Archives de catégorie : Activités/Projects

Séminaire EHDLM – Deborah Jenson : « Beyond the Slave Narrative » (16 mai)

La 4ème séance du séminaire du projet Sorbonne Paris Cité EHDLM (Écrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains Américains) se déroulera le vendredi 16 mai 2014 de 17h30 à 19h, en salle 16 de l’Institut du Monde Anglophone, Université Sorbonne Nouvelle, 5 rue de L’école de Médecine, 75006 Paris. Nous recevrons Deborah Jenson.

Deborah Jenson est professeur à Duke University, où elle dirige le Centre d’études latino-américaines et caribéennes, et co-dirige le centre de recherches sur Haïti. Elle est l’auteur de Beyond the Slave Narrative: Politics, Sex, and Manuscripts in the Haitian Revolution (Liverpool University Press,2011, réédité 2012). Elle parlera de cette publication, dont on trouvera un résumé ci-dessous.

images

The Haitian Revolution has generated responses from commentators in fields ranging from philosophy to historiography to twentieth-century literary and artistic studies. But what about the written work produced at the time, by Haitians? This book presents an account of a specifically Haitian literary tradition in the Revolutionary era. It shows the emergence of two strands of textual innovation, both evolving from the new revolutionary consciousness: the political texts produced by Haitian revolutionary leaders Toussaint Louverture and Jean-Jacques Dessalines; and popular Creole poetry from anonymous courtesans in Saint-Domingue’s libertine culture. These textual forms, though they differ from each other, demonstrate both the increasing cultural autonomy and the literary voice of non-white populations in the colony at the time of revolution. Unschooled generals and courtesans, long presented as voiceless, are revealed to be legitimate speakers and authors. These Haitian French and Creole texts have been neglected as a foundation of Afro-diasporic literature by former slaves in the Atlantic world for two reasons: they do not fit the generic criteria of the slave narrative (which is rooted in the autobiographical experience of enslavement); and they are mediated texts, relayed to the print-cultural Atlantic domain not by the speakers themselves, but by secretaries or refugee colonists. These texts challenge how we think about authorial voice, writing, print culture, and cultural autonomy in the context of the formerly enslaved, and demand that we reassess our historical understanding of the Haitian Independence and its relationship to an international world of contemporary readers.

 

Organisation: Hélène Le Dantec-Lowry (Paris 3-Sorbonne nouvelle), Claire Parfait (Paris 13), Marie-Jeanne Rossignol (Paris Diderot), Matthieu Renault (Paris 13)

 

Séminaire EHDLM – Nina Reid-Maroney : “The Reverend Jennie Johnson and African Canadian History, 1868-1967” (13 mars)

Reid-MaroneyDans le cadre du séminaire du projet EHDLM (« Ecrire l’histoire depuis les marges/ Writing History from the Margins : The Case of African-Americans »), Nina Reid-Maroney, Huron University College, Canada, présentera son ouvrage The Reverend Jennie Johnson and African Canadian History, 1868-1967 (Rochester, NY, University of Rochester Press 2013) le jeudi 13 mars de 15h à 17h. Discutante: Claire Bourhis-Mariotti, Université de Cergy-Pontoise.

Séance commune avec le séminaire du CIRESC (Centre International de Recherches sur l’Esclavage), EHESS, 105 boulevard Raspail, salle 3.

Nina Reid-Maroney a également participé au projet « The Promised Land: The Freedom Experience of Chatham Kent’s Black Settlements» (financé par le Social Sciences and Humanities Research Council of Canada) : voir B.E de B’béri, N. Reid-Maroney et H.K Wright eds., The Promised Land: History and Historiography of the Black Experience in Chatham-Kent’s Settlements and Beyond (Toronto: University of Toronto Press, 2013).

Elle avait précédemment publié Philadelphia’s Enlightenment, 1740-1800: Kingdom of Christ, Empire of Reason (Wesport, CT: Greenwood Press, 2000).

Séminaire EHDLM – Ellen Garvey : « Writing With Scissors » (21 novembre)

WritingwithScissorscover

La 2ème séance du séminaire du projet SPC EHDLM (Writing History from the Margins) s’est déroulée jeudi 21 novembre 2013, à l’Institut du Monde Anglophone, Université Sorbonne Nouvelle.

Ellen Garvey (New Jersey City University) a présenté son dernier ouvrage, Writing with Scissors. American Scrapbooks from the Civil War to the Harlem Renaissance (Oxford University Press, 2013).

Les scrapbooks étaient extrêmement populaires au XIXe siècle, et utilisés entre autres par des politiciens qui pouvaient ainsi conserver les textes de discours qu’ils avaient prononcés et des traces de leur réception (Abraham Lincoln, par exemple). Mais davantage qu’à ces « grandes figures », Ellen Garvey s’est intéressée dans son ouvrage à la manière dont des groupes marginalisés les ont utilisés. C’est ainsi, par exemple, que des Africains Américains ont compilé des « scrapbooks » pour écrire leur version de l’histoire afro-américaine au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Leur travail de découpage et ensuite de juxtaposition des articles tirés de la presse blanche leur permettait de souligner racisme, injustice et ségrégation. Ida B. Wells se servait des mots mêmes de la presse blanche pour dénoncer le lynchage à la fin du XIXe siècle. Un autre « scrapbook » consacré à des centenaires afro-américains permettait à son auteur de poser la question de la contribution des Africains Américains à l’histoire de la nation. On peut donc parler d’une dimension militante de ces albums. Les « scrapbooks » représentaient également un moyen de préserver l’histoire et constituaient ainsi une archive. Malgré le caractère privé et individuel de ces albums, l’ouverture par certains des compilateurs à des visiteurs leur donnait une dimension publique. Ellen Garvey a également exploré la question de l’utilisation de ces albums comme source possible pour l’écriture de l’histoire afro-américaine par les historiens d’aujourd’hui.

Ci-dessous la vidéo de la conférence :

Colloque « Écrire sur l’esclavage » (Le Havre, 28-29 novembre 2013)


Affiche_Colloque_Novembre2013

Programme du colloque (format pdf)

Le colloque Écrire sur l’esclavage s’inscrit dans le cycle des colloques organisés en partenariat entre l’université du Havre et la ville du Havre depuis 2008. Il prolonge une réflexion menée également dans le cadre d’un programme de recherche (UMR Idees 6266/CNRS) coordonné entre 2008 et 2012 par l’organisateur des colloques havrais (É. Saunier).

Les colloques havrais ont permis de réaliser trois publications (Villes portuaires du commerce triangulaire à l’abolition ; Les Abolitions de la Normandie aux Amériques ; L’île de la Réunion au temps de l’esclavage -1817/1824) qui, à l’exemple de cette dernière, parue en novembre 2012, prennent un soin particulier à valoriser le patrimoine culturel régional (L’île de la Réunion au temps de l’esclavage -1817/1824 englobe ainsi la critique et la transcription d’un manuscrit de la Bibliothèque municipale du Havre). Ils ont aussi participé à la dynamique scientifique autour de l’esclavage en Normandie concrétisée par la publication de deux ouvrages parus aux PURH en avril 2012 : Figures d’esclaves et Le récit de William Wells Brown, ouvrage transcrit et précédé d’une présentation critique par Marie-Jeanne Rossignol et Claire Parfait, professeures aux universités Paris Diderot et de Paris 13.

 C’est cette dernière publication, centrée autour des apports de l’un des récits d’esclaves les plus célèbres aux États-Unis, parce qu’elle s’inscrit dans le cadre des études novatrices sur la place occupée par ces récits dans la lutte des abolitionnistes, qui est à l’origine du choix de la thématique et de la programmation de ce colloque international visant à présenter au public les enjeux et les intérêts de ces textes pour la connaissance de l’esclavage.

Ce colloque proposera à la fois une réflexion théorique et la présentation d’études de cas sur le récit d’esclave dans les mondes anglophone, francophone et hispanophone. Les interventions examineront notamment le contexte et le rôle politique des récits : genre et périodisation, publication, circulation et réception, réécritures contemporaines du récit d’esclave. Faisant suite à cette présentation théorique et à ces études de cas, la dernière partie du colloque, qui ouvre également l’exposition Paul et Virginie, un exotisme enchanteur, organisée du 22 novembre 2013 au 18 mai 2014 à l’Hôtel Dubocage de Bléville, est consacrée à l’étude des écrits de l’esclavage dans le monde indianocéanique entre l’époque de Bernardin de Saint-Pierre et le premier XIXe siècle.

Ce colloque s’inscrit également dans le cadre du projet PRES Sorbonne Paris-Cité Écrire l’histoire depuis les marges, porté par Claire Parfait (Université Paris 13), Hélène Le Dantec-Lowry (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) et Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris Diderot).

CFP : Black Historians and the Writing of History in the 19th and early 20th century: What Legacy?


As part of the project EHDLM (Writing History from the Margins) funded by the PRES Sorbonne Paris Cité, a conference will be held in Paris, University Paris Diderot, June 12-14 2014, on

 

Black Historians and the Writing of History in the 19th and early 20th centuries: What Legacy?

woodson williams dubois

Organizers: Marie-Jeanne Rossignol, Claire Bourhis-Mariotti, Hélène Le Dantec-Lowry, Claire Parfait, Mathieu Renault

Scientific committee: Ira Berlin (University of Maryland, College Park), Myriam Cottias (CNRS, CIRESC), Elisabeth Cunin (IRD, CNRS), Pap N’Diaye (Sciences Po), Martha Jones (Michigan), Jean-Paul Lallemand (EHESS, CENA)

Abstracts: 300 words + one-page CV to be sent to blackhistoriansparis2014@gmail.com by November 1, 2013

“History has thrown the colored man out.”

William Wells Brown 1860, in Benjamin Quarles, Black Mosaic 1988, 111

robert b lewis

 

Almost 100 years after The Journal of Negro History was founded by Carter G. Woodson, we would like to reassess the legacy of those black historians who wrote the history of their community between the 1830s and World War II. Through slavery and segregation, self-educated and formally educated black Americans wrote works of history in order to inscribe, or re-inscribe, African Americans in American history. This served a two-fold objective: to make African-Americans proud of their past and to enable them to fight against white prejudice.

Over the past decades, historians have turned to the study of these pioneers, but a number of issues remain to be addressed. At first, before African Americans received doctorates in history or taught history at all-black colleges, activists wrote the first histories of their community (and beyond). We propose to address the following questions:  who published these books; how were they distributed, read and received? How can we assess the work of these “amateurs” from a historian’s point of view, at a time when the writing of history was becoming professional in Europe as well as in the United States? What do these publications reveal about the construction of professional history in the nineteenth century when we examine them in relation with other works by Euro-Americans whether working in an academic setting or as independent researchers?

Regarding the more “professional” generation that slowly emerged at the beginning of the twentieth century (Du Bois, Woodson, Logan, and others), a number of questions also remain unanswered. These historians wrote history “from the margins” of the profession, launching journals, organizing conferences and developing institutional tools for their segregated scientific activity. The process of integration was slow and mostly started after the Second World War. Yet one can wonder whether the marginal position of these historians was a hindrance or whether it might also have been an asset. Could it be argued that their use of alternative sources made them pioneers in developing a type of social and cultural history which would later be exemplified by the Annales school in France? If so,the intellectual contribution of the black historians who wrote professional history in the first half of the twentieth century must be re-assessed globally as well as nationally: what does it mean to write history from the margins?

nell

Finally, the work of these early historians must be placed squarely within the longer term historiographical development of African American and American history: African American history emerged as a major field of investigation in American history in the 1970s and 1980s, and, with the rise of Atlantic history in the 1990s and 2000s, it has now become one of the principal preoccupations of American historians. The groundwork had, however, been laid long before in a climate of segregation: the slave trade, US-Haitian relationships, and other key issues were the objects of major studies before the Second World War. How were these books circulated, read and received beyond an educated black public? Are these historians fully recognized for their pioneering work outside of their community, or have they been relegated to the margins of professional historical memory?

William C. Nell

Plenary speakers: Pero Dagbovie, Michigan State University, and Claire Parfait, Université Paris 13

This conference is sponsored by www.sorbonnepariscite.fr

And the following research teams : CIRESC/CNRS, LARCA, CREW, CRIDAF/Pléiade.

It will be held at University Paris Diderot www.univ-paris-diderot.fr

Séminaire EHDLM – Karen Weyler: « Empowering Words » (9 octobre)

KarenWeylerLa 1ère séance du séminaire du projet PRES SPC EHDLM (Writing History from the Margins) s’est déroulée le 9 octobre 2013 de 17h à 18h30 devant une assemblée nombreuse.

Karen Weyler (University of North Carolina, Greensboro) nous a présenté son ouvrage Empowering Words. Outside Authorship in Early America (2013).

Dans cet ouvrage, Karen Weyler s’intéresse à des “outsiders” (femmes, Indiens, Noirs) qui ont pourtant réussi à s’imposer comme auteurs à la fin du XVIIIè siècle en Amérique. Elle s’est particulièrement penchée sur les stratégies de publication qui leur ont permis d’être acceptés, publiés et lus.

 

KWeylerParis

En analysant les processus de publication, Karen Weyler explore la notion d’ »authorship » qui ne peut se réduire à la reconnaissance publique d’une forte individualité et de compétences littéraires. De quels réseaux bénéficiaient ces « outsiders » ? Car sans réseau, sans appui, il n’y a pas d’auteur. De même faut-il, comme la poétesse Phyllis Wheatley, se conformer au genre le plus populaire, tout en le transformant. Ou comme la journaliste Clementina Rind, se rendre indispensable au monde masculin qui a besoin des services du journal. Mais qu’attendaient les auteurs ? Ils cherchaient assurément une intégration dans une société qui ne leur était pas a priori favorable, comme John Marrant et John Hammond, deux Noirs qui affirmaient leur foi pour se faire accepter dans la communauté des chrétiens.