiethniques africaines ou dans les sociétés coloniales des Amériques. Nous chercherons donc à penser la relativité de la notion de libre en Europe, en Afrique et aux Amérique. La confrontation des terrains d’enquête des chercheurs qui intègrent le projet STARACO et la convocation de différentes traditions historiographiques permettront de poser la fragilité de la notion de liberté et la multiplicité des formes d’esclavage.

 

Conditions de soumission

Les propositions de communication devront être rédigées dans l’une des langues de travail de l’Université d’été (anglais, espagnol, français, portugais). Les travaux sélectionnés seront ensuite commentés par des chercheurs seniors. La compréhension du français est souhaitée.

 

Modalités de soutien

Les doctorants et post-doctorants dont les travaux seront retenus s’engagent à assister à l’intégralité des activités collectives organisées dans le cadre de cette Université d’été qui aura lieu du 22 au 26 juin 2015. En contrepartie, le projet STARACO prendra en charge les frais de transport, d’hébergement (5 nuits max.) et de restauration (petits déjeuners, déjeuners, deux dîners).

 

Comité de sélection

Les deux coordinateurs du projet, Antonio de Almeida Mendes, Maître de Conférences en Histoire moderne et Clément Thibaud, Maître de Conférences en Histoire contemporaine assureront la sélection des travaux.

Calendrier et dépôt des candidatures

•    Diffusion de l’appel à communication : octobre 2014

•    Date limite de dépôt des propositions de communication : 15 février 2015

•    Réponse : 1er mars 2015

 

Merci d’envoyer un dossier de candidature comprenant un curriculum vitae détaillé et une proposition de communication (une page maximum) par voie électronique à aanor.le-mouel@univ-nantes.fr

 

 

CALL FOR PAPERS

DOCTORAL STUDENTS AND POST-DOCS

 

Freedoms and Slaveries in the Atlantic World

(14th-20th c.)

 

Supporting:

Participation of junior scholars

Promoting their research

 

Research Programme STARACO, University of Nantes (France)

Summer Programme at Nantes

 
 

The STARACO project (STAtus, ‘Race’ and Colour in the Atlantic World from Antiquity to the Present), financed by the French Region Pays de la Loire, is offering support for doctoral students and post-docs (from Europe, Africa and the Americas) to participate in the Summer Programme in Nantes from 22-26 June 2015 on the subject “Freedoms and Slaveries in the Atlantic World.”

 

This project is organized by Antonio de Almeida Mendes, Associate Professor in Early Modern history and Clément Thibaud, Associate Professor in Modern history.

Conference Focus

 

Today, bibliography on the phenomenon of slavery in the Atlantic is incredibly vast.  However, our research group on the definition of hierarchies of colours and of ‘races’ cannot avoid addressing this subject. It is clear that the deportation of millions of African captives towards the Americas constituted the most powerful impetus for the racialisation of slavery, leading to the ‘natural’ representation according to which all slaves are black. This simple equation, however, covers over a complex historical process that this research conference seeks to analyze more closely. We must begin by ‘denaturalizing’ the concept of slavery. The term slavery, in fact, includes situations that are very different in time and space, which the various specialists in our research network will be able to compare. This is why we use the word ‘slaveries’ in the plural. The diversity of slaveries mirrors that of the modes of liberation and the various statuses that freedom generated. Here, the goal is to show that slavery does not respond to a single definition, but rather describes a process. Similarly, coming out of a servile condition led to the creation of various statuses, ranging from full access to equal citizenship (in modern times) to certain situations of minority, for people who could no longer be identified as slaves but still carried its stigma in freedom. The condition of slave was certainly a status, but it was also a state that could, within certain limits and under certain conditions, be negotiated in social practice. In this perspective, the problem of abolitionism and its ambiguities may be explored through the implicit renewals of forms of slavery in the nineteenth century, beyond the legal abolition of that particular institution.

 

            The ANR research programme “Afrodescendants et esclavages: domination, identification et héritages dans les Amériques (15ème-21ème siècles) [Afro-descendants and Slaveries: Domination, Identification and Legacies in the Americas (15th-21st c.)” and the European 7th Framework Programme, « Slave Trade, Slavery Abolition and their Legacies in European Histories and Identities” have enabled the phenomena of slavery and the slave trade to be studied in a globalised manner. The STARACO project focuses on analysing the notion of freedom in European, African and American societies where slaves represented an important minority. In particular, we will examine the centrality of slavery and other forms of forced labour in societies in which there is a large graduated scale of dependence. Subjectivity and the evolution of the condition of ‘free’ will also be questioned. In Europe, these notions are closely linked to the status of ‘freedmen’ and ‘freed’ in society.

 

            On the Iberian Peninsula, the successful integration of descendants of African slaves has affected the definition of naturality namely the status of individuals born in a territory and the rights associated with that status. The advent of multicultural societies ultimately led to a dissociation between nationality and citizenship. The ‘purity’ or ‘impurity’ of the blood of one’s ancestors and the non-Christian origin of the founder of one’s lineage accompanied the creation of discriminatory policies to exclude entire groups of the Iberian population from political rights on a juridical basis and to imprison them in a condition dependency. Legitimization of sub-citizenship status because of ‘impure’ lineage or having unfree ancestors led to the construction of new identities in relation to nation, race, colour, and religion. Thus, this summer programme will examine the relativity of the concept of ‘free’ in Europe, Africa and the Americas. ‘Free’ people may have been the majority or the minority depending on the society; the rights associated with that status were not the same in Ancien Regime European societies, in multi-ethnic African societies, or in colonial societies of the Americas. Comparing and contrasting the various research areas of scholars in the STARACO project and combining different historiographical traditions will enable us to examine the fragility of the concept of freedom and the multiple forms of slavery.

 

Submission Conditions

Paper proposals must be submitted in one of the Summer Programme’s working languages (English, Spanish, French, and Portuguese). The papers selected will then be reviewed and commented on by senior researchers. The ability to understand French is preferable.

 

Funding Requirements

Doctoral students and post-docs whose proposals have been selected are expected to attend all group activitiesorganised at the Summer Programme from 22-26 June 2015. In exchange, the STARACO project will pay for costs of transportation, lodging (5 nights) and meals (breakfast, lunch, and two dinners).

 

Selection Committee

The two project coordinators, Antonio de Almeida Mendes, Associate Professor in Early Modern history and Clément Thibaud, Associate Professor in Modern history, will select the research projects.

 

Schedule and Application Deadlines

 

  • Publication of the Call for Papers: October 2014
  • Deadline for Submitting Paper Proposals: 15 February 2015
  • Response: 1 March 2015
 

Please send an application of a detailed curriculum vitae and a paper proposal (1 page maximum) by email to staraco@univ-nantes.fr

Séminaire conjoint « Les Amériques en livres » (IDA), « Histoire du politique dans les pays anglophones » (LARCA), 20 novembre : Rahma Jerad

Etats Unis et Cuba

Séminaire conjoint LES AMERIQUES EN LIVRES (IDA), HISTOIRE DU POLITIQUE DANS LES PAYS ANGLOPHONES  UMR LARCA*

L’Histoire du politique dans les pays anglophones – LARCA UMR 8225
et l’Institut des Amériques vous invitent à la prochaine séance des
rencontres « Les Amériques en Livres », qui aura lieu le jeudi 20 novembre 2014, de 16h00 à 18h00, SALLE 347

Rahma JERAD (Université de Carthage, LARCA) y présentera son ouvrage
« Les États-Unis et Cuba au XIXe siècle. Esclavage, abolition et rivalités internationales » (Des Amériques, PUR, 2014).

JE Culture matérielle et écriture de l’histoire : le cas des Africains-Américains (Sorbonne Nouvelle, 21 novembre 2014)

 

Culture matérielle et écriture de l’histoire : le cas des Africains-Américains / Material Culture and the Writing of History: the Case of African Americans

 

Université Sorbonne Nouvelle, Institut du monde anglophone
5 rue de l’École de Médecine, 75005 Paris (salle 16)
21 novembre 2014/November 21, 2014 – 9h30-16h30

 

Journée d’étude organisée dans le cadre du projet Écrire l’histoire depuis les marges (EHDLM, Sorbonne Paris Cité : http://hdlm.hypotheses.org/) avec le soutien de l’équipe de recherche CREW (EA 4399)/CRAN

 

Comité d’organisation/Organizing Committee : Claire Bourhis-Mariotti (Université Paris 8), Hélène Le Dantec-Lowry (Université Sorbonne Nouvelle), Claire Parfait (Université Paris 13), Matthieu Renault (Université Paris 13), Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris Diderot)

 

Programme/Program

 

Matinée/Morning

Modération/Chair : Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris Diderot)

9h30 – Café/Coffee

10h – Introduction/Opening remarks : Claire Parfait (Université Paris 13)

10h15 – Katie Knowles (Rice University) : Fashioning Slavery: Slaves and Clothing in the U.S. South

10h45 – Rahma Jerad (Université de Carthage) : Charles DeForest Fredricks and the First Photos of Blacks in Nineteenth-Century Cuba

11h15 – Didier Aubert (Université Sorbonne Nouvelle) Pictures and Progress, from Frederick Douglass to Pearl M. Graham

11h45 – Pause café/Coffee Break

12h – Fraser D. Neiman (Monticello, Charlottesville) : An Archaeological Perspective on the Social Dynamics of Slavery at Jefferson’s Monticello

 

Après-midi/Afternoon

Modération/Chair : Claire Bourhis-Mariotti (Université Paris 8)

14h15 – Hélène Le Dantec-Lowry (Université Sorbonne Nouvelle) : Work, Class, and Respectability in African-American Prescriptive Literature and Cookbooks

14h45 – Maïca Sanconie (Université d’Avignon) : Faith Ringgold’s Children’s Books: History, Art, Legend

15h15 – Géraldine Chouard (Université Paris 9) : African American Quilts: Color, Creation and Material (Counter)Culture

15h45 – Projection et présentation/Film presentation : Gwen Magee: Threads of History (2012), Anne Crémieux (Université Paris Ouest), Géraldine Chouard

 

CFP « La marge et les historiens : de l’Amérique du Nord aux anciens Empires » / “Historians and the Margins: from North America to Former Empires” (University Paris 13, France, June 18-19, 2015)

Please scroll down for English version

Appel à contributions

 La marge et les historiens : de l’Amérique du Nord aux anciens Empires

 Université Paris 13, 18-19 juin 2015, colloque organisé dans le cadre du projet EHDLM (« Écrire l’histoire depuis les marges » http://hdlm.hypotheses.org), Sorbonne Paris Cité

 Organisateurs : Claire Bourhis-Mariotti, Hélène Le Dantec-Lowry, Claire Parfait, Matthieu Renault, Marie-Jeanne Rossignol.

Comité scientifique : Christine Chivallon (LAM, CNRS), Elisabeth Cunin (IRD, CNRS), Odile Goerg (Paris Diderot), Ivan Jablonka (Paris 13), Martha S. Jones (University of Michigan) Elika M’Bokolo (EHESS), Mélanie Torrent (Paris Diderot).

Langues du colloque : français et anglais

Conférenciers pléniers : Partha Chatterjee (Centre for Studies in Social Sciences, Calcutta; Columbia University), Odile Goerg (CESSMA, Université Paris Diderot)

Ce colloque clôturera le projet Sorbonne Paris Cité « Écrire l’histoire depuis les marges: le cas des Africains Américains » (hhdlm.hypotheses.org). Ce projet, qui rassemble les universités Paris 13, Paris Diderot et Sorbonne Nouvelle, porte sur le rapport que les Africains Américains entretiennent avec l’histoire depuis le début du XIXe siècle.

Un premier colloque en juin 2014 s’est interrogé sur le travail et  l’héritage des historiens noirs qui ont écrit, publié et enseigné entre les années 1830 et 1940, des premiers historiens « amateurs » aux historiens professionnels ségrégués dans des universités et des maisons d’édition spécifiques. Le colloque proposé aujourd’hui vise à élargir le questionnement à d’autres écritures de l’histoire depuis les marges. Il s’agit en outre d’explorer le pouvoir de la « marge » comme lieu d’innovation historique à un moment où le devenir de l’histoire comme discipline semble soulever de profondes interrogations.

En effet, avec ce colloque nous entendons participer aux débats qui parcourent actuellement la discipline historique : en s’intéressant aux « marges », les organisateurs engagent les participants à s’interroger sur les discussions actuelles à propos de l’écriture de l’histoire et ses représentations fictionnelles ou artistiques comme sur les rapports complexes entre histoire professionnelle et mémoires, entre histoire critique et mises en scène muséographiques et commémorations.

La réflexion spécifique que veut entamer ce colloque prend comme angle d’approche la notion de marge prise au sens large, et porte en particulier sur « les historiens aux marges » :

– Qu’est-ce que la marge lorsque l’on travaille sur l’histoire ? La notion de marge peut-elle toujours faire sens à un moment où les notions d’histoire croisée ou connectée et de circulation remplacent celles d’histoire de la nation et de transferts et où les oppositions entre « centre » et « périphérie » sont sans doute moins pertinentes ?

– Qui sont les historiens « à la marge » et de quelles marges s’agit-il ? Dans le cas des premiers historiens africains-américains, celle-ci a plusieurs sens possibles : historiens en marge de la société, mais également en marge des organisations et des institutions au moment où, à la fin du XIXe siècle, l’histoire se professionnalise ; des historiens qui se situent également à l’extérieur des réseaux du monde du livre et de l’édition, ce qui les oblige à avoir recours à des solutions alternatives.

– Quelle histoire écrit-on, à partir de quelles sources, lorsque l’on écrit en dehors des centres politiques, économiques et culturels ou bien dans une autre langue que la langue dominante ?

– Les historiens du présent intègrent-ils les travaux de leurs prédécesseurs qui se situent souvent à la marge de notre vision ?

– L’histoire ayant représenté un domaine presque exclusivement masculin jusqu’à une date relativement récente, comment les historiennes, elles-mêmes marginalisées, ont-elles renouvelé l’écriture de l’histoire ?

– Quelle place pour les historiens qui ne font pas partie des élites sociales et intellectuelles ?

– L’histoire écrite à partir des marges est-elle nécessairement engagée ?

Les organisateurs invitent les chercheurs à proposer des communications sous forme d’études de cas ou de réflexion théorique, sans limite de lieu ou d’époque.

Les résumés (environ 300 mots) en français ou en anglais, accompagnés d’un bref CV (une page maximum) sont à envoyer à l’adresse suivante avant le 15 novembre 2014 :

historyfromthemargins@gmail.com

 

 

Call For Papers

As part of the project EHDLM (Writing History from the Margins http://hdlm.hypotheses.org) funded by Sorbonne Paris Cité, the following conference will be held at Université Paris 13, on June 18-19, 2015.

 Historians and the Margins: from North America to Former Empires

Organizers: Claire Bourhis-Mariotti, Hélène Le Dantec-Lowry, Claire Parfait, Matthieu Renault, Marie-Jeanne Rossignol

Scientific committee: Christine Chivallon (LAM, CNRS), Elisabeth Cunin (IRD, CNRS), Odile Goerg (Paris Diderot), Ivan Jablonka (Paris 13), Martha S. Jones (University of Michigan) Elika M’Bokolo (EHESS), Mélanie Torrent (Paris Diderot).

Languages of the conference: French and English

Plenary Speakers: Partha Chatterjee (Centre for Studies in Social Sciences, Kolkata; Columbia University), Odile Goerg (CESSMA, Université Paris Diderot)

This event is the final conference of a three-year project funded by Sorbonne Paris Cité and entitled « Writing History from the Margins: the Case of African Americans » (hdlm.hypotheses.org). This project, which involves 3 universities—Paris Sorbonne Nouvelle, Paris 13, and Paris Diderot—explores the relationships between African Americans and history. A first conference (University Paris Diderot, June 12-13, 2014) investigated the works and the legacy of black historians of the 19th and early 20th centuries. Between the 1830s and 1940s these historians wrote from the margin of American society, both as amateurs, and later as professional historians, who launched journals, organized conferences, and developed institutional tools for their segregated scientific activity. The upcoming conference aims to extend the exploration to other historians who wrote from the margins.  We would also like to question the very notion of margins. At a time when many wonder about the future of history as a discipline, we will examine whether margins can be considered as a site of innovation for historical writing.

Indeed, one of the objectives of this conference is to contribute to the ongoing debate about the historical discipline. Participants are invited to use the notion of « margins » to question the writing of history, its fictional and artistic representations, and the links between « professional » history and memory, between scholarly historical writing and the staging of history in museums and through commemorations.

The notion of « margins » will be considered in its widest sense, with a particular focus on historians located at the margins.

Papers may address any of the following issues, whether through theoretical explorations or case studies, without limitation of period or space:

– At a time when connected, entangled, transatlantic, and transnational histories render the opposition between « center » and « periphery » less pertinent, what exactly does it mean to write history from the margins?

– Who are historians « at the margins »? Does one write history differently when doing so from the margins?  Is such history necessarily activist?

– What are the challenges involved in writing and publishing history from the margins? In the case of early African American historians, writing from the margins meant, among other things, looking for scattered sources and devising innovative solutions to break into print. How does this apply to other historians who find themselves at the margins of empire (writing colonial history from the point of view of the colonized; writing in languages other than the dominant ones), of gender (renewing historical writing from a gendered perspective in the case of female historians), of social class (writing from outside the socioeconomic and intellectual elites), and of historiography (challenging conventional wisdom; participating in revisionism)? How do we include historians of the past whose works have been forgotten, who still stand at the periphery/the margin of contemporary historians’ vision, and whose legacy often remains invisible?

Please send an abstract (300 words maximum) in English or French and a one-page CV to:

historyfromthemargins@gmail.com  no later than November 15, 2014.