À propos/About

Ce carnet a pour objectif d’accompagner les activités scientifiques menées dans le cadre du projet SPC Écrire l’histoire depuis les marges qui fédère trois universités (Université Paris 13 Nord, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Université Paris Diderot – Paris 7)

Ce projet se propose d’examiner l’écriture de l’histoire par les Afro-Américains pendant l’esclavage et également après l’esclavage, quand ils durent affronter discrimination et ségrégation. Il couvrira donc les années 1830-1960. Les Noirs aux États-Unis furent longtemps écartés des universités et maisons d’éditions blanches et créèrent alors leurs propres institutions et réseaux « en marge ». Au-delà des pratiques de l’histoire professionnelle, ils inventèrent aussi de nouvelles façons d’écrire et diffuser le récit de leur communauté « depuis les marges »: poésie et roman, (auto)biographie, peinture, cinéma, culture matérielle etc. Cette situation a par ailleurs nourri l’existence d’un « contre-public » noir.

Nous voulons notamment donner voix et faire connaître les historiens noirs (comme William C. Nell ou Benjamin Quarles), les auteurs de récits d’esclaves et de fiction historique, par le biais de la réalisation d’anthologies, de traductions et d’un site web. Ces auteurs sont encore souvent méconnus, aussi bien aux États-Unis qu’en France. Ce travail, mené à la suite d’un colloque fondateur, nous servira de point d’appui pour une réflexion théorique plus large sur « l’écriture de l’histoire depuis les marges ». Un séminaire puis un colloque confronteront historiens et civilisationnistes, philosophes et littéraires, pour interroger les modalités et les pratiques du devenir de l’écriture historienne : comment pouvons-nous demain mieux prendre en compte la multiplicité des récits sans perdre de vue une perspective humaniste et critique?

Organisation du projet : Le projet est organisé en 2 axes en partie convergents : Le premier axe examinera plus particulièrement les historiens afro-américains amateurs, puis professionnels, entre les années 1830 et le mouvement des droits civiques; le second interrogera d’autres formes d’écriture également constitutives du récit historique, notamment les sources littéraires et artistiques et la culture matérielle.

Axe 1: Historiens noirs du XIXe et du XXe: quel héritage ? – Marie-Jeanne Rossignol, Claire Bourhis-Mariotti, Hélène Le Dantec-Lowry, Claire Parfait, Mark Meigs, Myriam Cottias (EHESS, CIRESC)

Avant l’histoire institutionnelle: les historiens amateurs

« History has thrown the colored man out. » C’est ainsi qu’en mai 1860 William Wells Brown résumait en une phrase la raison pour laquelle les Noirs aux Etats-Unis écrivaient des ouvrages d’histoire. Il s’agissait donc pour les premiers historiens noirs d’inscrire ou réinscrire les Noirs dans l’histoire américaine, avec un double objectif : rendre les Afro-Américains fiers de leur passé, et combattre les préjugés des Blancs. C’était donc une histoire militante, avec une fonction clairement performative, comme le note John Ernest dans Liberation Historiography.

Il s’agira de faire porter sur ces écrits un regard informé par des ancrages disciplinaires divers, notamment en histoire, histoire du livre, littérature, philosophie. On examinera les sources utilisées par les historiens afro-américains, leur positionnement par rapport aux historiens anglo-américains contemporains, la part du militantisme dans les ouvrages. On se penchera également sur des questions très concrètes: qui publiait leurs écrits, qui payait les coûts de fabrication des ouvrages ? Comment ces travaux furent-ils promus, diffusés, reçus ? Comment l’expérience de ces historiens se compare-t-elle avec celle des historiens anglo-américains qui leur étaient contemporains ? Quelle influence le mode de publication a-t-il exercé sur l’impact (ou l’absence d’impact) des historiens afro-américains sur l’écriture de l’histoire américaine ?

Une histoire institutionnelle « en marge »

Le XIXe siècle voit émerger l’histoire professionnelle qui s’institue en discipline universitaire, au moment où se créent des réseaux universitaires dans le monde occidental, réseaux basés sur une conception à la fois exigeante et positiviste de la recherche. Aux Etats-Unis, l’émergence de grandes universités de recherche sur le modèle de l’Université allemande s’accompagne de l’organisation parallèle d’institutions destinées aux jeunes Noirs, en général refusés dans les établissements blancs. Ces chercheurs, de même que certains amateurs, créent les outils d’une recherche ségréguée (revues, congrès, maisons d’édition). C’est dans les pages du Journal of Negro History que va se déployer la première phase de l’écriture d’une histoire des Noirs professionnelle, alors que l’histoire américaine passe sous silence les grands conflits raciaux du passé (Turner), ou dépeint l’esclavage nord-américain sous un angle paternaliste (Ulrich B. Phillips). Il s’agit aujourd’hui de dresser un panorama de ce monde parallèle savant : le projet « Ecrire l’histoire depuis les marges » doit permettre d’appréhender un univers que l’on a voulu oublier une fois la ségrégation officielle interdite. De grands historiens noirs du XXe siècle, comme Rayford Logan ou Benjamin Quarles, ont pourtant accompli une œuvre indépassable. Cette œuvre, fidèle aux canons les plus exigeants de l’histoire « scientifique », a cependant été écartée lorsque les barrières raciales sont tombées dans les universités et que la mixité est devenue la norme dans les départements d’histoire. Une nouvelle génération d’historiens multiraciale s’est affirmée ; elle portait sur les événements un regard différent et ajoutait de nouvelles interrogations puisées dans des problématiques contemporaines. Si ces nouveaux historiens ont respecté les anciens (John Hope Franklin en est un bon exemple), voire les ont intégrés à la profession recomposée, comment se sont-ils approprié leurs travaux ? Ne les ont-ils pas justement mis de côté, plus qu’ils n’ont puisé leur savoir à ces sources ?

Axe 2 : « Autres productions constitutives du récit historique » – Claire Parfait, Hélène Le Dantec-Lowry, Marie-Jeanne Rossignol, Françoise Palleau-Papin, Michaël Roy, Pierre Cras, Lamia Dzanouni, Olivier Mahéo, Arlette Frund (Université Rabelais, Tours), Eric Saunier, (Université du Havre), Myriam Cottias (CIRESC, EHESS)

L’axe 2 examinera les autres productions constitutives du récit historique, en s’intéressant au récit d’esclave et à d’autres types de production. Nous souhaitons en effet faire porter l’analyse sur des objets d’étude rarement, voire jamais envisagés ensemble.

Tout d’abord, notre projet ambitionne de renouveler l’approche du récit d’esclave, type de récit spécifiquement nord-américain, en mettant l’accent d’abord sur des questions de genre et de périodisation. Une contextualisation rigoureuse des récits permettra de mettre en lumière leur immense diversité – qui reflète la variété des expériences de l’esclavage aux Etats-Unis selon le lieu, le type d’esclavage (rural ou urbain, sur de petites ou de grandes plantations, etc.) et la période – et par conséquent de poser la question de leur appartenance à un genre spécifique. Elle permettra également de proposer une périodisation du récit d’esclave américain. Enfin, ce dernier n’a pas été examiné dans ses dimensions matérielles, de production, de circulation, d’appropriation. Quelle est la géographie du récit, où et comment circule-t-il ? Au sein de quels réseaux ?

Au-delà des récits d’esclave, nous examinerons parallèlement l’écriture de l’histoire « à la marge » par le biais d’autres sources encore peu exploitées. En effet, après les remises en question de l’écriture de l’histoire à la fin du XXe siècle (par exemple avec le « linguistic turn »), l’ « écriture de l’histoire » fait en ce moment des deux côtés de l’Atlantique l’objet d’un regard plus ouvert, qui dépasse les bornes de la discipline historique, et en particulier englobe des préoccupations littéraires (Fred D’Aguiar, John Edgar Wideman), théâtrales (August Wilson), esthétiques (notamment représentions filmiques et iconographiques) ou encore pratiques (manuels d’économie domestique, livres de cuisine, scrapbooks, art populaire). En ceci, on retrouve une vision « ouverte » de l’écriture de l’histoire à l’instar des historiens noirs de la première moitié du XIXe, tels William Wells Brown, qui utilisèrent le témoignage, les souvenirs, le récit et le roman historiques, comme autant d’outils dans une quête de vérité empreinte d’humanité. Quel statut peut-on donner à ces sources non « historiennes » ? Que peut apporter leur examen à l’appréhension de l’histoire en général ? Nous pourrons ainsi confronter l’emploi de ces sources multiples par les Afro-Américains aux pratiques et méthodes aujourd’hui des deux côtés de l’Atlantique et aider à repenser l’écriture de l’histoire.

Ces questions seront examinées au cours de trois journées d’étude en collaboration avec l’université du Havre et le CIRESC (1: récit d’esclave: genre et périodisation 2: géographie du récit d’esclave 3: L’exemple des Afro-Américains: l’écriture de l’histoire et la question des sources « à la marge »). Elles feront également l’objet de séances lors du séminaire « Écrire l’histoire aux marges ».

Réalisations

– colloque fondateur: « Les historiens noirs : quel héritage ? »
– anthologie de textes des historiens en traduction française
– dictionnaire biographique des historiens afro-américains
– 3 journées d’étude sur le récit d’esclave et les sources « à la marge »
– site web d’accès aux récits d’esclaves en traduction française, en collaboration avec le CIRESC
– séminaire « Écrire l’histoire aux marges », réflexion sur le devenir de l’écriture de l’histoire
– colloque de clôture sur le même thème
– publication de deux volumes d’articles issus des colloques