Archives de catégorie : Journées d’études/Workshops

JOURNEE D’ETUDE – « Historiens noirs américains 1850-1950 : écriture de l’histoire et émancipation »

2nde rencontre sur l’anthologie des historiens africains-américains

Vendredi 25 novembre 2016

9h30-18h

Université Paris 7-Diderot

(salle 265E, Halle aux farines)

Dans le cadre de l’action structurante « Fabrique du politique »

et du projet EHDLM SPC « Écrire l’histoire depuis les marges »

dorothy-porterDorothy Wesley Porter

Photograph by Carl Van Vechten©Van Vechten Trust

Organisation : Matthieu Renault (Université Paris 8-Vincennes St Denis) Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris Diderot)

Contact : vermeren.pauline@gmail.com

 

MATIN

*9h30* Accueil (café)

*10h* Ouverture de la journée

*10h15-12h30*

10h15-11h

Présentation de la notice de W.E.B Du Bois par Claire Parfait (Paris 13), commentaires par Magali Bessone (Rennes 1)

11h-11h45

Présentation de la notice de John Hope Franklin par Rahma Jerad (Institut supérieur des langues de Tunis), commentaires par Paul Schor (Paris-Diderot)

11h45-12h30

Présentation de la notice de Rayford Logan par Marie-Jeanne Rossignol (Paris-Diderot), commentaires par Nicolas Martin-Breteau (Lille 3)

*12h30-14h* Pause-déjeuner

APRES-MIDI

14h-14h45

Présentation de la notice de Dorothy Porter par Hélène Le Dantec-Lowry (Paris 3), commentaires par Myriam Cottias (CIRESC)

14h45-15h30

Présentation de la notice de Charles H. Wesley par Matthieu Renault (Paris 8), commentaires par Audrey Célestine (Lille 3)

15h30-16h15

Présentation de la notice de George Washington Williams par Claire Parfait (Paris 13), commentaires par Nicolas Barreyre (EHESS, CENA)

* 16h15-16h30* Pause

*16h30-18h* Table-ronde et discussion menées par Jean-Pierre Le Glaunec (Sherbrooke).

Troisième volet du projet EHDLM, cette anthologie comportera onze traductions de textes d’historiens africains-américains (William C. Nell, William Wells Brown, George Washington Williams, Ida B. Wells, W. E. B. Du Bois, John Hope Franklin, Lorenzo J. Greene, Rayford Logan, Dorothy Porter, Benjamin Quarles, Charles H. Wesley).

Ces textes seront accompagnés de notices historiographiques et biographiques.

Journée d’études « Le récit d’esclave, publications récentes et perspectives » (27 novembre)

Journée d‘étude
 
« Le récit d‘esclave, publications récentes et perspectives »
 
 27 novembre 2015, Université Paris 13, UFR LLSHS, salle D 300

 

Truth
 
 
Matin
9h30 : accueil et café
 
10h-12h : Le récit d’esclave, texte et contexte
–       Michael Winship (Université du Texas à Austin) : « The Penalty in Alabama is Death!  For selling My Bondage and My Freedom.” »
–       Michaël Roy (Université Paris 13) : « A Book by a Bondman! : le récit d’esclave au prisme de l’histoire du livre ».
–       Matthieu Renault (Université Paris 8) : « Slave narratives/récits desclaves : histoire(s) de traduction ».
–        Yohanna Alimi  (Université Paris Diderot) : « L’abolitionnisme transatlantique en 1848 : le contexte aux Etats-Unis et en France ».
Commentaires : Eric Mesnard (Université Paris-Est Créteil) et Frédéric Régent (Université Paris Panthéon-Sorbonne)
 
12h-13h30 : déjeuner
 
Après-midi (13h30-17h00) : La collection récits desclaves aux PURH
13h30-14h : Introduction par Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol, directrices de la collection
14h-14h30 : Présentation par Caroline Oudin-Bastide de Maîtres accusés, esclaves accusateurs, 2015, dernier ouvrage de la collection sorti. En présence d‘Eric Saunier (Université du Havre).
 
14h30-17h : Table ronde sur les traductions et éditions de récits desclaves en cours.
–      Claudine Raynaud (Université Paul-Valéry, Montpellier) : le récit de Sojourner Truth (Narrative of Sojourner Truth. Boston, 1850)
–      Sandrine Ferré-Rode (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) : récit de Henry Bibb (Narrative of the Life and Adventures of Henry Bibb, An American Slave. New York, 1849), en collaboration avec Anne-Laure Tissut (Université de Rouen)
–      Claire Bourhis-Mariotti (Université Paris 8) : le récit d‘Isaac Mason (Life of Isaac Mason as a SlaveWorcester, Mass.: [s.n.], 1893)
–      Ada Savin (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), récit de William et Ellen Craft (Running a Thousand Miles for Freedom; or, the Escape of William and Ellen Craft for From Slavery. London, 1860)

 

 

Organisateurs:
Claire Parfait, Université Paris 13.
Marie-Jeanne Rossignol, Université Paris Diderot.
Hélène Le Dantec-Lowry, Université Sorbonne Nouvelle.
Claire Bourhis-Mariotti, Université Paris 8.
Matthieu Renault, Université Paris 8.
Rahma Jerad, Université de Carthage.

 

Journée organisée dans le cadre du projet Sorbonne Paris Cité « Ecrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains Américains » : http://hdlm.hypotheses.org

 

Compte rendu de la journée d’étude « Culture matérielle et écriture de l’histoire »

Culture matérielle et écriture de l’histoire : le cas des Africains-Américains

(Material Culture and the Writing of History : The Case of African Americans)

Journée d’étude du 22 novembre 2014, Institut du Monde Anglophone, Université Sorbonne Nouvelle, dans le cadre du projet EHDLM (Écrire l’histoire depuis les marges, le cas des Africains-Américains) de la COMUE Sorbonne Paris Cité.

Organisation: Claire Bourhis-Mariotti (Paris 8-Vincennes St Denis), Hélène Le Dantec-Lowry (Sorbonne nouvelle), Claire Parfait (Paris 13), Matthieu Renault (Paris 13), Marie-Jeanne Rossignol (Paris Diderot).

Compte rendu rédigé par Hélène Le Dantec-Lowry

Lors de cette journée d’études, les intervenants, des chercheurs américains et français, spécialistes d’histoire africaine-américaine mais également d’archéologie, de photographie, d’art, etc. se sont penchés sur la culture et les traces matérielles des Noirs aux Etats-Unis depuis le XVIIIe siècle, examinées ici comme des formes d’écriture alternative de l’histoire.

Ces sources diverses servent à retracer le passé des Noirs aux États-Unis, à affiner le récit sur certaines périodes en particulier et à donner voix à des Africains-Américains si longtemps écartés des récits officiels et dominants. Concernant l’esclavage, les fouilles archéologiques, dans le domaine de Jefferson à Monticello, par exemple, aident à exposer les dynamiques sociales et les négociations raciales en cours et à observer les transformations par les Noirs asservis dans leurs habitations (F. Neiman). L’étude des vêtements des esclaves (K. Knowles) permet d’examiner la logique d’oppression des Noirs et l’imposition de normes raciales et genrées du système esclavagiste par les tissus et coupes imposées par les Blancs. Elle montre aussi les résistances à l’œuvre parmi des esclaves qui refusaient le système racial en vigueur en personnalisant les vêtements qu’on leur donnait ou en insistant pour porter les modes euro-américaines qui leur étaient pourtant interdites. Ailleurs, les photographies des Noirs à Cuba à partir des années 1840 tendaient à effacer l’expérience d’un système esclavagiste pourtant particulièrement cruel, et ce notamment pour présenter une image idyllique propice au commerce avec les États-Unis (R. Jerad).

Cette journée a montré également à la fois les intentions des producteurs de sources matérielles et leur inscription dans un système socioéconomique donné. Ainsi, l’intérêt pour les daguerréotypes par les Noirs aux États-Unis au XIXe siècle présente l’intersection entre, d’abord, les logiques de production et de consommation d’un art abordable, par des entrepreneurs noirs pour des sujets blancs notamment, et, d’autre part, le souci de fabriquer des traces visuelles des Africains-Américains dans une logique militante liée à l’abolitionnisme et aux progrès du groupe noir (D. Aubert). De même, l’écriture et la publication de manuels d’économie domestique par des Africains-Américains au XIXe siècle – dont le premier fut publié commercialement par Robert Roberts en 1827– démontre aussi bien l’acceptation des codes sociaux et raciaux en vigueur de ceux qui travaillaient dans les maisons de la bourgeoisie blanches qu’une certaine forme de résistance par leurs auteurs qui, grâce à leur ouvrage, acquéraient statut social élevé et respectabilité aux yeux des autres Noirs (H. Le Dantec-Lowry).

Enfin, la source matérielle, objet esthétique, est aussi objet de mémoire individuelle et collective. C’est le cas des œuvres d’art et d’artisanat qui représentent les objets, manières et personnages du passé (mode, habitat, cuisine, outils, etc.) et recréent des étapes importantes de l’histoire africaine-américaine dans sa dimension réelle ou mythique. Les peintures, illustrations d’ouvrages pour enfants (celles de Faith Ringold) et les patchworks créés par des Africaines-Américaines du Sud participent ainsi à l’écriture et la  réécriture de l’histoire, parfois dans une approche collective (M. Saconie ; G. Chouard).

 

JE Culture matérielle et écriture de l’histoire : le cas des Africains-Américains (Sorbonne Nouvelle, 21 novembre 2014)

 

Culture matérielle et écriture de l’histoire : le cas des Africains-Américains / Material Culture and the Writing of History: the Case of African Americans

 

Université Sorbonne Nouvelle, Institut du monde anglophone
5 rue de l’École de Médecine, 75005 Paris (salle 16)
21 novembre 2014/November 21, 2014 – 9h30-16h30

 

Journée d’étude organisée dans le cadre du projet Écrire l’histoire depuis les marges (EHDLM, Sorbonne Paris Cité : http://hdlm.hypotheses.org/) avec le soutien de l’équipe de recherche CREW (EA 4399)/CRAN

 

Comité d’organisation/Organizing Committee : Claire Bourhis-Mariotti (Université Paris 8), Hélène Le Dantec-Lowry (Université Sorbonne Nouvelle), Claire Parfait (Université Paris 13), Matthieu Renault (Université Paris 13), Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris Diderot)

 

Programme/Program

 

Matinée/Morning

Modération/Chair : Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris Diderot)

9h30 – Café/Coffee

10h – Introduction/Opening remarks : Claire Parfait (Université Paris 13)

10h15 – Katie Knowles (Rice University) : Fashioning Slavery: Slaves and Clothing in the U.S. South

10h45 – Rahma Jerad (Université de Carthage) : Charles DeForest Fredricks and the First Photos of Blacks in Nineteenth-Century Cuba

11h15 – Didier Aubert (Université Sorbonne Nouvelle) Pictures and Progress, from Frederick Douglass to Pearl M. Graham

11h45 – Pause café/Coffee Break

12h – Fraser D. Neiman (Monticello, Charlottesville) : An Archaeological Perspective on the Social Dynamics of Slavery at Jefferson’s Monticello

 

Après-midi/Afternoon

Modération/Chair : Claire Bourhis-Mariotti (Université Paris 8)

14h15 – Hélène Le Dantec-Lowry (Université Sorbonne Nouvelle) : Work, Class, and Respectability in African-American Prescriptive Literature and Cookbooks

14h45 – Maïca Sanconie (Université d’Avignon) : Faith Ringgold’s Children’s Books: History, Art, Legend

15h15 – Géraldine Chouard (Université Paris 9) : African American Quilts: Color, Creation and Material (Counter)Culture

15h45 – Projection et présentation/Film presentation : Gwen Magee: Threads of History (2012), Anne Crémieux (Université Paris Ouest), Géraldine Chouard

 

Colloque « Écrire sur l’esclavage » (Le Havre, 28-29 novembre 2013)


Affiche_Colloque_Novembre2013

Programme du colloque (format pdf)

Le colloque Écrire sur l’esclavage s’inscrit dans le cycle des colloques organisés en partenariat entre l’université du Havre et la ville du Havre depuis 2008. Il prolonge une réflexion menée également dans le cadre d’un programme de recherche (UMR Idees 6266/CNRS) coordonné entre 2008 et 2012 par l’organisateur des colloques havrais (É. Saunier).

Les colloques havrais ont permis de réaliser trois publications (Villes portuaires du commerce triangulaire à l’abolition ; Les Abolitions de la Normandie aux Amériques ; L’île de la Réunion au temps de l’esclavage -1817/1824) qui, à l’exemple de cette dernière, parue en novembre 2012, prennent un soin particulier à valoriser le patrimoine culturel régional (L’île de la Réunion au temps de l’esclavage -1817/1824 englobe ainsi la critique et la transcription d’un manuscrit de la Bibliothèque municipale du Havre). Ils ont aussi participé à la dynamique scientifique autour de l’esclavage en Normandie concrétisée par la publication de deux ouvrages parus aux PURH en avril 2012 : Figures d’esclaves et Le récit de William Wells Brown, ouvrage transcrit et précédé d’une présentation critique par Marie-Jeanne Rossignol et Claire Parfait, professeures aux universités Paris Diderot et de Paris 13.

 C’est cette dernière publication, centrée autour des apports de l’un des récits d’esclaves les plus célèbres aux États-Unis, parce qu’elle s’inscrit dans le cadre des études novatrices sur la place occupée par ces récits dans la lutte des abolitionnistes, qui est à l’origine du choix de la thématique et de la programmation de ce colloque international visant à présenter au public les enjeux et les intérêts de ces textes pour la connaissance de l’esclavage.

Ce colloque proposera à la fois une réflexion théorique et la présentation d’études de cas sur le récit d’esclave dans les mondes anglophone, francophone et hispanophone. Les interventions examineront notamment le contexte et le rôle politique des récits : genre et périodisation, publication, circulation et réception, réécritures contemporaines du récit d’esclave. Faisant suite à cette présentation théorique et à ces études de cas, la dernière partie du colloque, qui ouvre également l’exposition Paul et Virginie, un exotisme enchanteur, organisée du 22 novembre 2013 au 18 mai 2014 à l’Hôtel Dubocage de Bléville, est consacrée à l’étude des écrits de l’esclavage dans le monde indianocéanique entre l’époque de Bernardin de Saint-Pierre et le premier XIXe siècle.

Ce colloque s’inscrit également dans le cadre du projet PRES Sorbonne Paris-Cité Écrire l’histoire depuis les marges, porté par Claire Parfait (Université Paris 13), Hélène Le Dantec-Lowry (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) et Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris Diderot).