Archives de catégorie : Séminaires/Seminars

Séminaire EHDLM, 23 septembre 2015 – Magali Bessone : « W. E. B. Du Bois et le projet d’autobiographie du concept de race comme écriture de l’histoire du “peuple noir” »

DuskofDawnSéminaire EHDLM : 6e séance du séminaire du projet Sorbonne Paris Cité EHDLM (Écrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains Américains), présentation de Magali Bessone, UFR de Philosophie, Université de Rennes 1 : « W. E. B. Du Bois et le projet d’autobiographie du concept de race comme écriture de l’histoire du « peuple noir » »,  le mercredi 23 septembre 2015, 17h30-19h00, Petit Amphi, Institut du Monde Anglophone, 5 rue de l’Ecole de médecine, 75006, Paris.

Résumé : WEB Du Bois a rédigé en 1940 une autobiographie intitulée « An Essay for an Autobiography of a Race Concept », dans laquelle il affirme : « My life had its significance and its only deep significance because it was part of a problem », le problème « de la ligne de couleur ». En 1903, dans son grand œuvre Les Âmes du peuple noir, il avait entrepris de formuler ce problème, qu’il présentait alors comme un test concret des principes qui sous-tendent la démocratie américaine. Écrire son histoire personnelle comme une autobiographie du concept de race, ou embrasser l’histoire du peuple noir à l’intérieur du peuple américain à partir des récits (analyse sociologique, biographie, fiction) d’expériences individuelles présentées dans Les Âmes – c’est le même projet, en écho, qui est à l’œuvre : écrire l’histoire, toujours à la fois individuelle et collective, de ceux qui sont « sous le voile » de la ségrégation raciale, donc invisibilisés. Pour Du Bois, sociologue et historien héritier du pragmatisme, « l’interprétation historique des relations de race » est une entreprise à la fois théorique et pratique qui consiste à donner une existence et une parole à ceux qui sont littéralement aliénés par la « double conscience ».

Séminaire EHDLM – Emahunn Campbell : « W.E.B. Du Bois’s Literary Interventions on the Discourses of Black Criminality », 11 mai 2015

La 5ème séance du séminaire du projet Sorbonne Paris Cité EHDLM (Écrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains Américains) se déroulera le lundi 11 mai 2015 de 17h30 à 19h, en salle 16 de l’Institut du Monde Anglophone, Université Sorbonne Nouvelle, 5 rue de L’école de Médecine, 75006 Paris.

Nous recevrons Emahunn Campbell (University of Massachusetts Amherst, Department of Afro-American Studies) pour une communication intitulée « W.E.B. Du Bois’s Literary Interventions on the Discourses of Black Criminality » dont on trouvera un résumé ci-dessous.

Capture d’écran 2015-04-28 à 18.42.37This paper analyzes the construction of black criminality in Du Bois’s literary imagination. Most scholarship on his criminological interventions focus his on well- known works such as “The Conservation of Races” (1897), The Philadelphia Negro, and “The Spawn of Slavery: Convict Leasing in the South” (1901), among others. During the close of the nineteenth century and the inauguration of the twentieth century—the fin de siècle—specifically to about 1910, Du Bois had a sustained intellectual, scholarly, and, for the purposes of this essay, literary interest in criminality and its association to black people. Through selected unpublished short stories in the early part of his writing career, specifically “The Couple in theDrawing Room” (1906) and “The Jewel”, Du Bois,  through his blurring of crime and detective fiction, literarily challenges pervading scientific arguments that position black subjects—specifically black man subjects—as naturally predisposed to criminal behavior.These stories, often incomplete, fragmented, and underdeveloped, intervene in the sociopolitical and the politico-scientific conversations on black criminality as well as Du Bois’s corpus on the subject. Capture d’écran 2015-04-28 à 18.44.18Furthermore, and intriguingly, Du Bois, similar to famed writers Edgar Allan Poe, Arthur Conan Doyle, and Mark Twain, incorporates forensic methods through his black protagonist. For an author who maintained fidelity to empiricism and the pursuit of “Truth” through the scientific method, associating his black protagonist with empirical capabilities performs important cultural and sociological work toward ruining baleful myths of a perpetual, inherent black criminal class by illustrating that a black working- class character is able to raise close investigative inquiries.

 

Organisation: Hélène Le Dantec-Lowry (Paris 3-Sorbonne nouvelle), Claire Parfait (Paris 13), Marie-Jeanne Rossignol (Paris Diderot), Matthieu Renault (Paris 13), Claire Bourhis-Mariotti (Paris 8).

 

Compte-rendu Séminaire EHDLM – Deborah Jenson (16 mai 2014)

La 4ème séance du séminaire du projet Sorbonne Paris Cité EHDLM (Écrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains Américains) s’est déroulé le vendredi 16 mai 2014 de 17h30 à 19h, en salle 16 de l’Institut du Monde Anglophone, Université Sorbonne Nouvelle, 5 rue de L’école de Médecine, 75006 Paris. Nous avons reçu Deborah Jenson.

Deborah Jenson est professeur à Duke University, où elle dirige le Centre d’études latino-américaines et caribéennes, et co-dirige le centre de recherches sur Haïti. Elle est l’auteur de Beyond the Slave Narrative: Politics, Sex, and Manuscripts in the Haitian Revolution (Liverpool University Press,2011, réédité 2012).

images

Dans Beyond the Slave Narrative, Deborah Jenson s’intéresse à des textes révolutionnaires de dirigeants haïtiens (Toussaint Louverture, Dessalines) ainsi qu’à des poèmes de courtisanes anonymes. On a longtemps pensé que les esclaves des colonies francophones n’avaient pas laissé de traces écrites. Ceci est largement dû au fait que, dans le monde anglophone, la parole des esclaves s’exprime à travers les récits d’esclave (slave narratives). Le genre du récit d’esclave a donc longtemps empêché les chercheurs de voir qu’il existait d’autres types de témoignages d’esclaves, par exemple les documents étudiés par Deborah Jenson dans son ouvrage. Ainsi, les textes révolutionnaires et les proclamations de Dessalines circulent dans la jeune République américaine et jusqu’en Allemagne où elles ont pu influencer la conception de la fameuse « dialectique maître-esclave » de Hegel.

Lors de la révolution de Saint-Domingue, nombre d’Haïtiens, à la fois des planteurs, des esclaves et des Noirs libres, se sont réfugiés en Louisiane. Or, le paradigme de l' »Atlantique noir » de Paul Gilroy a exclu  la Nouvelle-Orléans en raison de la langue. Deborah Jenson a terminé sa présentation en expliquant les multiples influences que les réfugiés haïtiens ont exercé sur la culture de la Nouvelle-Orléans. Cette influence est tout particulièrement perceptible dans la littérature louisianaise.

 

Compte-rendu Séminaire EHDLM – Nina Reid-Maroney (13 mars 2014)

On March 13, 2014, it was our great pleasure to welcome Nina Reid-Maroney. This 3rd seminar session, a joint session with the CIRESC seminar at the Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, took place at the EHESS (Boulevard Raspail, 75006 Paris).

Nina Reid-Maroney is an Associate Professor in the Department of History at Huron University College at Western in London, Ontario. She is also a coeditor of The Promised Land: History and Historiography of Black Experience in Chatham-Kent’s Settlements. Nina spoke about her last book, The Reverend Jennie Johnson and African Canadian History, 1868-1967, which was published by Routledge in April 2013.

Reid-Maroney

Her book is a most fascinating biography of the first woman ever to be ordained as a full-time minister in Canada, a woman whose very long life, covering almost a century of history, pushes us to rethink North American history and historiography on 19th century black migration and settlement in Canada. Evidently, the story of Jennie Johnson is a story at the crossroads of race, religion and women studies, but as her life unfolds before our eyes, it becomes obvious that Jennie Johnson’s particular life is also a history of connections, where religion, migration, abolition, resistance, and women’s condition are closely intertwined. What is striking in Nina’s book is that the story of Jennie Johnson is a very “moving” story in the practical sense of the term. Jennie, but also her family, crossed the US-Canada border to and fro at many different times in their life and for many different reasons, proof that this border was a porous border, a blurred space that Blacks would cross easily as they were trying to improve their condition. Thus, more than just a “classic” biography, The Reverend Jennie Johnson and African Canadian History is a critical biography of a figure who outstripped the racial and religious barriers of her time. It offers a unique and powerful view of the struggle for gender and racial equality, and against prejudice in North America, and more particularly on the US-Canadian border.

In other words, Nina’s book offers us a very powerful and inspiring account of what life was truly like for African Canadians and African Americans in an era marked by abolition, segregation, discrimination and the fight for civil rights, in a “dangerous place” which was a “land between slavery and freedom”.

Séminaire EHDLM – Deborah Jenson : « Beyond the Slave Narrative » (16 mai)

La 4ème séance du séminaire du projet Sorbonne Paris Cité EHDLM (Écrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains Américains) se déroulera le vendredi 16 mai 2014 de 17h30 à 19h, en salle 16 de l’Institut du Monde Anglophone, Université Sorbonne Nouvelle, 5 rue de L’école de Médecine, 75006 Paris. Nous recevrons Deborah Jenson.

Deborah Jenson est professeur à Duke University, où elle dirige le Centre d’études latino-américaines et caribéennes, et co-dirige le centre de recherches sur Haïti. Elle est l’auteur de Beyond the Slave Narrative: Politics, Sex, and Manuscripts in the Haitian Revolution (Liverpool University Press,2011, réédité 2012). Elle parlera de cette publication, dont on trouvera un résumé ci-dessous.

images

The Haitian Revolution has generated responses from commentators in fields ranging from philosophy to historiography to twentieth-century literary and artistic studies. But what about the written work produced at the time, by Haitians? This book presents an account of a specifically Haitian literary tradition in the Revolutionary era. It shows the emergence of two strands of textual innovation, both evolving from the new revolutionary consciousness: the political texts produced by Haitian revolutionary leaders Toussaint Louverture and Jean-Jacques Dessalines; and popular Creole poetry from anonymous courtesans in Saint-Domingue’s libertine culture. These textual forms, though they differ from each other, demonstrate both the increasing cultural autonomy and the literary voice of non-white populations in the colony at the time of revolution. Unschooled generals and courtesans, long presented as voiceless, are revealed to be legitimate speakers and authors. These Haitian French and Creole texts have been neglected as a foundation of Afro-diasporic literature by former slaves in the Atlantic world for two reasons: they do not fit the generic criteria of the slave narrative (which is rooted in the autobiographical experience of enslavement); and they are mediated texts, relayed to the print-cultural Atlantic domain not by the speakers themselves, but by secretaries or refugee colonists. These texts challenge how we think about authorial voice, writing, print culture, and cultural autonomy in the context of the formerly enslaved, and demand that we reassess our historical understanding of the Haitian Independence and its relationship to an international world of contemporary readers.

 

Organisation: Hélène Le Dantec-Lowry (Paris 3-Sorbonne nouvelle), Claire Parfait (Paris 13), Marie-Jeanne Rossignol (Paris Diderot), Matthieu Renault (Paris 13)

 

Séminaire EHDLM – Nina Reid-Maroney : “The Reverend Jennie Johnson and African Canadian History, 1868-1967” (13 mars)

Reid-MaroneyDans le cadre du séminaire du projet EHDLM (« Ecrire l’histoire depuis les marges/ Writing History from the Margins : The Case of African-Americans »), Nina Reid-Maroney, Huron University College, Canada, présentera son ouvrage The Reverend Jennie Johnson and African Canadian History, 1868-1967 (Rochester, NY, University of Rochester Press 2013) le jeudi 13 mars de 15h à 17h. Discutante: Claire Bourhis-Mariotti, Université de Cergy-Pontoise.

Séance commune avec le séminaire du CIRESC (Centre International de Recherches sur l’Esclavage), EHESS, 105 boulevard Raspail, salle 3.

Nina Reid-Maroney a également participé au projet « The Promised Land: The Freedom Experience of Chatham Kent’s Black Settlements» (financé par le Social Sciences and Humanities Research Council of Canada) : voir B.E de B’béri, N. Reid-Maroney et H.K Wright eds., The Promised Land: History and Historiography of the Black Experience in Chatham-Kent’s Settlements and Beyond (Toronto: University of Toronto Press, 2013).

Elle avait précédemment publié Philadelphia’s Enlightenment, 1740-1800: Kingdom of Christ, Empire of Reason (Wesport, CT: Greenwood Press, 2000).

Séminaire EHDLM – Ellen Garvey : « Writing With Scissors » (21 novembre)

WritingwithScissorscover

La 2ème séance du séminaire du projet SPC EHDLM (Writing History from the Margins) s’est déroulée jeudi 21 novembre 2013, à l’Institut du Monde Anglophone, Université Sorbonne Nouvelle.

Ellen Garvey (New Jersey City University) a présenté son dernier ouvrage, Writing with Scissors. American Scrapbooks from the Civil War to the Harlem Renaissance (Oxford University Press, 2013).

Les scrapbooks étaient extrêmement populaires au XIXe siècle, et utilisés entre autres par des politiciens qui pouvaient ainsi conserver les textes de discours qu’ils avaient prononcés et des traces de leur réception (Abraham Lincoln, par exemple). Mais davantage qu’à ces « grandes figures », Ellen Garvey s’est intéressée dans son ouvrage à la manière dont des groupes marginalisés les ont utilisés. C’est ainsi, par exemple, que des Africains Américains ont compilé des « scrapbooks » pour écrire leur version de l’histoire afro-américaine au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Leur travail de découpage et ensuite de juxtaposition des articles tirés de la presse blanche leur permettait de souligner racisme, injustice et ségrégation. Ida B. Wells se servait des mots mêmes de la presse blanche pour dénoncer le lynchage à la fin du XIXe siècle. Un autre « scrapbook » consacré à des centenaires afro-américains permettait à son auteur de poser la question de la contribution des Africains Américains à l’histoire de la nation. On peut donc parler d’une dimension militante de ces albums. Les « scrapbooks » représentaient également un moyen de préserver l’histoire et constituaient ainsi une archive. Malgré le caractère privé et individuel de ces albums, l’ouverture par certains des compilateurs à des visiteurs leur donnait une dimension publique. Ellen Garvey a également exploré la question de l’utilisation de ces albums comme source possible pour l’écriture de l’histoire afro-américaine par les historiens d’aujourd’hui.

Ci-dessous la vidéo de la conférence :

Séminaire EHDLM – Karen Weyler: « Empowering Words » (9 octobre)

KarenWeylerLa 1ère séance du séminaire du projet PRES SPC EHDLM (Writing History from the Margins) s’est déroulée le 9 octobre 2013 de 17h à 18h30 devant une assemblée nombreuse.

Karen Weyler (University of North Carolina, Greensboro) nous a présenté son ouvrage Empowering Words. Outside Authorship in Early America (2013).

Dans cet ouvrage, Karen Weyler s’intéresse à des “outsiders” (femmes, Indiens, Noirs) qui ont pourtant réussi à s’imposer comme auteurs à la fin du XVIIIè siècle en Amérique. Elle s’est particulièrement penchée sur les stratégies de publication qui leur ont permis d’être acceptés, publiés et lus.

 

KWeylerParis

En analysant les processus de publication, Karen Weyler explore la notion d’ »authorship » qui ne peut se réduire à la reconnaissance publique d’une forte individualité et de compétences littéraires. De quels réseaux bénéficiaient ces « outsiders » ? Car sans réseau, sans appui, il n’y a pas d’auteur. De même faut-il, comme la poétesse Phyllis Wheatley, se conformer au genre le plus populaire, tout en le transformant. Ou comme la journaliste Clementina Rind, se rendre indispensable au monde masculin qui a besoin des services du journal. Mais qu’attendaient les auteurs ? Ils cherchaient assurément une intégration dans une société qui ne leur était pas a priori favorable, comme John Marrant et John Hammond, deux Noirs qui affirmaient leur foi pour se faire accepter dans la communauté des chrétiens.