Archives de catégorie : Varia

Haïti, lieu de mémoire du mouvement nationaliste africain-américain (1830-1862) – 10 janvier 2015

 

APECE : séance du 10 janvier 2015 (Sorbonne, escalier C, 2e étage, salle Marc Bloch, 14 h 30)

Haïti, lieu de mémoire du mouvement nationaliste africain-américain 

(1830-1862)

 

Par Claire Bourhis-Mariotti (maître de conférences en histoire & civilisation des États-Unis, université Paris 8)

« C’est ici, dans cette nationalité noire du Nouveau Monde, érigée sous de si glorieux auspices, qu’il faut s’installer (…) afin de régénérer la race et la libérer de l’oppression et de l’ignorance, dans le monde entier »

James Theodore Holly

 

Pour Pierre Nora, « un lieu de mémoire dans tous les sens du mot va de l’objet le plus matériel et concret, éventuellement géographiquement situe, à l’objet le plus abstrait et intellectuellement construit » (Nora (ed.), 1997). En d’autres termes, la « mémoire collective » d’un groupe social se cristallise autour de certains lieux. Ces lieux, qui font partie à la fois de l’histoire et de la mémoire, ont essentiellement une valeur symbolique et leur fonction est d’aider une communauté à se (re)constituer une identité.

Il se trouve que dans la première partie du XIXème siècle, Haïti jouissait, depuis qu’elle était devenue indépendante en 1804, d’une réputation sans pareille aux yeux des Noirs des États-Unis, notamment parce que la « race » y était inscrite jusque dans sa Constitution. Elle était et resterait toujours, pour la communauté africaine-américaine, la première République Noire, le seul endroit du continent Américain où la couleur noire était alors synonyme de citoyenneté. Des discours, des pamphlets, des ouvrages, puis à partir des années 1830, des articles de journaux écrits par des Noirs libres, furent consacrés à la Perle des Caraïbes et à sa Révolution. Tous les activistes Africains-Américains ou presque, en tout cas les plus influents (David Walker, Frederick Douglass, William Watkins, Alexander Crummell, Henry Highland Garnet, Martin Robison Delany…), considéraient en effet la Révolution haïtienne comme une preuve de la non-infériorité des Noirs, et si tous n’en approuvaient pas la violence, ils en approuvaient l’esprit, et érigeaient Toussaint Louverture en héros de la « race noire ». De fait, alors même que les villes, les États et le gouvernement fédéral américains légiféraient toujours plus en défaveur des populations esclaves et noires libres, détériorant chaque jour un peu plus leurs conditions de vie, des militants africains-américains soutinrent justement dans ces mêmes années l’idée d’une émigration en Haïti.

Dans cette communication, nous nous attacherons ainsi à démontrer que pour de nombreux Africains-Américains, et particulièrement les historiens amateurs africains-américains qui firent entendre leur voix dans les trente années qui précédèrent la Guerre de Sécession aux États-Unis, Haïti était le lieu de mémoire vers lequel convergeaient les idéaux nationalistes et diasporiques de leur communauté. Haïti était en effet pour ces militants l’endroit idéal où une « nationalité noire » devait être établie, une sorte de « terre promise » pour la diaspora noire, depuis laquelle l’homme noir devait « s’élever », « afin de régénérer la race et la libérer de l’oppression et de l’ignorance, dans le monde entier » (Holly, 1857).

Journée d’étude : L’esclavage à l’écran (12 décembre 2014)

affiche_JE_JPEG

 

Journée d’étude : « L’esclavage à l’écran »

Slavery on Screen: A One-day Symposium

 

organisée par l’université Paris Diderot (LARCA, Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones – UMR 8225) et l’université Paris 13 (Pléiade – EA 7338)

 

Événement organisé avec le soutien du projet Sorbonne Paris Cité « Écrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains-Américains » (http://hdlm.hypotheses.org).

 

En l’espace de deux ans, trois films réalisés par trois réalisateurs reconnus ont fait de l’institution esclavagiste leur toile de fond, sinon leur sujet : Lincoln de Steven Spielberg (2012), Django Unchained de Quentin Tarantino (2012) et 12 Years a Slave de Steve McQueen (2013) ; le premier présente la lutte abolitionniste aux États-Unis comme un combat héroïque mené par des politiciens blancs aux convictions inébranlables, le second fait le pari de montrer le système esclavagiste sur le mode du divertissement, et le troisième donne le point de vue de l’esclave, dressant par là même un tableau glaçant de « l’institution particulière ». Alors qu’il n’avait été représenté que de manière marginale, l’esclavage des Noirs, parfois figuré dans ses réalités les plus brutales, constitue désormais un réservoir de fictions cinématographiques en même temps qu’un terrain de réflexion politique pour le cinéma américain. Cette journée d’étude est ainsi conçue comme un espace de discussion autour de la question de la représentation de l’esclavage africain-américain par des réalisateurs anglophones ; on y interrogera les aspects historiques, contextuels et civilisationnels de cette production autant que ses aspects esthétiques.

 

Date : 12 décembre 2014

Lieu : Université Paris Diderot, amphithéâtre Turing, bâtiment Sophie Germain, au croisement de l’avenue de France et de la rue Alice-Domon-et-Léonie-Duquet 75013 Paris

Contact : Gwennaëlle Cariou (gwencariou [at] hotmail.fr), Michaël Roy (michael.roy [at] univ-paris13.fr)

 

9h : accueil des participants

9h15 : allocution d’ouverture

 

Matinée

Présidence : Emmanuelle Delanoë-Brun (Paris Diderot)

9h30-11h :

Penny Starfield (Caen-Basse Normandie) : Screening (Out) Slaves: Representation and Non-Representation of Slavery in American Film

Claire Dutriaux (Paris Sorbonne) : « Spirit of the dead, rise up! […] and claim your story » : esthétique de la révolte d’esclave dans Sankofa de Haile Gerima

Mathias Kusnierz (Paris Diderot) : « Debout les damnés de l’Histoire (des formes) ! » : esthétique pauvre et discours sur l’esclavage dans Django Unchained

Pause café

11h30 : conférence plénière

Melvyn Stokes (University College London) : From Nostalgia to Remorse? Representing Slavery on Film, 1908-2013

 

Après-midi : Autour de 12 Years a Slave de Steve McQueen

Présidence : Claire Parfait (Paris 13)

14h-15h30 :

Hélène Charlery (Toulouse-Jean Jaurès) : Les personnages féminins noirs dans LincolnDjango Unchained et 12 Years a Slave : entre invisibilité et survisibilité

Célia Sauvage (Sorbonne Nouvelle-Paris 3) : La réception controversée de 12 Years a Slave : l’esclavage entre Histoire, race et émotions

Anne Bellas Viars (École navale) : De Solomon Northup’s Odyssey à 12 Years a Slave : le récit d’esclave de Solomon Northup à l’écran

Pause café

16h-17h :

Anne-Marie Paquet-Deyris (Paris Ouest Nanterre La Défense) : Confronting Race Head-on in 12 Years a Slave: Redefining the Contours of the Classic Biopic?

Philip Kaisary (University of Warwick) : Systematicity, Suffering, and Aesthetics in Steve McQueen’s Adaptation of Solomon Northup’s Twelve Years a Slave

 

 

Site web de la journée d’études : http://esclavageecran.wordpress.com/

Métro : ligne 14, RER C – arrêt Bibliothèque François Mitterrand

Tram : ligne 3a – arrêt Avenue de France

Bus : 89, 62, 64, 132, 325

 

STARACO : Appel à communication Libertés et esclavages dans le monde atlantique/ CFP Freedoms and slaveries in the Atlantic World

 

APPEL A COMMUNICATION

DOCTORANTS ET POSTDOCTORANTS

 

Libertés et esclavages dans le monde atlantique

(XIVe-XXe s.)

 

Soutien à :

La participation des jeunes chercheurs

La valorisation de leurs travaux

 

Programme de recherche STARACO, Université de Nantes (France)

Université d’été à Nantes

 

Le projet STARACO (STAtuts, « RAce » et COuleurs dans le monde atlantique de l’Antiquité à nos jours), financé par la Région Pays de la Loire, propose un soutien à la participation de doctorants et post-doctorants (Europe, Afrique, Amériques) à l’Université d’été qui se déroulera à Nantes du 22 au 26 juin 2015 sur « Libertés et esclavages dans le monde atlantique (XIVe-XXe s.) ».

Argumentaire

La bibliographie sur le phénomène de l’esclavage atlantique est aujourd’hui pléthorique. Un projet sur la définition des hiérarchies de couleurs et de ‘races’ ne peut néanmoins faire l’économie de cette thématique. Il est évident que la déportation de millions de captifs africains vers les Amériques constitue le ressort le plus puissant de la racialisation de l’esclavage, aboutissant à la représentation naturalisée selon laquelle tout esclave est noir. Cette équivalence simple cache un processus historique complexe que cet axe voudrait élaborer. Il faut commencer par dénaturaliser la notion d’esclavage, qui voile en réalité des situations très diverses dans le temps et l’espace que les divers spécialistes mobilisés dans notre réseau pourront comparer. C’est pourquoi il faut employer le mot au pluriel. A la diversité des esclavages répond celle des modes de libération et des statuts qu’ils engendrent. Il s’agit ainsi de montrer que l’esclavage ne répond pas à une définition univoque, mais décrit un processus. De même, la sortie de la condition servile aboutit à la constitution de statuts variés qui vont de l’accès plein et entier à la citoyenneté égalitaire (à l’époque contemporaine) jusqu’à certaines situations de minorité qui ne s’identifient plus avec l’esclavage mais en portent le stigmate dans la liberté. La condition d’esclave est certes un statut mais elle est aussi un état qui peut, dans certaines limites et à certaines conditions, être négocié dans les pratiques sociales. Dans cette perspective, on pourra explorer le problème de l’abolitionnisme et ses ambigüités, comme des reprises implicites de formes d’esclavages au XIXe siècle, au-delà de l’abolition légale de l’institution particulière.

Les programmes ANR « Afrodescendants et esclavages : domination, identification et héritages dans les Amériques (15ème-21ème siècles) » et européen « Slave Trade, Slavery abolitions and their legacies in european histories and identities (7e PCRD) » ont permis de penser les phénomènes de l’esclavage et de la traite de façon globalisée. Le projetSTARACO permettra de questionner la notion de liberté dans les sociétés européennes, africaines et américaines où les esclaves représentaient une minorité importante. Il s’agira d’étudier la centralité de l’esclavage et des autres formes de travail contraint dans des sociétés où il existe une grande graduation de dépendance. La subjectivité et l’évolution de la condition de libre seront interrogées. En Europe elle est étroitement liée aux statuts des affranchis et des libérés dans la société. En péninsule Ibérique, l’intégration des descendants d’esclaves africains influe sur la définition de la naturalité, à savoir la condition des individus nés sur un territoire et les droits qui y sont associés. L’avènement de sociétés multiculturelles conduit à terme à une dissociation entre nationalité et citoyenneté. La ‘pureté’ ou l’‘impureté’ du sang des ancêtres et l’origine non chrétienne du fondateur du lignage s’accompagnent de la mise en place de politiques discriminantes destinées à exclure des droits politiques sur une base juridique et à enfermer dans une condition de dépendant des groupes entiers de la population ibérique. La légitimation d’une sous-citoyenneté par l’impureté du lignage ou l’ascendance non libre des ancêtres construisit de nouvelles identités en relation avec la nation, la race, la couleur, la religion. Les libres purent être majoritaires ou minoritaires en fonction des sociétés ; les droits qui y étaient attachés n’étaient pas les mêmes dans les sociétés d’Ancien Régime européennes, dans les sociétés multiethniques africaines ou dans les sociétés coloniales des Amériques. Nous chercherons donc à penser la relativité de la notion de libre en Europe, en Afrique et aux Amérique. La confrontation des terrains d’enquête des chercheurs qui intègrent le projet STARACO et la convocation de différentes traditions historiographiques permettront de poser la fragilité de la notion de liberté et la multiplicité des formes d’esclavage.

 

Conditions de soumission

Les propositions de communication devront être rédigées dans l’une des langues de travail de l’Université d’été (anglais, espagnol, français, portugais). Les travaux sélectionnés seront ensuite commentés par des chercheurs seniors. La compréhension du français est souhaitée.

 

Modalités de soutien

Les doctorants et post-doctorants dont les travaux seront retenus s’engagent à assister à l’intégralité des activités collectives organisées dans le cadre de cette Université d’été qui aura lieu du 22 au 26 juin 2015. En contrepartie, le projet STARACO prendra en charge les frais de transport, d’hébergement (5 nuits max.) et de restauration (petits déjeuners, déjeuners, deux dîners).

 

Comité de sélection

Les deux coordinateurs du projet, Antonio de Almeida Mendes, Maître de Conférences en Histoire moderne et Clément Thibaud, Maître de Conférences en Histoire contemporaine assureront la sélection des travaux.

Calendrier et dépôt des candidatures

•    Diffusion de l’appel à communication : octobre 2014

•    Date limite de dépôt des propositions de communication : 15 février 2015

•    Réponse : 1er mars 2015

 

Merci d’envoyer un dossier de candidature comprenant un curriculum vitae détaillé et une proposition de communication (une page maximum) par voie électronique à aanor.le-mouel@univ-nantes.fr

 

 

CALL FOR PAPERS

DOCTORAL STUDENTS AND POST-DOCS

 

Freedoms and Slaveries in the Atlantic World

(14th-20th c.)

 

Supporting:

Participation of junior scholars

Promoting their research

 

Research Programme STARACO, University of Nantes (France)

Summer Programme at Nantes

 
 

The STARACO project (STAtus, ‘Race’ and Colour in the Atlantic World from Antiquity to the Present), financed by the French Region Pays de la Loire, is offering support for doctoral students and post-docs (from Europe, Africa and the Americas) to participate in the Summer Programme in Nantes from 22-26 June 2015 on the subject “Freedoms and Slaveries in the Atlantic World.”

 

This project is organized by Antonio de Almeida Mendes, Associate Professor in Early Modern history and Clément Thibaud, Associate Professor in Modern history.

Conference Focus

 

Today, bibliography on the phenomenon of slavery in the Atlantic is incredibly vast.  However, our research group on the definition of hierarchies of colours and of ‘races’ cannot avoid addressing this subject. It is clear that the deportation of millions of African captives towards the Americas constituted the most powerful impetus for the racialisation of slavery, leading to the ‘natural’ representation according to which all slaves are black. This simple equation, however, covers over a complex historical process that this research conference seeks to analyze more closely. We must begin by ‘denaturalizing’ the concept of slavery. The term slavery, in fact, includes situations that are very different in time and space, which the various specialists in our research network will be able to compare. This is why we use the word ‘slaveries’ in the plural. The diversity of slaveries mirrors that of the modes of liberation and the various statuses that freedom generated. Here, the goal is to show that slavery does not respond to a single definition, but rather describes a process. Similarly, coming out of a servile condition led to the creation of various statuses, ranging from full access to equal citizenship (in modern times) to certain situations of minority, for people who could no longer be identified as slaves but still carried its stigma in freedom. The condition of slave was certainly a status, but it was also a state that could, within certain limits and under certain conditions, be negotiated in social practice. In this perspective, the problem of abolitionism and its ambiguities may be explored through the implicit renewals of forms of slavery in the nineteenth century, beyond the legal abolition of that particular institution.

 

            The ANR research programme “Afrodescendants et esclavages: domination, identification et héritages dans les Amériques (15ème-21ème siècles) [Afro-descendants and Slaveries: Domination, Identification and Legacies in the Americas (15th-21st c.)” and the European 7th Framework Programme, « Slave Trade, Slavery Abolition and their Legacies in European Histories and Identities” have enabled the phenomena of slavery and the slave trade to be studied in a globalised manner. The STARACO project focuses on analysing the notion of freedom in European, African and American societies where slaves represented an important minority. In particular, we will examine the centrality of slavery and other forms of forced labour in societies in which there is a large graduated scale of dependence. Subjectivity and the evolution of the condition of ‘free’ will also be questioned. In Europe, these notions are closely linked to the status of ‘freedmen’ and ‘freed’ in society.

 

            On the Iberian Peninsula, the successful integration of descendants of African slaves has affected the definition of naturality namely the status of individuals born in a territory and the rights associated with that status. The advent of multicultural societies ultimately led to a dissociation between nationality and citizenship. The ‘purity’ or ‘impurity’ of the blood of one’s ancestors and the non-Christian origin of the founder of one’s lineage accompanied the creation of discriminatory policies to exclude entire groups of the Iberian population from political rights on a juridical basis and to imprison them in a condition dependency. Legitimization of sub-citizenship status because of ‘impure’ lineage or having unfree ancestors led to the construction of new identities in relation to nation, race, colour, and religion. Thus, this summer programme will examine the relativity of the concept of ‘free’ in Europe, Africa and the Americas. ‘Free’ people may have been the majority or the minority depending on the society; the rights associated with that status were not the same in Ancien Regime European societies, in multi-ethnic African societies, or in colonial societies of the Americas. Comparing and contrasting the various research areas of scholars in the STARACO project and combining different historiographical traditions will enable us to examine the fragility of the concept of freedom and the multiple forms of slavery.

 

Submission Conditions

Paper proposals must be submitted in one of the Summer Programme’s working languages (English, Spanish, French, and Portuguese). The papers selected will then be reviewed and commented on by senior researchers. The ability to understand French is preferable.

 

Funding Requirements

Doctoral students and post-docs whose proposals have been selected are expected to attend all group activitiesorganised at the Summer Programme from 22-26 June 2015. In exchange, the STARACO project will pay for costs of transportation, lodging (5 nights) and meals (breakfast, lunch, and two dinners).

 

Selection Committee

The two project coordinators, Antonio de Almeida Mendes, Associate Professor in Early Modern history and Clément Thibaud, Associate Professor in Modern history, will select the research projects.

 

Schedule and Application Deadlines

 

  • Publication of the Call for Papers: October 2014
  • Deadline for Submitting Paper Proposals: 15 February 2015
  • Response: 1 March 2015
 

Please send an application of a detailed curriculum vitae and a paper proposal (1 page maximum) by email to staraco@univ-nantes.fr

Séminaire conjoint « Les Amériques en livres » (IDA), « Histoire du politique dans les pays anglophones » (LARCA), 20 novembre : Rahma Jerad

Etats Unis et Cuba

Séminaire conjoint LES AMERIQUES EN LIVRES (IDA), HISTOIRE DU POLITIQUE DANS LES PAYS ANGLOPHONES  UMR LARCA*

L’Histoire du politique dans les pays anglophones – LARCA UMR 8225
et l’Institut des Amériques vous invitent à la prochaine séance des
rencontres « Les Amériques en Livres », qui aura lieu le jeudi 20 novembre 2014, de 16h00 à 18h00, SALLE 347

Rahma JERAD (Université de Carthage, LARCA) y présentera son ouvrage
« Les États-Unis et Cuba au XIXe siècle. Esclavage, abolition et rivalités internationales » (Des Amériques, PUR, 2014).

Séminaire CIRESC – Twelve Years A Slave (13 février)

La prochaine séance du séminaire du CIRESC aura lieu le jeudi 13 février 15h-17h en salle 3 du 105 bd Raspail.Elle sera consacrée à une discussion du film de SteTwelveYearsSlaveve Mc Queen Twelve Years A Slave, lui-même tiré du récit de Solomon Northup paru en 1853.

Elle sera animée par Marie-Jeanne Rossignol et Matthieu Renault, tous les deux membres du projet EHDLM (« Ecrire l’histoire depuis les marges »/ « Writing History From the Margins, the Case of African-Americans »).

Matthieu Renault est post-doctorant du projet EHDLM-Sorbonne Paris Cité (Paris 13, Paris Diderot et Paris 3-Sorbonne nouvelle). Il a rédigé la postface de l’édition la plus récente de Twelve Years A Slave en français (Douze ans d’esclavage, Entremonde 2013).

Marie-Jeanne Rossignol est professeure à l’Université Paris Diderot. En 2012, elle a publié avec Claire Parfait Le Récit de William Wells Brown, écrit par lui-même, aux PURH (traduction et introduction).

Que doivent penser lNorthupDouzeanses historiens de ce film, qui s’appuie sur un récit véridique de kidnapping d’un noir libre de l’Etat de New York ? Qu’ont pensé les historiens américains qui les premiers ont vu le film et l’ont commenté ? Quels aspects du récit Steve McQueen a-t-il privilégiés et pourquoi ? Quels choix a-t-il notamment fait pour dépeindre le rapport ambivalent qu’entretient Northup aux autres esclaves ? De quelle manière, le film réinvestit-il certaines thématiques centrales du récit : la liberté, la résistance à l’assujettissement, la vérité et le mensonge, le rapport à la vie et à la mort, etc. ?

On peut lire le récit en entier sur le site « Documenting the American South » :

http://docsouth.unc.edu/fpn/northup/menu.html

Pour des passages qui diffèrent du message du film, voir en particulier le chapitre X, XI, XIV, XVIII, XX.

Pour des comptes rendus du film qui s’intéressent au film mais également aux récits qui le sous-tendent : voir

Le Monde http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/01/16/la-parole-est-aux-esclaves_4349417_3246.html

The Guardian Weekly http://www.theguardian.com/film/movie/156376/12-years-a-slave

The New York Review of Books http://www.nybooks.com/blogs/nyrblog/2013/nov/05/silenced-12-years-slave/

The Los Angeles Review of Books  http://lareviewofbooks.org/essay/12-years-a-slave-on-humane-suffering

Le projet EHDLM à l’honneur dans Le Monde

A l’occasion de la sortie de Twelve Years a Slave de Steve McQueen et de la réédition du récit de Solomon Northup dont le film est une adaptation, Marie-Jeanne Rossignol et Matthieu Renault ont été interviewés par le journal Le Monde dans le cadre d’un article sur les slave narratives. Signé Anne Chemin et intitulé « La parole est aux esclaves », cet article peut être consulté à l’adresse suivante : http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/01/16/la-parole-est-aux-esclaves_4349417_3246.html.

Séminaire CIRESC 2013-2014: 1ère séance 14 novembre 2013

Séminaire du CIRESC « Le Monde atlantique esclavagiste et post-esclavagiste : approches biographiques et généalogiques » – Programme 2013-2014

L’histoire atlantique des sociétés atlantiques esclavagistes et post-esclavagistes s’est récemment ouverte à la recherche biographique et généalogique. En examinant ce type d’approche, nous tenterons de voir dans quelle mesure elle permet de repenser l’articulation entre domination et capacité d’agir chez les esclaves et les descendants d’esclaves.

Responsables du séminaire :

• Myriam Cottias, directrice de recherche au CNRS (TH)

• Antonio De Almeida Mendes, maître de conférences à l’Université de Nantes

• Céline Flory, postdoctorante au CIRESC

• Jean Hébrard, inspecteur général de l’Éducation nationale honoraire, co-directeur du CRBC

• Odile Hoffmann, directrice de recherche à l’IRD (TH)

• Marie-Jeanne Rossignol, professeur à l’Université Paris-Diderot (TH)

Les séances se déroulent à l’EHESS, les 2ème et 4ème jeudi du mois au 105 boulevard Raspail, – 75006 Paris, – SALLE 3

Prochaines séances 

14 novembre 2013

Introduction au séminaire, suivi de : Abderrahmane Ngaide (Université Cheikh Anta Diop)

Esthétique de la visibilité chez les anciens maccube du Fuuta Tooro (Vallée du fleuve Sénégal) : interprétations et analyse d’une trajectoire mémorielle « singulière »

28 novembre 2013

Catherine Coquery-Vidrovitch (Université Paris-Diderot) et Eric Mesnard (Université Paris-Est Créteil)

Présentation de l’ouvrage : Être esclave. Afrique-Amériques, XVe-XIXe siècle 

12 décembre 2013

Chouki El Hamel (Arizona State University)

L’esclave reine. Concubinage et agentivité

Programme_2013-2014_CIRESC