Archives de catégorie : Publications

Parution : Caroline Oudin-Bastide « Maîtres accusés, esclaves accusateurs Le procès Gosset et Vivié (Martinique, 1848) »

Caroline Oudin-Bastide

Maîtres accusés, esclaves accusateurs Le procès Gosset et Vivié (Martinique, 1848)

Oudin-Bastide-Maitres_accuses_Pub_A5Presses Universitaires du Rouen et du Havre, 2015, 206 pages – 15 x 20,5 cm – ISBN : 979-10-240-0531-7 – 15 € ISSN : 2260-6033 – collection « Récits d’esclaves », dirigée par Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol

Au cours des premiers mois de l’année 1848, à la veille de l’abolition de l’esclavage, le Courrier de la Martinique publie les audiences de deux procès qui suscitent une grande émotion dans la colonie : Louis-Hippolyte Gosset et Pierre-Germain-Sully Vivié sont jugés en police correctionnelle pour mauvais traitements envers leurs esclaves. Tour à tour à la barre, colons et esclaves mettent en lumière par leurs témoignages les conditions de vie sur les habitations (nourriture, habillement, logement, soins apportés aux malades, accès à la monnaie, travail des jardins et concession du samedi, châtiments légaux et illégaux). Leurs voix nous confirment que les esclaves n’ont pas été seulement des victimes de l’histoire, qu’ils en ont également été les agents.

Caroline Oudin-Bastide, docteure en histoire de l’École des hautes études en sciences sociales, est l’auteur de plusieurs ouvrages concernant l’esclavage aux Antilles françaises.

 

Parution Revue du Philantrope, n°5 : Écrire sur l’esclavage

Revue du Philanthrope, n° 5 –  2014, Écrire sur l’esclavage

Sous la direction de Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol

Presses universitaires de Rouen et du Havre

Phil5_Pub_A5

Avec le « récit d’esclave », le cinquième numéro de la Revue du Philanthrope aborde un sujet qui, presque exclusivement étudié aux États-Unis jusqu’à une période récente, mobilise aujourd’hui fortement tous les chercheurs qui sont désireux d’investir les études sur l’esclavage dans le monde atlantique. Trois parties composent ce volume. Après avoir mis en perspective le corpus de sources sur lequel s’appuient les recherches sur le « récit d’esclave » et montré leur évolution, des études de cas choisies parmi les textes les plus célèbres produits aux États-Unis (les récits de Sojourner Truth, de Solomon Northup et des époux Crafts) mettent en évidence les acquis épistémologique et méthodologique liés aux investigations dans ce champ de recherche novateur. La dernière partie du numéro s’achève par une incursion dans les espaces coloniaux anglophone, hispanophone et lusophone qui furent marqués par l’importance du fait esclavagiste au xixe siècle.

Ont contribué à ce volume : Lucia Bergamasco, Laurence Cossu-Beaumont, Sandrine Ferré-Rode, Rahma Jerad, Jean-Pierre Le GLaunec Françoise Palleau-Papin Claire Parfait, Aderivaldo Ramos de Santana, Claudine Raynaud, Matthieu Renault, Marie-Jeanne Rossignol, Michaël roy, Ada Savin

« Black Studies Papers »: Slavery Revisited

 

French-Slave-Ship-La-Marie-Seraphique-1772-1773_jpg-2-280x300

 

Parution du premier numéro de la revue Internet Black Studies Papers, basée à l’Université de Brême. 

http://www.bsp.uni-bremen.de

Ce premier numéro, intitulé Slavery Revisited, a pour point de départ un Symposium tenu à L’université de Nantes sur le thème de « Writing Slavery after Beloved ».

 

 

 

Sommaire :

Carsten Junker, Marie-Luise Löffler; “Editors’ Note”

Michel Feith: “Introduction: Weaving Texts and Memories: Around Toni Morrison’s Beloved”

Sabine Broeck: “Commentary (Response to Michel Feith)”

Claudine Raynaud: “Memory Work”

Judith Misrahi-Barak: “Post-Beloved Writing: Review, Revitalize, Recalculate”

Samira Spatzek: “‘Own Yourself, Woman:’ Toni Morrison’s A Mercy, Early Modernity, and Property”

Stefanie Mueller: “Standing Up To Words: Writing and Resistance in Toni Morrison’s A Mercy”

Emmanuelle Andrès: “Reading/Writing ‘the most wretched business’: Toni Morrison’s A Mercy”

Monica Michlin: “Writing/Reading Slavery as Trauma: Toni Morrison’s A Mercy”

Maria Varsam: “To Remember or Not to Remember: Traumatic Memory and the Legacy of Slavery in Octavia E. Butler’s Kindred and Toni Morrison’s Beloved”

Melba Joyce Boyd: “The Ghost Got It Wrong: Frances E. W. Harper and Toni Morrison. A Century A/Part”

Claude Le Fustec: “Beyond Magic Realism: the Stuff of Ordinary Lives? Lorene Cary’s Rewriting of Beloved”

Stefanie Schäfer: “Plantation Spaces and the Black Body: Quentin Tarantino’s Django Unchained as Maroon Narrative”

Christina Sharpe: “The Lie at the Center of Everything”

La Renaissance de Harlem et l’Art Nègre (dir. Claudine Raynaud)

art 6pdfLa Renaissance de Harlem, mouvement littéraire et artistique des années 20-30 aux Etats-Unis, est connue sous le nom du mouvement du « Nouveau Nègre ». Les essais traduits dans ce volume retracent les prises de position des acteurs        majeurs de ce mouvement : d’une part, Arthur Schomburg, George Schuyler, Countee Cullen, W. E. B. Du Bois, Alain Locke, Zora Neale Hurston, figures centrales de cette renaissance culturelle ; d’autre part, Richard Wright, Romare Bearden et James Baldwin qui assurèrent la transition avec les décennies qui suivirent le déclin du mouvement. Ecrivains, philosophes, historiens, peintres, essayistes, ces artistes et intellectuels répondent aux interrogations suivantes : quelle définition donner de l’art nègre ? Quelle est la mission de l’artiste afro-américain ? L’art doit-il être propagande ? Cet art nègre est-il distinct de l’art américain ? Si oui, en quoi l’est-il ? Quel public doit viser l’artiste nègre ? La littérature, la poésie, le théâtre, la danse, la musique, la peinture, le folklore : tous les arts sont convoqués. Les neuf essais et les commentaires des traducteurs dressent le paysage d’une Amérique traversée par la question raciale, les notions de nationalisme et d’intégration, les relations de pouvoir avec les mécènes et les éditeurs blancs. Les modérés et ceux qui sont hostiles à une conception raciale de l’art côtoient les défenseurs d’une culture noire spécifique qui prend ses racines dans les arts du peuple et trouve son modèle dans le blues et le jazz. La Négritude de Césaire et de Senghor a pris sa source dans ces débats, souvent virulents, qui préfigurent la révolution des années 60-70, le « Black Arts Movement » et son esthétique noire. Une controverse toujours d’actualité au XXIe siècle qui connaît l’avènement du « Post-Black art ».

Ouvrage publié avec le soutien de l’Université Paul Valéry-Montpellier III
  • Date de parution : 25/11/2013
  • Collection : Essais sur l’art
  • ISBN : 978-2-35692-101-7
  • EAN : 9782356921017
  • Pages : 202
  • Prix : 20 euros

À paraître: « 12 ans d’esclavage » de Solomon Northup

NorthupDouzeans

À paraître le 28 nov. aux Éditions Entremonde: 

Douze ans d’esclavage de Solomon Northup
 
Le récit du nouveau film de Steve McQueen 12 Years a Slave (Esclave pendant douze ans)
sortie en France le 22 janvier 2014 dans plus de 600 salles.
 
– L’histoire vraie sur laquelle est basé le nouveau film de Steve McQueen (Hunger et Shame) avec Chiwetel Ejiofor, Brad Pitt et Michael Fassbender.
– Favori pour les Oscars 2014 après le prix du public au Festival de Toronto
– Traduction de qualité dans une édition soignée sur papier édition et reliure cousue.
– Possibilités d’entretiens pour la radio, la télévision ou la presse écrite avec Matthieu Renault, postfacier du livre et spécialiste de l’esclavage.
 
Ce livre raconte l’histoire de Solomon Northup, un menuisier et violoniste noir du Nord. Homme libre, il est enlevé une nuit alors qu’il voyage loin de chez lui pour être vendu comme esclave.
Pendant douze ans, il vit «l’institution particulière» de près : travail forcé de l’aube jusqu’au crépuscule et des coups de fouet sans cesse. Quand il retrouve enfin son statut d’homme libre, il s’attelle à décrire minutieusement ce qu’il a vécu et ce livre en est le résultat.
Malgré son calvaire, il réussit à décrire l’économie du Sud avec un œil de sociologue, une économie agraire qui comble son manque de productivité et son retard en matière d’industrialisation avec cette main-d’œuvre particulièrement peu coûteuse que sont les esclaves.
Introduction et postface de Matthieu Renault
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Philippe Bonnet et Christine Lamotte
PRESSE
 
Services de presse: exemplaires numériques à partir du 6 novembre 2013, exemplaires papier à partir du 18 novembre 2013.
 
Adrien Tournier: +33(0)6 99 74 85 54
 
DIFFUSION/DISTRIBUTION
France et le Benelux: Hobo Diffusion, 23, rue Pradier, F-75019 Paris.+33(0)646794071
Makassar distribution, 8, rue Pelleport, F-75020 Paris.+33(0)140336969
Suisse: Zoé diffusion, rue des Moraines 11, CH-1227 Carouge. +41 (0)22 309 36 00
Québec: La Canopée distribution, 109, chemin du Sphinx, Saint-Armand, +1 450 248 9084

 

 

Parution de l’ouvrage “Couleurs, esclavages, libérations coloniales 1804-1860″

Parution de l’ouvrage Couleurs, esclavages, libérations coloniales 1804-1860 aux éditions Les Perséides (2013), sous la direction de Claire Bourhis-Mariotti, Bernard Gainot, Marcel Dorigny, Marie-Jeanne Rossignol et Clément Thibaud.

VisuelCouleursLa thématique développée dans cet ouvrage est la mutation paradoxale du système colonial européen hérité des « découvertes » de la fin du XVe siècle durant la période 1804-1860, avant que ne se réalisent à grande échelle les nouvelles conquêtes européennes et que ne s’ouvre une nouvelle ère « impérialiste ». Phénomène global, cette mutation a affecté les trois aires géographiques du monde atlantique, mais aussi les sociétés coloniales de l’océan Indien. La nouvelle orientation coloniale reposait sur trois postulats : abolir la traite et l’esclavage, à la fois au nom des droits de l’homme et de la recherche d’une efficacité économique maximale, dans le cadre des nouvelles conceptions de la division du travail, du salariat, de la mécanisation et des échanges internationaux ; implanter en Afrique des « établissements », agricoles et commerciaux, afin de mettre en valeur ce continent — désormais épargné par le fléau de la traite négrière — selon les normes et les méthodes de l’Europe qui se donnait dès lors la « mission de civiliser » l’Afrique en lui apportant ses Lumières ; redéfinir les relations de travail au sein même des « anciennes colonies » pour perpétuer le cadre de la monoculture extensive, en ayant recours à des contrats de location de la force de travail, ou de partage inégalitaire des produits de la récolte. Cette large perspective révèle la cohérence de cette période cruciale longtemps négligée par l’historiographie, pendant laquelle se met en place l’arsenal idéologique des colonisations futures.

Pour la partie concernant l’aire anglo-américaine, contributions de:

– Claire Bourhis-Mariotti : « L’émigration volontaire des Noirs-Américains vers Haïti dans les années 1820 : Une alternative aux projets de l’American Colonization Society »

– Eric Burin : « La loi sur la traite négrière de 1819 : Un nouveau regard sur la politique de colonisation des États-Unis vers l’Afrique et les débats sur l’esclavage au Congrès »

– Kate Hodgson: « Envisager l’avenir après l’esclavage : Voyageurs abolitionnistes dans la Caraïbe, 1833-1848 »

– Suzanne Schwarz: « D’une administration privée au contrôle de la Couronne : Expérimentation et adaptation en Sierra Leone à la fin du xviiie et au début du xixe siècle »

– Joseph Yannielli: « Géographies de l’abolition : la mission Mendi »

ISBN : 978-2-915596-96-0

Septembre 2013, 23 x 15 cm, 416 pages, 28 €

L’ouvrage est disponible à la vente notamment par le biais du site de l’éditeur : http://lesperseides.fr/nouveaute/

N’hésitez pas à communiquer ce lien aux bibliothèques et institutions (universitaires) susceptibles d’être intéressées par l’acquisition de cet ouvrage.